L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 08:13

 

OUI !~  

 

Tigre enveloppe de corail, pomme-grenade interieur manganèse et cordon ombilical d'un appareil de mesure technologiq.

Aux deux extremites du cordon qui traverse le panorama de ciels et mers separes par un eyeliner bleu vertical, une femme allongee sur un dos de chameau, et une autre debout sur une coquille d'escargot. Lune dans l'eau, l'autre sur le fond de ciel comm un crouton de pain flottant sur la soupe.

Leurs bras tiennent les filets qui captent des papillons, le tigre est un motif imprime sur l'aile de l'un d'eux,

la pomme grenade degoupillee est le coeur a ciel ouvert de la femme allongee nue.

Un homm regarde la television dans l'aile d'un des papillons.

       Il lie élégamment des ligaments de l'élément terre entre eux, un autre relit des classiq / on peut lire Proust.

En tout il se porte à double battant enfoui de grace par préciosité ou par gout pour les sophistications , comm un extrait d'un tres long text rapporte par bribes, disseminé, et extendu en toute chose par ramifications et par branchies mises en relation.

Dieu parle dans la tete du chameau, il dit : je suis en toute chose.

En y regardant de pret ce pourrait ca l'element de base, un bris de terre eclate dans chaq gorgee de cette boisson petillante qui fait la bouche virer au rouge comm sous l'emprise de pommes-grenade, ou la saisie d'une goupille qui les amorce.

Le fruit peche dans la tete d'une femm, glaise ou boue sechee dont le pourtour s'alleche lui-meme a la seule idee de prendre son corps et se craqueler.

Consolidee, de base evasive, celle qui prend l'ere de repos pour un air bon a bonder le torse, sent bon l'odeur des fruits, et ses levres sont rougies ~

    Une console qui se reprend le bec au lac allechant d'un corbeau a flanc de roche, juste devant le grand saut de la mer rempli a demi d'air, pris a sa bouche comm une ventouse, l'autre moitie etant un vaste vase vide.

En quete de reproche, le detail trompeur, l'autre femm s'aborde en absorbant juste avant une grande quantite de terre comm pour noyer d'un poisson le vaste potentiel a remuer sortir des memes gonds que ceux qui font battre cette porte devant l'amphitheatre mort a craquer.

En bas à droite il y a une embuchure de tuyau bleu façon Beaubourg qui veut proposer au corset qui finit de l'habiller partiellement une sorte d'issue de secours nue qui parachève l'érotism cutané de sa seule présence en plusieurs comptoirs d'indifférence animale qui bien vite et malgré tous efforts & la série de bonnes volontés aux longs cous d'un homm responsables aura supplanté l'effet désiré de seul 'morceau de plastiq' rigide, ainsi que le prouve cette gueule mise en appétit qui s'ouvre des passions viciées sur le cul jaune d'une tentatrice : la visière lumineuse qui vient de s'ouvrir en même temps que la persienne d'une façade atteinte du paroxysm de la béatitude sexuelle, verte balance par intervalles réguliers des groupes de fenêtres miniatures dont sortent des chiffres croissants de lunes aléatoires ~ ceux criés par un couple en plein effort tandis que les ceux poussés des balcons, simultanément, font s'envoler des pigeons qui nichaient  là un vrai dessein ~  

Celui de rapprocher Dali & la Casa Batlló de Barcelone comm le Destino créé pour Disney & Gaudi figurent la meme flaq immobilement dressée a la verticale, prete a se traverser de songes liquid en approchant une main ou en caressant le sens d'une caverne souterraine sur le modele des Grottes d'Hercule creusée par les flots, ou remuent encor ces relacs qui produisent a l'oeil l'echo et les scintillements de

l'allégorie la plus humaine ~   Dans le cadre de la fenetre sous cette persienne a demie decouverte, la tete de Manlio Rondoni flotte comm une idee du bonheur qui vient de se trouver un conjoint aux antipodes, et peignant avec les cils, en agitant les paupieres.

    Le cap qui dessinait le continent d'Afriq dans les grottes d'Hercule, d'une course en apnee le long des passerelles efffrayantes qui le retenaient tantot prisonnier d'un engorgement inattendu et lui font preferer une traversee a pieds.

Perceptible main a retour de la taille de cet age inne, mi-sucre mi-sel qui lui confere le devoir d'habiter le monde comm on emprunte un livre a la bibliotheq servie tres chaude ~ Chacun en faisant bien ce qu'il veut par ailleurs, c'est le sort qui decide qu'on en tournera les pages d'une facon ou d'une autre jusq 'a ce qu'en couler quelq chose qui vaille d'etre raconte.

Le tout figure la page d'un livre ouvert, dont le drappe tombe peu a peu de sa nudite averee. Ce recit finira fatalement dans les armoires d'une bibliotheq a son tour, la toile doit etre un medium, comm un flux permanent d'informations banales dans les programmes televisuels.

Les choses qui se rencontrent, l'amour qui  se fait grandir l'evenement de toute l'aventure dans les tours les choses se rencontrent toujours ~ Prises a la bouche pour se dire les unes aux autres : que nous sommes, a notre tour, en toute chose, propageant cette terre qui est en nous comm le meilleur vers d'un livre de reference qui n'existe pas universellement par ailleurs.  

  Le tigre a dans la gueule beante un morceau de viande rouge dans laquelle tournoient des rapaces. Ils menacent par leur aspect argileux de manifester d'un instant a l'autre la deite en eux. Rappel de la forme de la grotte : le continent africain si l'on relie les points noirs numerotes de 1 a 35, allant et venant d'ailes en becs de rapaces tout autour de ce forcement morceau de viande putrescible.

Les secrets de la longévité sont longtemps demeurés reposés dans les fonds marins. Là, au fin fond de l'océan des mollusq millénaires qui n'en étaiet pas tant que d'authentiq crusacés en fait dont ils ne prenaient plus l'air qu'à des intervalles réguliers, ceux régulés par le recroquevillement alternatif de leur forme de vie engrangee de maturite genetiq dans l'un des replis les mieux oubliés de leur façon d'exister pour se faire oublier et par la même, durer ~

 

Les deux femms sont les visages les plus apaises de cette fresq qui doit jouer en musiq un air de deja-vu, ou l'impression d'une scene de guerilla semantiq qui vient de se terminer, entre ciels et mers.

Au centre, une ROTONDE. [Text a venir, lequel Jaja a deja lu] 

En filigrane dans le coin superieur gauche, la main de La Perouse pointe le polymetalliq au coeur de la pomme-grenade desamorcee.

Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 12:11

j'ai rencontré un de ces agents de texture qui établissent des saveurs la délicate recette        ~

Il élague, en quelq sorte il est un éclaireur. 

Devant lui les denses feuillages noircissant la progression d'un tableau 

dans le domain familial   ou il se provoq régulièrement lui-même en duel ou face à face avec le mors d'un atelage, 

se couchent avec leurs soeurs de coeur comm il les y pousse, 

invitant dans le second temps de chaq geste à sa suite les payeurs à venir,

 appelant l'avenir à être mécène de ses expositions gandioses.

 Il presse le pas, il se renseigne et s'espionne, il se contre-espionne et se sacrifie même le plus souvent pour ne rien lâcher 

d'une prise qui tient entre lui et les siens un jus aussi courant que leur langue muette 

Explorateurs des futurs circuits alternatifs. 

En tuant plusieurs fois les vaches sacrées qui résuscitent et suscitent 

depuis le ré d'une portée autour du cou, des traditions conventions, 

bêtes préceptes lâchement maintenus par manq d'imagination, 

il sillonne l'inconnu et s'aventure dans l'abstrait. La moindre base n'a lus 

aucun effet direct sur sa propre avancée, il fait les berges, 

sa perception est une notion presq quantiq, il fait les graviers, il fait les maquis et leurs profondes marq d'ancrage innée 

à la seule force de la visualisation. Son exploration intérieure est la plus grande,

 il massacre les bétails installés par dépit, dépèce les bêtes qui font durer les 

processus obsessifs à cause desquels si longtemps se sont cachées les vues 

qde pur d'être dévorées ui redoutaient leur grande faim, et leur force de frappe organisée. 'Après son passage, des sentiers s'ouvrent comm se découvrent de leur long oubl

'dans les dates des pistes à faire cheminer dans des sens inverses à tout ce qui se reconnaissait 

d'usage au premier coup d'eil. Son oeil aguéri donne des coups de sabre dans 

le moleton d'ouate qui ralentissait la vitesse des flux de circulation de l'émotion fugitive,

 dont il redort le blason. Ainsi bâties sur des mirages nouveaux ses allégeances à l'engeance 

engrangent des quantités de voies aux voix d'accélération 

qui creusent à leur tour des lits si larges qu'il 

en découlera bientôt des autoroutes de grands nords, 

pistes de repères qui, bonnes à suivre, font dans le premier temps d'une seconede main,

 reprendre à la hausse le cours de leurs gestions en toute matière. 

Il s'agit de faire au sol ce qu'il produit sur nos propre corps : baver des cordes et des cordes de larmes 

jusq 'à imposer un régime qui satisfasse et conseille plus le commanditaire 

que l'artisanat de son ouvrier. Des conseilliers partout aux portillons demanderaiet réparation 

pour les dégâts causés, s'il ne prenait pas soin, grand soin de mettre à sa démarche une étiquette, 

d'en marquer le ton bon comm il se démarq du reste dans le même esprit ~ de vogue et de mode passagère

~ pour ne pas se laisser doubler. 

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 14:50

 

Carrelages rouges ~

Cartillage seches ~

Cartel glissant ~

    D'incartades et quardans ~

 

I wish i were a scientist. Ces tiroirs a eclisses qui demandent partout a ce qu'on les pousse dans les anfractuosites des murs qui s'effritent, contre leur gre et contre la matiere qui peut les retenir, jusq ' a la butee de cette cale en bois. L'endroit, sa passion pour l'exception, mon attirance pour ses allees et nos irrevocables vocabulaires de ~ cube en son sein. Des carres, des multiples de racines, des retranchements qui s'ajustaient, s'ajoutent encor, joutant a present dans les cour rondes fermees de sciences bovines. Il y a le soleil.

Traverse-toi dans le sol, entre deux pages de ces plaisirs retouches, recouvres, recouverts des souvenirs qui ont tellement fait sentir, qui te font encor sentir toi. Que tu es, que tu as toujours ete. L'endroit seulement, on dit Il n'est plus malheureusemnt. 

Je suis revenu a la maison d'enfances, j'ai trouve toutes tes lettres, ca m'a rendu tres triste. Cette gravure aveuglante surtout, dans le tronc d'arbre demoule a la louche qui t'avait fait marcher avant de rire plus fort que jamais, plus longtemps aussi. Elle les avait entreposees dans sa reserve, sachant sans doute que j'en reviendrais plus que si l'etonnement n'avait jamais ete ma plus grande qualite. 

J'ai longtemps perche sur les planches tous ces feuillets comm des tresors caches, maintenant j'entends que tu me savais ~ dans les parades. 

Dessus, dessus, dessus, dessus et encor un peu plus haut meme, sur la pile de pailles un cartable a quatre pattes, juste sous les entretoises des toits ouverts a quart en pate l'incartade qui ne tarde pas a lisser son ancre fluide. Sitot saisie, comm une idee ou une viande bien revenue, la plume lance ses tirs d'aile sur ce ciel vierge, pretend que tout y a ete a ecrire. Amador : Dieu a cree les nuages pour se cacher derriere lorsq 'il a honte. 

Dis-tu des choses aussi deraisonnables, encor ? De la avec le recul il sait qu'il n'avait pas tort. Quatre temps, pendant plusieurs cycles de repetitions jusq 'a la representation d'un carnet de details bien chaud. Quatre, et ses trois autres sont faits de souvenirs, dont les remous apaisant hypnotisent des heures la manche ou tu poursuis de me coudre une jolie suite au bolero sans L'etoffe trahir, d'un genie musical, malgre l'age de cette cour ou tu t'impatientes que je vienne. Un poet y serait en train, de jour comm de nuit, d'evoquer un rire aux eclats spontane dans la seule expression d'un mot clef. Je vais tacher de le trouver.

En passant le tete par le hublot ou les vaches se croyaient livres, je me suis demande comment nous n'avons jamais songe en faire un sous-marin. Il y avait des objets tout a fait loufoq, mais pas la television pour nous evoquer les boutons d'un interieur russe. Les clignotants de plusieurs vieilles carcasses de voitures qui avaient ete ramenees la, entreposees et qui abritaient alors des plans de tres bonnes plantes ~ Cette installation d'effluves, fleuves de station a strate, des lampes a neon, beaucoup de watts de lumiere synthetiq et quelq accordeons pour soufflets a l'air brassant qui y faisait remuer les feuilles de nos paupieres, a chaq inspiration menacant de tomber a la renverse, ou elle garde maintenant tes lettres.

 Je les ai en ma possession, je les possede comm une obsession, tu sais qu'elle dit a tout le monde que c'est la maison des enfances maintenant ~ L'histoire a plu, il pleut encor, on dit qu'il fera ce temps pour toujours.

Et ces coqs, ces poules, les litres de lait en bouteille de verre

quotidiennement je ne pourrai plus m'en aller en quemander au fermier : il est mort le pauvre diable.

Ses vaches broutent encor et ses poules pondent, mais rien ne m'attire plus que le penchant sur le cote port de la dependance a  present, mon independance a ce temps qui se fuit en accelerant le pas seulement ~

La, je n'ai pas su dire ou nous nous baignions. Impossible de retrouver le coin, le cirq, ni rond ni racines, que la criq mais qu'ont-ils donc fait de l'echelle et de ce liseret en toile violette qui couronnait un fil a linge qui se prenait pour un piege a gens. Plus ni textile blanc, ni aviron dans ces environs, j'ai eu beau meme tres beau, mais surtout chercher m'accompagnait a ne plus y retomber : chercher en enfance. D'insouciance sans que nous ne cherchiions rien alors qui soit connu, nous les trouvions, ces trous ces tourbillons, que des nouveaux, des flaq a plusieurs niveaux d'encre dans les ages. La sagesse, est-ce elle, elle a emporte le vieux et ses bouteilles de lait. Meme les coqs ne sonnent plus comm avant.

Karla, ce bien vieil autochtone, il appelait son chien Giscard, j'en ai fait des cauchemards de Giscard.

Destin ou pur amalgame de choses qui se croisent sans enfanter d'hybride genetiq, les plantes portent sur elles avec style les couleurs de plusieurs joules d'investissements bien repartis, portant des fruits jusq 'aux epaules, harassees meme, semble-t-il sous le poids qui les garnit.

Les idealists qui vivent ici, c'est drole, je les avais completement oublies. Maintenant qu'ils me sont revenus en pleine figure avec la virulence d'un souvenir qui arrive physiquement en tendant la main, meme arme de leurs quelq enfantements, je ne veux plus voir qu'eux ~

 

FRANCE, elle se baignait dans la riviere, et toujours la meme rengaine. Un parti tantot pris ayant ete delibere, on en cause, des sequences, des consequentes, et d'autres encor d'effets de enieme ordre, plus hauts dans les degres. Et encor, sur le feu des homms, des 1, devant le beton arme, ces batons dresses qui ne se croisent pas ailleurs.  

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 10:00

Ne sachant alors faire autrement, je me suis tout à coup mis pour desubstanteiser les verbes miroboler, eleguer et eloquer, a faire des participes presents a partir de faits singuliers, des avenirs instantanes. Ainsi je mirobole, j'elegue & j'eloque, en mirobolants, en elegants & en eloquents. Ettout suivant cette formule parait simple.
De la meme facon que redonner sa substance au plvs irregulier des verbes Verne averse donnant vernant versant s'inverse.

 

Les toucans.

Leurs armes / larmes / ames / lames merveilleuses.
Les melons de leur rames sont ici meli-melomanes,
la ils sont, meme menes a la baguette magiq parfois impossibles a gerer,
indigests, indigerables, non ingerables, incurables : ils sont Absorption. 

 

Attirances des teintes d'eternites aux resiliences d'etreintes
Eavapores dans la ligne au moment de gresiller bas comm des bras resilliant
ereintes qu'on etire quand allant se dilatant ils se retractent de nos premieres fonctions
vitales, virales, jusq 'au moment ou il lvi faudrait foudroye, fou de rage au rouge effare s'affairer.

Celvi qui ayant braqué pour faire chavirer la poupe au-delà de la proue se souvenant qu'il avait déjà vécu ceci,

décide de faire demi-tour, hurlant et par là même chamboulant tout le projet d'histoire qui venait de se dessiner.

Aussi sûrement que rien ne serait plus pareil, il était, tout le lvi depuis cet instant prouverait d'une facon inimaginable sur la bonne voie.

 

L'amour dans toutes les langues, l'amour sur toute la bouche. (surtout)

L'amour mythiq, l'amour mystiq, l'amour vif, l'amour cuit, l'amour en fleurs, l'amour à la peau, l'amour indigo, l'amour DYGO, l'amour d'ieux !~, l'amour entrevu, l'amour interview, l'amour au balcon, l'amour au bal, l'amour idyll, l'amour éthyliq, l'amour éthiq, l'amour poétiq, celvi qui ne rime à rien, celvi qui rame, l'amour marre, l'amour au bol, l'amour raz. L'amour just, l'amour ça déborde. L'amour à l'abordage, l'amour rôdage, l'amour sur le versant Nord, l'amour sur le Verne en sort, l'amour versant, l'amour robe, l'amour rouge vin, l'amour bouchonné, l'amour liège, celvi qui flotte, celvi qui coule, celvi qui fond, les amours couleurs, métaux précieux. L'amour bronzé, l'amour d'argent, l'amour arrangement musical, l'amour célébrons, l'amour sabrons, l'amour vital, l'amour viral, l'amour inévitable. L'amour à la mort : l'amour à la vie, l'amour polaroid, l'amour instants tannés.  

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 23:02

 

Les principaux protagonistes de cette scene tenue pour secrete jusqu'a ce jour,

acceptent exclusivement que soit rapportee de leur conversation, ce court extrait.

Ils ont prefere garder l'anonymat.

 

St. P.: Hello George.

G. : Where am I?

St P. : Make an Educated guess...

G. : but it's not my time..

St P. : Maybe we could make an arrangement

 

Cette scene fantastique, si elle a prouve une fois - vraiment une seule - qu'une conciliation etait possible, et qu'un cafe n'en vaut pas un autre, est surtout la demonstration irrefutable que de trois hommes qui se presentent un jour du Seigneur sur un terrain de foot de banlieue ou se prepare a avoir lieu une partie de cartes au sommet - et combien - il en est toujours un pour trouver un piano en route, et ne pas etre a l'heure pour ladite partie de cartes.

Si cette conversation n'avait pas eu lieu, l'un des protagoniste, nomme ici G, en realite allegoriquement l'Homm, par excellence, n'aurait non seulement pas ete en retard pour miser gros sur le cercle central d'un terrain de foot de banlieue ou l'attendaient ses potes qui avaient deja installe une espece de table - en realite rien d'autre qu'un touret de 90 cm de diametre pique dans une benne a ordure sur le parking d'Alcatel - irrecevable comme telle en temps normal mais paraitement acceptable au vu de la somme qui allait etre depensee ce soir-la, mais encore et surtout n'aurait-il en fait jamais pu depouiller de tous leurs biens ses deux poteaux d'ecole, puisqu'un piano aurait, tout simplement et comme annonce dans une introduction profonde que je me propose de ne pas illustrer, mis un terme a sa vie - dont il dit qu'elle a ete trop courte "It's not my time", dit-il sans savoir, de quel moment il est question de n'etre pas encore venu, ce qui par elimination (disons, sans jeu de mot, plutot par eviction), prouve qu'il se trouve Trop jeune pour mourir.

Tellement courant.

Au fait sans doute, quant a lui, et contrairement a nous, humbles mortels hypothetiquement au courant de ce genre de choses dont la television - Dieu benisse la television - nous rapporte les meilleures combines, du penchant du protagoniste nomme ici St P., pour, disons, les machines a cafe (je dis ca, je dis rien) plus que pour les villas sur le Lac de Come ou pour les bolides qui permettent de les gagner assez vite le vendredi soir une fois liberes des bureaux embouteilles de la capitale, G. tente sa chance.

Un arrangement, dit-il ?

Bien, qu'est-ce donc, un arrangement ? Une sorte de pacte, en fait. Tu me laisse gagner ma partie de cartes sur le terrain de foot de banlieue ou je suis en train d'aller, et je te file ma cafetiere a 2oo euros ? Hmm... pas credible, hein.

On n'a pas tous les elements en main. Mais je ne doute que d'ici peu, on ait quelque indice sur le veritable magot en jeu dans cette histoire de Paradis.

 

Qu'un piano un seul, la, jaillisse des sommets pour l'assomer, me laisse penser que, si G. n'a pas parcouru toutes les scenes de sa vie pour arriver a ce denouement qui l'attendait depuis toujours, ainsi qu'on pourrait l'imaginer dans une suite que les idees tiennent elles-memes dans leur fond comme un secret dont on ne saurait cette fois rapporter bribe, il est probable quand meme, que des premisses a cette affaire, dussent etre mises en lumiere.

G. a-t-il rompu un pacte, une corde a sauter, ou un fil conducteur, pour que ce piano, libere de ses solides poulies, rompe a son tour une vie, ou un pare-choc de voiture comme dans un autre scenario c'aurait ete le cas - je vois des gens qui sont morts, non seulement, mais des presents sans avenir aussi, ceux qu'on a laisse tomber, moi je les vois de derouler l'air de rien - je vois surtout quand meme des gens qui sont morts ? On est en droit de penser qu'un premier pacte avait ete conclu, et que G. arrivait soit a son terme (dans quel cas il a balancer quelque banalite du genre It's not my time, deja) ou avait brise, si facile ceci lui sembla-t-il dans un moment de lucidite proche de celui ou il achetait la villa sur le Lac de Come (It's my time).

Si ce n'etait le cas, ni de l'une de l'autre de ces deux propositions probables, c'est alors ! ~ QUE G. AVAIT AFFAIRE ....

Oui, a un etre diaboliq. QUI d'autre est capable d'offrir a G. une villa, un bolide, un corps d'athlete, la gloire, la sante, la fraicheur, le sex-appeal, et la belle gueule ? Ca me dit quelque chose.

 G. ? >>>>

 

 

oqpd bclo

MEP

 

Il fait des liens des cordes et des perches des tendues

des moins tendres des molles ou absolument indefectibles

il defeque sur ce qu'il en reste, et des reste demeure las ~

 

L'Invention de l'ecriture, Philippe BORDAS

 

 
ARTAUD




Nous ne sommes pas encore nés



Nous ne sommes pas encore au monde, Il n'y a pas encore de monde, Les choses ne sont pas encore faites. La raison d'être n'est pas encore trouvée..."




Antonin Artaud







Nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que



pour sortir en fait de l’enfer.







Je constate simplement que dans



notre société. Ballotté, manipulé, automatisé, l'homme perd peu à peu la



notion de son être.



Je ne détiens aucune vérité si ce n'est qu'on



peut être sobre sans être délicat ; mais on ne peut jamais être délicat



sans être sobre.




L'enfer dont il parle, je le redis, ce n'est sans doute pas l'etat



d'inconscience pour entrer dans une forme de conscience dont l'art (en



aucun cas) serait une porte ~ mais de l'artiste, deja sensible, trop



sensible, a ces horreurs qu'il assaille et quii l'assaillent bien en retour



comme des piques interieures anonymes, inexprimables, inidentifiables, subcutanees, intra-uteriennes,



pour se sortir en fait de cet etat d'inconsistance d'oncques qui le



pousse a faire des bonds entre les etats limpides et les etats transitoires qu'il identifie.



Sculpter, modeler, peindre, reviennent a placer entre chaque lieu identifie et



balise de l'etre, dans ces zones d'ombre intellectuelle, des plots pour



se conduire droit ! ~ vers ce qu'il sait devoir trouver ! ~ quelque



chose mais quoi ? Ce n'est qu'une fuite !! ~ IL LUI FAUT DES SMOTS !!



L'eprouver seulement (au sens premier, eprouver par les maux) ne



suffirait pas a exprimer, laisser trace du travail fait, le dire,



l'identifier, n'est que pour le retransdcrire ~ L'artiste quand il suit



cette echappatoire, peindre, etc... ne met rien sur ces maux, et tout



eprouves soient-ils (au sens ressentis), il ne les a ni identifies, ni



exprimer, ainsi que pourtant il le voudrait s'il voulait echapper au



suicide inelucable ! ~



"Je constate simplement que dans notre société. Ballotté, manipulé,



automatisé, l'homme perd peu à peu la notion de son être.



Je ne détiens aucune vérité si ce n'est qu'on peut être sobre sans être



délicat ; mais on ne peut jamais être délicat sans être sobre", que je



ne comprends guere en verite.... "




La sobriete serait la notion de



l'etre / & automatism serait indelicatesse ?



Lutter contre tous les automatisms me semble en effet une formule de l'etre qui veut lui



donner sa consistance concrete & reelle, defiant la meme toutes les



derives sur lui-memes, les rates qui peuvent mouvoir sa vie par le



hasard, non plus du monde, qui sont naturels et font si et quand on a



fini de les accepter parfaitement, le mouvement permanent de nos vies



eligibles dans les cordes et selon les ordres de la fatalite et des



chaines de consequences, mais sur lui-meme, de ses propres



inconsequences ~ inconscientes, irresponsables ~ actes.







Les mots sont un support parmi tant d’autres le corps exprime les « mots »



à travers ses mouvements, sa cadence et décadence, spectateur de ces



corps en mouvement qui expriment à travers la danse/



La peinture à la même symbolique, cette main qui inconsciemment



trace les sillons d’un univers inconnu mais qui est notre inconscient…



Si Dostoeivski etait seulement parvenu a exprimer ce qui le tiraillait et lui



valait ces railleries aurait-il eu a justifier son impuissance devant la



Croyons-le bien, lorsque s'exhausse que nous prend la vie, par sa rage, son



impreveisible, sa permeabilite nous submerge, et rien, de rien,



malheureusement ou non, en tout cas on n'y peut rien en retenir, ne nous



traverse l'esprit dans ces instants ~ Nous aimerions qu'un etre qui nous habite, sache nous faire rire



en meme reevoquant les souvenirs, et comble ! ~



Ils se moquent et alors….la vie m’a
appris une chose « laisse toujours croire aux autres qu’ils savent mieux



que toi »



On se moque et ailleurs, donner une identité ou



stigmatiser à une personne se résume à classer.



Sommes nous des



feuilles à classer…non , je ne crois pas, le regard des autres peut en



dire beaucoup sur ce que nous projetons.
Donner



une identite, oui, c'est cela exister, je suis peut-etre par ce travers



vaniteux ou vil, qui me force a croire qu'on n'existe je l'ai deja



dit qu'a travers les yeux d'autrui ~ quel tristesse ce



serait pour moi de ne pas pouvoir exprimer a quelqu'un les fruits de



mes reflexions ~ j'ai ete mome : je pensais. Point.



Adulte, je veux



que ceci se frotte au reste, avec toute la repartie de l'autre, plus



seuleemnt en lisant, ecrivant, mais en ayant des retours, se savoir en



vie dans la vie c'est selon moi par ce biais un tentinet social que cela



passe ~ de la je sors du cadre strict et club ferme des incompris qui



finissent par se suicider






A la tombée des nuits ~

 



Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 11:04

    J'ai l'impression de voler,
je n'apprecie qu'a voler
tulapila tulapi latuilapwa ~

 

" Plus comm ...Bodhisattva Avalokitesvara.
_Qui t'a quoi ? ~ Qui t'es, toi ?
_BODHI !~sattva AVALO kitej ~ vara. 
Je la voyais quotidiennement cette statue sur le bord de la Keikyu. 
Un homm a cote d'elle, riait devant les besogniers en cravatte.
_Aaaah !~ Ah, oui. Oui, alors la ca va ~
_Beaucoup mieux merci, j'ai rempile sur plusieurs etages de cette peu-commode armoire de style les comedons aesthetiq de ses generations devetues. Avant, il y avait des nus partout, puis peu a peu ils les ont decapitees.
_Les nus ?~ decapites ? PAs tous quand meme ?SI ?
_PAs seulement decapites, ils ont disparus de la surface du monde. Eux qui en ornaient toutes les entrees, ils ont ete otes..."

Un message d'euphorie general, soit un message en fait d'enthousiasm qui soit (c'est rare) ~. altaiq.

C'est a dire qui ne decoule pas du manicheism anti-creatif qu'on a tendance a voir se repandre sur la surface du globe comm la cire sur celle du lobe, ~ d'une oreille. ('A une epoq ou l'homm ne s'est jamais si peu entre-tue meme s'il continue de le faire de la maniere la plus horrible, la peur elle, dans nos societes modernes, semble n'avoir jamais ete si exacerbee. Ce qui laisse craindre par extrapolation facile et raccourcis bien tranches quelle menace pese sur leurs devenirs.' L'ecrasante apogee d'une Chine qui n'a jamais eu froid aux yeux, repose sur cette seule donnee, entierement. Deux tendances qui s'inversent, deux courbes boursieres qui suivent les memes regles et fluctuent par ~ mouvements exponentiels, incitatifs, de leur enthousiasm respectif. Lesquels sont dans ces deux cercles intimement commandes par sdes ressources fondamentalement differentes. Une seule est perenne, L'autre est factice, auto-stimulee, fragile et desuete meme.)

 

Au musee Guimet., si vous avez rate HOKUSAI ~ vous pouvez toujours y admirer les grands chefs d'oeuvre de la culture d'Extreme-Orient & deguster avec le nez des thes somptueusement decores de toutes sortes de peintures coulantes puisees a l'encre de la peau de ses divinites antiq ~ EXPERIENCE A VIVRE !~ absolument ! !~ tous sens deployes....

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 07:31

       "Rosie, Rosie"  

 

una-maschera-alzera-come-per-dirci-addio.jpg

 "una maschera alzerà come per dirci addio", di Manlio Rondoni, acrilico su tela (2001) 172 x 198 cm  
( a Mario Saccares )

 

A-t-elle seulement salue, elle est partie Rosie. Les mille visages que l'artist peint dans les etendues de contemplations de verdures aux cotes de l'inspiration figure, comm ses effets personnels, seuls demeurent. Et un grand vide, elle est partie Rosie. 

  L'homm au gibus decapite (est un aerolim sur pied) 

1781209 470549969734842 144578227 o 

    Sur le toit de la cabane en bois ou se trouvait l'homm au Gibus de Picasso, Rosie tenait dans sa main un tres long sabre et on ne la voyait pas. En un instant c'en etait fini.  

L'homm au Gibus de Picasso tout a coup, buste scinde en deux se transforma en un Spoon Picasso, avec les seins en gants de toilette, de Dali, et devant les torrents de la cite du marais, elle riait : No, sister I won't come home.

 

 1599911_470558349734004_1838611146_o.jpg

 

      On voyait, on sentait physiquement, rebondir l'echo puissant des imaginaires.  

 
Paon de Marianne 

 

 

Rosie est entree dans la cite du marais en heroine comm un pays entre en guerre face au tyran. Par obligation et de facon fulgurante.
En deux temps, trois mouvements, quelq images frappees a l'encre de Chine sur un chiffon humide et des mots d'absence esxcusant son insolence aupres des grands de ce monde, elle faisait sa place, nette.

Et evidente. Un monde ou se cotoient Dandelions & Cudelous.

 

     

    J'ai ferme les yeux dit-elle, et quand je les ai reouverts c'etait tout autre chose. Mi bateau, mi montgolfiere. L'aerolim sur pied au chapeau a ressorts est une machine a voyager dans le temps. De 69 a nos jours et dans l'autre sens. Trop de lumiere sous les paupieres, je ne pouvais pas tenir les yeux clos.  

 

 

  

 

 

Comm elle caracolait tracteur au collier racoleur en tete, sur et dans la mienne, aux cimes hautes d'un monde de dieux et de legendes vivantes et d'illustrations ERTE, voguant entre ma tete et une photo-sculpture issue tissu d'elle, du conte de la derniere colonne des thermes subsistant avant la mer, du buste vacant d'Anna Lucilia entre son pere et son mer, desormais en verdana elle se racontait elle-meme comm se fait l'Histoire, un morceau de l'homm, des histoires qu'il me plut immediatement plu de conter a mon tour, enrichies de l'exceptionnellement erotiq deformation semantiq que l'imaginaire seul en ces lieux competent, est capable de creer.

 

    Paon de Marianne aérolim-copie-1 

 

 

  Depuis je crois devenir fou. Comm je serais le seul a croire en cette histoire. Aucun temoin pour attester de la veracite de ces faits. Alors je fais le zinzin, et j'en rajoute bien volontiers. L'aerolim a un chat dans la gorge, qui miaule ou ronronne selon la saison.   

    Identiq en tout point a toutes les tragedies grecq antiq venues de la lointaine transmission orale hindouist transformees en monoteism occidental se reecrire en hebreu au berceau de toutes les religions, cet acte qui l'avait voulue a la fois meurtriere de l'homm au gibus & contemporaine de celvi qui le gagna a la loterie, resta longtemps un mystere.. Tu es le paon le plvs etoile des deux ailes d'un diptyq qui ensemble font l'Amour.  

Aujourd'hvi nous le savons : elle fait l'amour avec. 

 

Epilog ~ Non, definitivement, Rosie ne rentrerait pas

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 12:33

     [des coeurs, en choeurs]  

     

 

Au soupir de l'osier. Et a toutes ses consequences, quelles qu'elles soient,~ ~ Pourvu !!~ qu'elles soies !!~
Aujourd'hui il aurait dit diligence. Hier c'eut ete preferable, ou peut-etre meme-mieux.

Un petit capitaine au long cours disant recitant ecris-moi quelq chose, je n 'irai pas par quatre chemins :::::: J'en n'ai que trop lues et plues qui se prelassaient d'ailleurs, et n'y entrerent jamais.
Ni de leur nulle part entiere, au gre ogre ni de leurs toutes parts enzyme : pour origine au zero organiq.
Origine poetiq de l'orgie proteiq. La voici comm suit, l'etat suivant. Il n'etait pas encor completement debarasse de mon plancher plafonne qu'il put s'entendre etendu tout a coup comm une marelle aux coeurs rebelles, joues sur un pied. Comm un pied. Un pis, ou une pie qui enchante/
Vu remuer avec ce superbe accent d'un air de province qui vient dans la bouche proche comm sitot venant un visage s'evanouit avoisinnant les environs des demeures de demesure.  

A l'etage on sonnait, c'etait pour moi, et la porte se referma qui me le confirma, autre chose que la sienne avant meme qu'elle sonne mienne. Droit dans les yeux cette symphonie sait jouer son plvs fort organe dans les etancheites musclees d'accoustiq de toutes autres mesures, quelles qu'elles soient, celles-ci qui ne s'ecrivent nulle part. Que je ne suis arrive a ecrire nulle part puisq 'elles s'effacaient sitot gravees au ciseau a bois dans la pierre, sur le metal du sommet d'une tour ou dans le verre battu d'aether par tous les vents ouvert. Des venants haubans vus et des absents pares d'opera presentis pressants s'en allant pareillement pares. Prompte, cett apitutude ~ A la boire aux abois de bariq embrasee, la baraq d'en bas aux bris d'un air baroq casse. Et qui sonne instamment. Abri.   

Je n'en aurais jamais trop parler, les vues sont des voyages-extraction de nos pluriels evapores au moment de se monter au sommet des images d'elles qui se fixent.
Rester la-haut, je veux rester la-haut. Redescendez, vous, si vous le desirez, mais moi je reste la.

DEs pieces de nous reaffectees se remplissent de ce qui enrichit l'espace entre ici et la cotoie, coyote frictionne, rencontre et traverse de part en part par ce qui semble plastiq et parait nebuleux, et qui ornent les sculptant les nouvelles mnatieres dont seront faits les matins suivant cette elogieuse facon des corps a se mettre en cornets avant d'abonder en descendant.

L'amour en descente qui baise. Revue a la baisse.

A l'abri des regards indiscrets,
pleines lumieres pour qu'ils y voient clair comm en plein coeur, ce jour ou le suivant.
Ou les quatre chemins se croisant offrent d'ouvrir sur les debordements ~
De toutes leurs parts vertes a faire.  

      

Plusieurs mirages de scluptures vivantes parviennent sans prevenir ou s'en premunir au petit creux d'une main mariant les sels & ecorces ecloses d'arbres multiseculaires a paraitre avec la clarete toute nette d'un veritable corps anime, animal difficilement manie. Fauve, ou faviste, en un style bruyant en tout cas adopte pour muer dans le temps, et longer les temps a la barq ~

Partout, et tout le temps. L'art et la maniere, surtout, ceux de se faire jour. Pastilles de l'oeuvre, achitectes passant maitres-mot dans l'art - l'oeuvre au sens du chef : du jour - de l'ouvrage qui s'ouvre encor, et qui ne cesse de se verdir apres emncor oxymoral qu'elle a ete livree, posee, et montee telle quelle sur les chapitres de la ville ecrite veille ou capiteux,    

Proposer de sentir non seulement et dire aussi Sens-tu ? Bien sur, tu sens si fort. Prolonger que s'insinue Tu pues, meme volontiers,
Oser sentir au-dela, ou ca commence a faire bien mal et vice versa se renverser les chiffres, qu'ils se fassent echos et se heurtent dans l'alliage de metaux plvs precieux que ne le sont meme les yeux ou leur prunelle toute aussi belles soient les tiennes. ..

Cette fille, diablement belle.
Dillinger girl. N'est-ce pas ?
Tu as quelq chose d'une ravisseuse, tu ravis sans t'en rendre compte. N'est-ce pas ?

Quelq chose dans ce que tu as, il y a eu cette instant ravi de la chaine des temps, cet espace du moment qui s'en est enfui.
Un instant vole comm un baiser volant, ou bien c'etait un charme.

Derriere elle durant cette succession de kilometres a dos d'animal aile au male d'an qui s'est vu repondre malale nani juste apres la premiere pointe et sa ponte j'ai eu le temps de voir danser ces formes amusantes, sylvestres ces silhouettes se mouvoir et tordre dans mon cou une sorte de chat, un bien gros chat meme qui m'enrouait aimant la voie a celle d'un secours aux secousses magnetiq inherentes. C'etait l'emotion, entonnoir bien sur. Elle etait la deja, elle respirait les mots que je n'avais pas bus, chaq goutte.

De quel monde viens-tu ?, ainsi bien nommee.
Ce nom a la merveille, tu le portes comm un charme au cou et comm a moi une arme.
Dilingence, ne me braq pas, attelee d'aussi rouge que l'est l'Est de ce que le levant au moment de regarder le present
vient en recoucher d'autres sur les mots pour qu'ils se baisent & fassent l'amour si puissant domaine.  Go-spell. 
Il en coule jaunes des choses miraculeuses partout alentour, qui sont assourdissantes comm en plein jour. On y voit que du feu eclaire des formes de magie inouies mais la seule magie se situe dans le fait que tu ne t'y attendes toujours pas.  

Le fait justement. Son sommet, le tien, le mien, celvi qui nous nus a rapproches un seul instant jusq 'alors.
Et plvs tard encor le fera. Ferre, comm nous le herons sans le savoir faisons, d'abords et de contre-coups, aux corps.  

Prolonger que se tienne cette entite de soi soie palpable qui doit foi surgir comm un avenant aux installations du moment, si proches soient-elles d'atteindre la consistance d'une connivence de veritables instants et conserver telles qu'elles les bribes de cette image qui projete a notre esprit la nebuleuse la plvs certainement lactee de teintes plues a se regarder dans un miroir de voyelles.

Jusq 'a ne plus pouvoir se passer de le faire, jour.
Le prolonger et ne plus de ceci pouvoir dire meme si lorsq Il ferme devient conviction le profit tire le supplante, en depasse, nous surpasse ou s'integre en sa velocite ouverte de rendu d'imaginaires aux librations du fond dans la friction de ses elements avec les composes averses des grands yeux d'un nuage lecteur.

De l'epaisse consistance de pesanteur revolutionnaire et auto-regenerante de ces quelq lignes, mailles tissees en ces mots amas d'emoi, de valises, de valse ou de mules. Qui charient des convois, qui en charient meme juste pour leur faire une blague en reponse.

 

Un personnage perce-neige demeuree un temps im-mobile (: au pouvoir vehicule un temps bride) brille et au telephone se met a parler.

Ce ne sont pas mes affaires, ce qui ne me concerne pas, ce qui ne m'eblouit pas,

ce qui n'eclaire rien sur ce que j'ai affaire ici, avec toi,

sur ce telephone,

dans ce chemin ou tu bourdonnes, gresilles et produis des frissonnements inaudibles a visee opaq et vues pourtant limpides ~  

 

 (sur-titrage Télékinésie)

 

     

 

MANLIO RONDONI, INSIEME attratti da una musica antica, 2013
acrilico su carta cm. 100 x 150

INSIEME-attratti-da-una-musica-antica-2013-di-prodigioso-Ma.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 15:07

Il faut dire aussi qu'a cette altitude, l'erreur etait promise. Phantasms nes picturaux d'une simple apparition de la fille de Madame X. Des plis a bulles a la surface du feu qu'honore le grandissant l'entier mois tiers de ves, celvi qui y est passe le premier. Et les autres suiveront, tot ou tard, on oublie plvs facilement quand il s'agit de sa propre vie. Poire, la bascule d'une sorte de lynchage medite, au baton de sourcier. Moi qui l'ai dit heureux, ce jour ou le hasard a voulu concourir , non seulement mais encor s'est mis en tete. Endemie d'edicules lestes, et plvs encor encombrants. Par leur taille, les formes de pierres - et pas l'apotre. L'imminent embarras, pret a porter.

Mr Padley and miss West's errant son (des nouvelles de Delhi ?)
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 05:41

LE beau milieu des eaux. 8 heures de barres, une scène commune.

La nuit que j'ai fait sur moi plusieurs regards bienveillants se croiser. Elle était comm toutes ou presq belle, pleine, n'importe quoi. Dans une certaine démesure plvs que bon nombre. Là on est vraiment un samedi 9 juillet de l'année 2o16. La même, exactement

Amphores pleines. L'Étreinte La première a été fulgurante, la suivante s'en souvenait encor. Celles qui ont suivi Isthm improbable Jusq'au bout de la nuit, et au-delà

::::::::::::::: ********* :::::::::::::: *********** ::::::::::::::* ************** ::: :: :::: :******* *::: :*** :::** ::**** ***:::** *

[Andalouse - Happy Remix, Ampad feat Pharrell]

Because i'm crazyyyy :)

::::::::::::::: ********* :::::::::::::: *********** ::::::::::::::* ************** ::: :: :::: :******* *::: :*** :::** ::**** ***:::**

Solstices !~

Criminals and lovers' common point is they always come back on the main scene. Tu es ma chance, que Dieu la tienne. L'univers conspire. Guérillero ou héro guéri ? Héro aguerri. Accordingly. Par hasard, il faut entendre : du genre inégalable. Le charme absolu dans la confrontation jusq 'à l'assimilation de traits de caractère parfaitement incompatibles.

[pensées du jour]

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 13:36
Constipateur
Conspirateurs,
Mais Scientifiques avant tout

Nous sommes de cette espece neutre, amere et discociable,
de cette espece qui veut disparaitre,
d'etres utopistes, parfois pueriles pour nous tenir a des raisonnements sur les choses du fond,
humanistes et pour la majeure partie du temps, tristes et affliges par ce que l'on voit.
Des etres sans memoire, qui refusent de s'accommoder aux choses qui s'imposent d'elles-memes,
on dit parfois de nous que nous sommes rigides a l'autorite et pourtant,
pourtant nous avons moule notre propre enveloppe dans celle qui a baigne
les ames soeurs et les ames jumelles de la terre entiere.

Volontaires voyageurs, regardant les caravanes passer,
ecouter les ames en vogue,
les entendre nous decrire les mondes en chair deparayes de la carte,
oublies, nous voulons avant tout retrouver dans les racines de la civilisation,
les objets reels de nos premieres existences terrestres.

Reflecteurs visuels, automates de l'engence nouvelle,
nous pourrions aussi bien nous fondre pour clowns sur des foires,
tant nous rapprocher parfois si pret du peuple est une satisfaction sans nom.

De l'ere lunaire, lunatique, friable par nature, parce que soumise aux contraintes factices
de la double vitesse d'un monde en mutation,
je crois surtout que nous voulons,
est-ce par peur, est-ce par orgueil,
en tout cas nous le fait developper malgre nous,
temoigner du temps qui s'enfuit.

Je donnerais l'or de l'an passe
deja malheureusement parti en fumee,
pour partir, quitter encore ce monde et m'exiler
en une societe volontairement reculee,
societe preservee d'Amazonie.
Cote puerile parfois je le dis,
nous aspirons a ne pas seulement dire
~ comme je l'ai vu a l'instant dit dans la meme foulee
par la meme personnequi pourrait tout aussi bien etre n'importe lequel
d'entre tous ou je m'inclue malgretout, qui suivons le monde de loin, ~
que les infos ne presentent que guerre et licenciements,
que contaminations par omission et bombes a retardement,
et juste apres buvons un peu en oubliant,
ou mes collegues m'emmerdent, ce sont de vrais cons,
s'excitant comme rien d'autre, s'y acharnant avec le plus de conviction qu'il est
donne de mettre a l'oeuvre d'un art sans fond, sans fondue,
sans fine ou faible lame de fond, mais des failles oui, tant-tellement-c'est-fou
on dirait la lame elle-meme.
Une larme versee et des envies d'evasions.
Voir le monde, continuer, comme j'ai comence tot deja d'en avoir l'opportunite,
et voir, cette fois, au coeur des choses,
le fond de l'ame d'homme qui me redonne foi en nous,
qui saura enfin et pour toujours de nouveau
me faire croire en l'espoir que je puis mettre dans notre espece.

Nous sommes de cette espece qu'il s'agit de voir ou faire disparaitre
dans une fusion des corps, dans un fondu des esprits,
dans une entite unique et indiscociable,
et qui a terme sera conduite par une pensee unique.

Nous sommes volontaires,
mais nous ne ralentissons pas notre evolution,
car loin des envies de revolutions,
nous ne voulons rien arreter :
Constater et Deplorer,
voila pourquoi aussi ~ a l'esprit des gens simples meme
que nous croyons vouloir rapprocher ~ nous passons pour des erudits !

Quand nous ne sauronsplus rien faire,
et que nous serons si lamentables de nous ennuyer de nos doigts impuissants,
nous trouverons encore, toujours bien,
quelque chose qui fasse a notre place.

La caravane passe elle n'est pas prete de s'arreter.


D'aucuns diront que Radiohead ne produit qu'une melodie melancholique
Diront d'eux qu'ils sont Tristes et Pessimistes.

Mais ceux qui savent avouent qu'ils ont juste la dignite
de ne pas se resigner a fermer les yeux sur tout ~
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 18:25
Palmes en paille et palmiers bons a fumer
Une legere robe de roses ou rouges, on ne sait pas encore, danse sur les grains de soleil tombes en fleurs sur le couvert d'herbes hautes que balance lentement le souffle du vent qui en parcourt zig-zaguant les labyrinthes rafraichis par l'orage. Dis-moi, Marcello, ce que c'est que l'amour. Les palliers d'une farce integralement empaillee sur les bordels d'opales empalles aux rues d'azures qui sillonnent l'anticyclone, me donnent a gravir, de haut et d'eprouvant
Levant les yeux, je vois tout cela. Une autre fois, en d'autres temps, j'aurais dit qu'a trop en faire...
De longues tiges s'entendent vers le haut, se dressent comme les deux jambes nues de peau rose ou rouges, on ne sait pas encore, mais humides, qu s'y promenent furtivement.
 
Des rires comme des eclats de pleurs remuent la surface liquide de la foret qui conjugue etre et avoirs, etres et savoir, les leviers intermitents d'une pente a multiples doubles tranchants.
 
Elle tombe tout en douceur, la surface liquide de la foret qui conjugue, ecarclate sur son coussin de terre fraiche, qui absorbe la saison en puisant des herbes couchees des gouttes de l'Oeil de Plomb. Et, couche sur deux grands yeux charges de bulles brillantes qui refletent de toutes leurs couleurs les mouvances subtiles de fleurs cachees sous la surface, elle sourit. A trop vouloir en faire, j'ai casse mes deux pieds. On joue un vieux rivage, le vieux visage d'une musique des annees quarante. Une nostalgie empruntee a la bibiotheque du rire, comment appelle-t-on ca si on vut le faire et qu'on est millirdaire. Un cirage pour enfants, pourquoi pas. Et pendant ce temps-la, pedant, a Punta Cana : rien. Que des putes et de l'argent en pesos, qui ne vaut pas plus cher que des feuillets d'embrunts.
C'est une flaque profonde, un flasque doriphore genital, un micro-realisme enfoui, qui joue devant ses yeux les harmonies de jazz d'une naturelle impression que refletent les peintures disposees en flocons au-dessu d'une autre fille tragique.
 
Que flottent ses yeux liquides, et ses cheveux soyeux, dans l'air envoute de la fraiche illusion, et c'est une teinte pale de pointillisme van-goghien qui tachera calme et touche du bout des doigts agiles qui gravitent, que glacons baignent d'aurore.
 
Violemment ! Une grande vitre s'est couchee sur les herbes, explose en fractures meurtries, les morceaux de verre, sur le sol abattu. La jeune fille sous le mur, ne rit plus, elle ne vit plus d'ailleurs.
 
Elle est morte ainsi et tout moisira bien vite, des la prochaine pluie de l'ete qu'un orage abattra sur la plaine sans remords.
 
De tout reste toujours bien un peu - De tudo fica toujours bien um pouco (Carmen Novo)


 
Partager cet article
Repost0