L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 00:45

Un portrait de moi en chemise blanche et veste noire sur un fond pourpre de banquette aux baignoires de l'Opéra Garnier, barbe taillée et sourire aux yeux sans malice, que de joie spontanée et un peu de la fierté de plaire.

Une photographie prise à une exposition de Corso Como à Milan, présentant un pan de degradés de photographies mises côte à côte, de paysages d'horizon sur la mer.

Un film fait à l'édition 2019 du festival des Lumières de Lyon, du film qui se jouait sur la place des Terreaux, accompagné d'un paysage d'Islande pris depuis le bus ainsi qu'un souvenir de ma bouille parue plvs jeune que je puisse me souvenir et un mot de salut à tous pour liant, faisant état d'une boulimie plastiq et photographiq, des milliers d'envies à partager.

Un cadre pittoresq du port de Collioure deux mois plvs tôt.

Une prise de vue du pic du Canigou depuis Perpinyà, également deux mois plvs tôt. Façade jaune, toits rouges, ciel nuageux et soleil sur les monts.

Une scène sur le Gianicolo à Rome, avec un contraste accentué qui atténue les silhouettes et où ne se distinguent que trois personnes qui montrent du doigt la rive opposée, hors cadre, accompagnée d'un mot "Je n'y suis pas allé, j'attendais que se place ici quelq photographe".

Une page de l'écrivain jadis talentueux et de son amour qui puisaient dans les rêves les imageries poétiq d'une aventure littéraire sans cesse tenue palpitante pour des pages et des pages d'écritures et de dessins allant de rebondissements en rebondissements. Quand je parle de page, j'étends : un groupe dont les membres ont oublié depuis longtemps avoir un jour aimer suivre les actualités.

Une plage de partage, place d'échanges libres et passionnés, d'instants photographiés, entre amateurs et professionnels, aspirants et profs, élèves et admirateurs, tous très actifs et réactifs.

Une photographie prise par le fils de l'artisan et artiste italien, professeur à la retraite, enseignant et maître en sa matière, poèt et phénomène dont les œuvres et discours n'ont toujours été relayées, je l'ai appris tardivement, que par sa compagne et amie, laquelle a un jour trahi son jeune ami en revendiquant devant sa classe entièrement réunie, son implacable libre arbitre comm moyen de pression, citoyen mitoyen du raisin.

Une blague sur l'écriture chinoise, qui est de loin celle qui demande le plvs au monde de froncer fort les yeux et forcer de front l'affranchissement aux lectures usuelles et la franche frange aux langues de coupes.

45 photographies de l'année, présentant sporadiquement les paysages, formes et couleurs parfois semi abstraites, de bords de mer, bétons armés, feuillages, architectures, street art, scènes de nuit, objets insolites, chantiers, fleurs et dessins de mélanges, dont une statue de BB à St Tropez, une scène d'amitié rentrée tôt dans la communauté normande, une fleur orange dans la nuit, des façades colorées dans la nuit naissante à Toulon, un poêle tout neuf dans une maison trop vieille, une verrière très haute abritant quatre jeunes arbres en pots encadrant une terrasse de café, le Bon Marché paré pour les fêtes de décorations suspendues, l'abord des Halles où la tour Medicis, récemment transformée en musée est enveloppée d'algecos et d'échafaudages aux géométries confondantes,  une fresq de la Villa des Arts, un téléphone du siècle passé en gare de Cergy, un serpent en gare de Cergy, les fresques du marché des Batignolles, le couchant de Puteaux, le parc François Mitterrand à Cergy, le bord de Rhône ou de Saône à Lyon, depuis la fenêtre de l'hôtel, un pouss-pouss estampillé Couleur Café, la nuit de Brême, les roues de tracteurs installées le temps d'une expo dans la montée des escaliers du grand hall de l'Opéra Garnier, une branche d'arbre en fleur qui dans la lumière d'un réverbère a changé de couleurs, la projection sur la paroi opposée de la lumière du soleil à travers les percements alignées du long ponton de Granville, la plage centrale de Granville, des vénitiennes sur une façade au lissé impeccable, un ciel menaçant percé d'une lumière vive, un autoportrait de dos au long cou raphaélesq partiellement brûlé par les coups de soleil, une photo de moi les mains en l'air à l'instant saisi d'un flagrant délit d'imitation des gestes produits en la beauté sculpturale d'une œuvre de street-art dans les rues du vieux Lille, une immense amas nuageux figurant par sa forme de soleil un couchant gigantesq, orange et jaune dans le ciel mauve violacé des abords de la fondation Louis Vuitton, un homm pensif devant le chantier pharaoniq d'Acheres Ville, pris de dos, en costume et sa malette à la main, lvi à quai tandis que le train repart, des reflets de vitres sur un crépi ocre clair, figurant 4 empreintes très différentes les unes des autres, un dessin de formes géométriq au crayon figurant un voilier, l'arrière d'une voiture un soir de technival en Normandie, avec des écussons et des autocollants de Vendée plein de revendications, photographie de l'intérieur de l'un des ateliers de Mme Skinner, avec deux planches tordues, un magnétophone et des jets de peinture comm dommages collatéraux, un dauphin d'eaux pluviales rouillé où prend naissance une végétation luxuriante, un mariage normand dans une ferme vers Marchézieux dans le parc régional naturel du Cotentin, une des serres de cette ferme où une importante communauté tente de vivre en autarcie et cultive avec des équipements vétustes, le sommet d'un appareil élévateur du chantier naval de Lorient, rouge et bleu sur fond de ciel jaune, un chaton dont le poil se confond aux motifs d'un coussin sur un plaid en coton, un ciel moutonnant de Bourgogne, rose, presq rigide, une animation faite avec un dessin numériq figurant le quai de Denfert-Rochereau, un immense paquebot obtenu par altérations des formes d'une tache de peinture sur papier, où j'ai ajouté l' inscription "Littérateurs Unis", y voyant des membres d'un équipage et l'analogie qui en découlerait.

53 autres photos de 2o19, dessins, photos, de scènes, paysages et morceaux abstraits dont les formes et couleurs, extraits de leur context ont à mon oeil -est-il si uniq ?- plu (on-dit qu'il pleuvra encor).

La vidéo selfie d'une femm quarantenaire nommée Inès Anioli qui danse en culotte apparemment tous les matins, soit dans sa cuisine ou dans son salon, sur des musiq tribales, comm si elle était sous ecsta, titrée "si vous passez une journée de merde, ça devrait vous faire du bien", et l'énergie entraînante de cette vidéo en effet fait le sien.

Haiku sur les distorsions de formes et diffractions lumineuses et parallèle poétiq avec les "espaces laissés vacants", qu'il faudrait que je mette plvs en avant.

6 photos de la Casa Gala de Dali et des hortillonnages d'Amiens.

11 photos de LX factory, Belém et San Sebastian, titrées "pareidolia ou apophénie ?" et renvoyant au text "Les profondeurs insondables de l'âme"

Une photo matinale prise et diffusée en direct d'un mur de lycée du 19ème où il est écrit "Défense d'éléphant" référence à ce text (Gus, 188o)

Une photo matinale également prise et diffusée en direct, en haut de la rue Oberkampf où je n'étais jamais en 17 ans à Paris arrivé :" la seule façon d'en voir le bout, c'est d'y accéder par le sommet."

Deux courtes vidéos et une photo de l'expo immersion de l'Atelier des Lumières.

Une création maison, chromatisms d'une toile du mariage des palmiers sur fond musical d'Aphew Twin titré Pancake Lizard, animation sans mouvement, que des variations de couleurs.

Commentaire poétiq sur une toile visant à pardonner (classée sans suite depuis: 4 semaines)

Une photographie prise dans une buanderie parisienne, où s'est installée une boîte "Share your keys."

Un jeu de question réponse mariages, divorces, couleurs préférées etc., sans suite.

Deux lignes "Ou l'ébauche d'une première solution valable à l'énigme de la chaussette" (variations sur le thème de la buanderie)

Deux lignes : "Les yeux chauds brûlent les étapes" et "Les ciels froids les figent" (variations sur les nuages en voyage)

"Preview" mode (tenté une fois, jamais reproduit) d'un text "Lignes de compte". (Ou la leçon d'un échec cuisant motivant à se démotiver à cuisiner plvs.)

Article sur la librairie LGBT des Mots à la bouche.

Photo d'un toit couvert d'un chapeau de neige de 50 cm à hauteur d'yeux derrière la vitre du salon de Petit déjeuner à Saariselka, Laponie.

Une manifestation contre le réveillon de Noël (dindes).

Une intervention de Raphaël Enthoven à la Républiq en 1ère ligne.

45 autres photographies de l'année 2o19 dont les sculptures du palais rêvé du facteur Cheval, l'imposante charpente en bois des halles de Questembert, l'autre imposante charpente en bois des halles d'une ville belge logeant un restaurant, un village du Finistère classé patrimoine historiq, un tableau d'art abstrait très coloré, une affiche publicitaire "Galatée ou la rencontre surréalist de Dali & Gala", photos de diverses villes, dont Limoges, Tours, Dunkerque et Le Havre.

Une vidéo avec fond sonore "Avant, il y en avait deux, une sur chaq rive et qui se faisaient face. On disait qu'elles étaient prêtes à traverer pour se retrouver enfin. L'histoire raconte qu'une seule a tenté la traversée et a péri tandis que l'autre l'avait depuis longtemps oubliée." (text lu pour un parallèle avec "On ne meurt pas d'amour" ?, de Clara Lucianin ou le livre éponyme de Géraldine Dalban-Moreynas suite auquel j'ai découvert ce titre).

Un dessin voulu 3d figurant le deck d'un ferry avec des figures au premier plan, jouant la scène d'amour d'un théâtre qui n'est que dans ma tête.

Un extrait de Little brother.

Peinture accompagnée de mes quelq lignes poétiq commençant par 'Intimidé par sa clairvoyante volubilité (...)"

Arbres de nuit, dont les branches attirées par les cieux, sous les feux de réverbères, paraissent des flammes.

Une toile de moi où la muse, rose devant un amoncellement de formes urbaines ouvre un ciel bleu et les déformations quantiq de sa longévité, et titrée "I wish i could paint".

Illustration du text "Un globe où prendre forme".

Fast-stop-motion jour après jour d'une croissance végétale produite dans un verre (artiste chinois).

Moi sautant sans parachute (Pyrénées, 2o14)

Superbe article audio d'une heure de l'émission Les Chemins de la philosophie, de France Culture, sur Samuel Beckett avec pour résumé cette citation "les mots ont le pouvoir s'illuminer la noirceur". (Samuel Beckett n'aimait pas les philosophes).

Beaucoup de cœurs pour rien pour accompagner l'exclamation de 2o1o envoyant des scandes de joyeuses fêtes.

Une rue Parisienne à l'aube.

Une photo de photo retrouvée par un ami des Fauvettes à Fontenay aux Roses (2oo3).

Deux dessins-fresq collages voulus artistiq (création maison).

"Un miracle est sur le point de naître, c'est un garçon" (blague sur la virginité de Marie et les "saloperies d'ogm qu'on ingurgite maintenant") : "fallait rester à la campagne, venez pas vous plaindre après".

Clip de "sunshine sunshine Santa Claus de Nikki & Sandy.

Compression de 40 pages de texts (étiologie du mot) dessinant un profil de visage.

Théâtre aux aqvaintances quantiq-aqvatiq. (Montage made by.mobile)

2 photos et une vidéo de l'arrivée à Nîmes à l'aube (chant d'oiseau, aurore, floral).

Un autre levant depuis la chambre d'hôtel.

Sounds & taste of morning love (petit déjeuner toasté d'omelette en forme de cœur ).

Portrait du grand papa zinzin et de son immortelle de maman sans âge dans leurs univers respectifs (compression d'images et pareidolie).

Plan de l'Aspic, à Nîmes.

3 photos de ruelle de Toulouse et de Gaillac (festival des lanternes).

Fascination pour les arènes de Nîmes : 15 photos de pierres vues depuis et sur les arènes.

Selfie à la pipe (2oo9).

Deux animations des arènes de Nîmes (montage avec musiq de Aufgang et Étienne de Crécy).

Deux lignes: "attention homm qui brille" et "ici prochainement votre nouvel espace bien-être".

Une photographie du musée de la romanité et des arènes, et un autoportrait façon les yeux mouillés par le soleil, au réveil, à la fenêtre de l'hôtel.

Happy zozo (affiche de Yann Ricordel-Healy).

"Claire est revenue". Phrase écrite en 2oo8 , le même jour, 11 ans plvs tôt alors que je fais la connaissance d'une Claire.

2020, club de Rome (deux escargots).

Photographie de Carthage sur l'océan derrière trois cyprès après un vestige romain en premier plan, accompagné de 3 lignes : "2019 dit à 2020 les plvs belles scènes ont déjà été créés, et 2020 de lci répondre c'est commlesregarder toutes qui va changer'.

Dessin d'Anthony Garner (Ant) d'un pingouin et d'un ours polaire, trinquant sur la banquise. Des projets pour 2020 ? Survivre.

Dali, enfant géopolitiq observant la naissance de l'homm nouveau.

Illustration du Chat de Geluck "Bonne à nez"

George Brecht : "il y a si peu à faire et tant de temps pour le faire."

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 16:16

Rencontre au sommet de deux pyramides, biaises de Maslow.

Des âges on sait très peu, des anges un plvs, mais des auges le grand vide, il mange trop vite, il dévore. Des besoins en cascade, comm si on pouvait vraiment liquid faire dégringoler des gringalets, grains galets liés en une seule forme fluide, par escalier ou dans le torrent.

Ah oui. 

De la portance d'un léger, très allégé sentiment résiduel.

Pensée rémanente, songe persistant, d'unr idée solidaire, solide.

Résilience des fracas d'une idée germée dans le pot commun en découle l'égal, et les inégalables légaux légo de l'égo.

LIMINAL SPACE?

"Liminal space" refers to the gray area at the threshold of two conditions– simultaneously on both sides of the coin. Liminal Space is a community-focused initiative dedicated to pushing design practice into non-traditional, experimental realms. We blur the lines between design and art, with little regard for pigeon-holing and the utmost regard for quality discourse and the exchange of knowledge. Simply put, Liminal Space is a safe space for experimentation, risk-taking, creation, and community. We strive to give a platform to diverse voices, to showcase the work of emerging creatives, and to offer dynamic programming that nurtures and unites.  

 

 

Cette nouvelle technologie qui pourra etre utilisee sur commande permettrait

d'anticiperl'acheminement d'une livraison des sens, d'un songe, aux sensations d'une conclusion qui vaille quelq chose, ou des produits ménagers avant meme que le besoin ne s'en fasse sentir.

 
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 22:37

 

 

Il n'y a pas de casserole,

mais un vide sidéral a sa place

le liquide fluide se floute

et glisse dans le baillement

d'une ouverture

vers d'autres

Il n'y a pas de fenetre sur cour

mais un prodonf mur d'épaisseurs grises

pour matelas

a la tete agitée qui veut y glisser une idée

Derriere le verre

le corps qui se glisse entierement dans une lame d'air

a trouvé le repere sans quoi il se perdait

Il y a une faille dans la suite des idées

qui voudraient aller de paire

en paires, et de proches en proche

vers des logiques implaccables passageres

ou conductrices

sans qu'on s'induise en tort

J'entends parler sur mon oreille

elle se sait visée au pas

courrent des longues choses sans chaises ou s'asseoir

qui attendent dans l'ombre

un chemin ou traverser au passé

D'une meme ligne deux fois écrite en une seule langue

le sens perd son fond et perle

le liquide se répand dans un Introuvable Ailleurs

Improbable irrégularité de la surface lisse d'un meuble

Anfractuosité trompeuse ou se perdent les amants

et se confondent les cycles par ce dernier que qui n'en a pas encore

Celui dont la moitié du corps a déja franchi la ligne

voit sa moitié dégagée face a lui

qui attend pour disparaitre d'etre échangée

avec un produit a forte valeur ajoutée

et a l'excellent ratio d'un produit de haute technologie

Il y a dans l'idée une fausse impression

qui veut peindre des premieres en couleurs saturées

les simplicités les plus mornes

pour leur rendre a la vie les mains tenues sur la tete

qu'on garde depuis longtemps en otage

prétend l'artiste, qui en paye la rancon, amer

Le liquide rendu apres une absorption trop rapide

 par la bouche donne des spasms et part se réfugier

par peur de représailles, la rumeur

par ce nouveau que qui n'en toujours aucun

et en effet on gronde, on aboie

que le lait court encore, comme une idée

que ce lait n'est pas frais ou que tout l'est du moins sauf lui

Lait jugé pour mauvais et déloyaux services ~

Un liquide fuit et c'est une faille qui fait

d'un fruit dont on l'avait obtenu,

une nouvelle surface lisse de meuble ou reposer l'idée qui veut tailler les routes

sous les pieds trop confiants.

Partout portent des apparats garnis une partie dépareillée, ou en bouches, pas rayés

des qu'a part se sont soulagés pour une porte plus haute qu'un moindre plus tot etang haut d'eau vidé

les autres trous d'un néant qu'il n'est plus possible de ne pas souligner en partant.

 

 

Les Editions de La Luna presentent ~

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 17:03

La couleur du départ

un violacé vaguement mauve

mate fer forgé

taillé de pierre

dont l'aile qu'une

poule aux yeux dort

~ sommeil en elle

la couleur du départ

prune aux violettes mauvissent

digererées et remauvies

l'étendue écarlate déployée.

D'une fixation cosmiq

cette couleur, départ ~

A-t-on jamais vu une bulle de savon

mathématiq évoluer

en société sans se casser du nez

des idées frappées des fonds,

ou laisser au vol de la poule des ailées

les plumes en mauve peintes,

des violacés dessous ~

 

Le coeur des ancestres

Une Esperluette ne fait pas le Printemps ~

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 15:59

J'ai voulu ecrire un article, pondre un essai, cuisiner une encyclopie complete des sons de cloche du monde. Tant par leurs resonnances si differentes d'une contree a une autre il peut etre difficile de dire et donc de predire avec exactitude, s'ils appartiennant bien tous pourtant a la meme espece animale, portent l'ecriture sacree qui veut qu'a chacun de leur jeu s'aile un ange.

Mais j'ai prefere utiliser cette plage de temps precieuse qui venait de m'etre - equitablement distribuee pour contribuer aux desseims propres - attribuee, a faire ce dessin.

"tous les professeurs d'anatomie du monde vous le diront (...)

4x+ "

Tous les professeurs d'anatomie

Tous les professeurs d'anatomie

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 08:14

Ce sont deux traversees anecdotiq. qui ensemble en schematisent une bien plus grande.
Sur la partie de gauche un homm descend d'une main qui deroule une bobine, qui au sol forme quatre monticules concentriq relies jusq 'au dernier ou une main la tirant la fait remonter. L'homm tente de suivre le cheminement de l'uniq ficelle et a la force des bras en accompagne l'ascension sur la partie de droite. Visiblement content il nous dit Tous les sommets de toutes les montagnes ne sont toujours que les genoux d'autres erections. Titre Bien. A gauche on peut lire K=L1, Offre, ou encor Production. Et a droite Demande, Consommation, Societe
Le deuxieme dessin est compose identiquement, une main a gauche, une main a droite portant les memes symboliq, reliees entre elles par une corde raide sur laquelle s'essaie un funambule a une traversee directe. La legende est la meme a la difference pres qu'il est a gauche cette fois ecrit K=L2 + I. Titre Rationnel.
En dessous on peut lire L1<L2.

I represente la masse L precaire, fluctuante.

Cette representation que je viens de creer en meme temps mais d'un tout autre registre qu'une oeuvre de calligrammes poetiq formes de A et de V titree Losanges, definit l'evolution d'un equilibre optimise, "rationnalise", (si tant est que ca le fut), qui permet de maintenir tendue la corde sans amasser de stocks. Cette solution est, a K identiq, d'attribuer a I, fluctuant, une partie de L1, lequel I, de s'accroitre, au besoin. Lequel besoin est suscite d'une facon neuve, et parfaitement inedite au vu et pour les raisons evidentes decoulees de cette interpretation.


Dans la premiere representation la main de la gauche et la main de droite sont toutes les deux dotes de nerfs.
Dans la deuxieme representation, seule la main de droite est actionnee. La main de gauche est en quelq sorte lache.
Bien malgre elle, ce qui la rend meme carrement molle. 

 

  Ainsi s'ecrit le [~)

Prononcez comm vous voulez.
Embrassez qui vous voulez
Exemples : En ce [~)-la.
Un [~) pour tout.
Au [~) pour moi.
De [~) en [~) 
Long[~) 
Je pense a toi tout le [~)
Prends tout ton [~), & prends tout le mien, par la main.
Allons ensemble pour un long voyage spacio-[~)orel.
Pas le [~) de dire Ouf, en 2 [~), 3 mouvements. 

 

   Passe [Present) Futur.

   [~)

 

Une croche, une parenthese, fermee d'un cote & ouvert de l'autre, et qui sourit quel que soit le point de vue, pour autant qu'il soit exterieur. Ainsi s'ecrit le [~)  

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 14:17

 

Un vache mecaniq meugla.
Elle cherchait sa tenaille.
    "J'en n'avais jamais vu de si pres
_C'est pour ca !~ repond-elle
 "

 

 

Tomates-opéra d'onomatopées (concert d'animaux sur le fleuve)

_Haut les coeurs !~ dit a la diva, divine Elsa en reine une sublim Irene.
_Des arts j'ai vu les esssences. Je ne suis plus qu'essences, je suis une bulle d'eux,
un pochoir aux mondes adossee au mur d'yeux pixels contestant 
qui regardent les autres espaces ouverts quand le jour ayant point s'ouvrent grand
leur fenetre sur les autres passants temps ~
_Ce qu'il claque de portes dans cette maison .,..

 

Recettes pour les amateurs et les praticiens d'art decanteur enchantes : Des pates avec de la viande de boeuf, sans oeuf ni sel comm tu m'as pris, ni huile ni beurre, que cette pate verte sechee de pistache, deux oeufs, des oranges a la poele & quelq branches d'algues seches aussi avec dessus verse un verre seulement de ce the a la paille ou de ce qu'on veut pourvu que ce soit vert ou assez se boive ~


Je ne pense pas qu'a ce moment quand je passe a table, je ne pense pas qu'a toi,
Je pense a tout ce qui amene a cet instant ou la recette revient aux papilles enrichie.    

Sur le fleuve, nous qui sommes assis aussi

des animaux.

Savons aux nuits noires nous baignes

faire mutuellement pousses mousser.

Dans les chants d'induction, les huiles, les palmes, les thes, les decantations de fusees, leurs fusions incantees,

La profusion des arts aerodrome aux syndromes decoles decoulant de Stendhal,
La,
Des infusions chantees sont bues & nues nuees contees des nuits aux abords de debordements, rebords glissant d'enlisements,
aux bords des rechutes qui rappellent les montees et s'evoquent descendues comm des notorietes clamees syndiquees proclamees revendiquees vendues revenues nue et encor nuees a naitre et jusq 'a se faire mienne, les vocations d'un cahier a valises sur le couloir mobile de nos villes dortoirs à tiroirs, compotes compactees des vandalisation de mise aux mises de vaux ventes sur l'etat du stand friable suivant, celvi qui suit le seul instant et devance les temps entiers, 
la, en se bosselant, en ondulant et en se déroulant le papier ou se bâtit cette ville décrit les formes dinde & pirouettes naturelles qui donnent à la future locomotive de sens habituée habitée la part la plvs importante et inaliéniablement solide du slide bolide.

Celle dont il subsiste au-dela, lorsq tout, à l'intérieur ayant tant mu et s'étant amant morphosé qu'il n'est plus méconnaissable que parce qu'enfoui sous les chapiteaux agités sous les piles du temps continu qui demeure chauffé aux embases de l'unité solidaire d'un meuble au socle immuable, ~ La dureté pérenne d'une construction de voiles, les tiroirs de la ville, ses couloirs aux points de vue multiples et simultanés. 

   
    
Des flores aériennes, celles-ci ailées volées son du baiser fusent et bruyamment se rencontrent à mi-chemin sur ton auteur chéri.
Mésanges au prix de la tienne doivent retrouver leur liberté, et suspendre leur vol, je ne les fais pas suivre autrement que pour toi. Rendez-vous sur le champ, ou dans les confins mais rendez-y vous vite.

Et rendez-vous service, utile joint d'agreable, rendez lvi cette part de moi vélo d'une lumière mégalo-citée véhicule.
La qualité d'absorption démographiq de sa situation de civilisation émancipée des élans frictionnels de sa vélocité de lumière innée. Au moment de la plongée dans le premier des nombreux couloirs imbriqués qui quantiq s'enchaîneront par la suite à faire voir flou ce qui est double et triple ce qui redouble l'inattention dans son inertie inspirée, un premier jet abstrait déconstruit l'organiq palpable et dématérialise le language en une agglomération de sons produits qui sous l'égide intelligible de la connaissance instinctive et insulaire promet de faire chanter remplis de lointains paysages de ticas sur les eaux de claires de lune au rivage qui l'ont échouée comm les reste de la veille et ou l'on cherche encor le capitaine de bord au long cours quit dit en partant et je n'y serai plus pour rien cette fois.      

 

 

Love, Ampad 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 11:33

Les codes stylises, les cadrages bien enscrits, si bien qu'ils en sont meme gravures, alcoves irrefractables, irrectractables cartomancies practice morales, desquelles rien ne se permet de deroger qui ait l'influence vaguement folle d'un peu de cette incroyable energie qui confere d'usage aux choses de la creation leur vitalite et leurs perennites de eniemes zones, sans lkimites.
Hors-cadre, sortant de ses gonds de porte -avions etes des fous- l'imaginaire recoit la dose a qualifier de Supernova dont il subtilise les vertus aphrodisiaq, les tourne a son avantageux bassin qui se met a clapotter comm l'eau dedans y remue quelq peau neuve serpentant parmi les vestiges des allegories passees demeurees intactes authentiq toq et tics dans les images evoquees, qui laisse ses ecarfes et les fait ressembler a de veritables marq de naissance.
Qu'est-ce _? QU'une marq de naissance prouve.
C'est un embryon, un cordon ombilical, et local il peut rassembler par paires les ambitions et leurs projets de moindre intention.
L'invention dans le bassin, abreuvoir souple et contortionnist qui fait briller les vertebres s'entre-croisant en se saluant respectueusement, nos mondes ont englouti leurs voutes et leurs limites, qui desormais integrees comm des lois bien apprises, errigent en nos seins quelq merveilles tues, conditionnement des naissances a marier avec la couleur de leur instant de parution comparee.
L'ustencil monstre des rouges coulants, descendu a sang-a l'heur des improbables origines de ses mutation d'arch geologiq, ostentatoir gorge de lambeaux d'yeux coules dans la superstructure de ces particules de nanotecdhnologe absorbantes, l'ustenciel outre-en-ciel arc embarque sur les domes d'ou il prend possession des teintes virtuelles de ses velocites confondues, lesquelles dessinennt des arcs desquels se tirent les coches des cochets decharnes s'egosant. Cet ustencil au ciel monstre de surligneur d'oeil coule comm en perlent les nouvelles allegories des vies neuves que dits et a propos en exergue ajoutent a la charge de son charriot qui degringole en prenant en passant les couleurs de portes au miel, ces couleurs audacieux qui ont le pouls si haut qu'aucun code ne saurait jamais les en retenir, n'en reviennent pas eux-memes de ce qu'ils ont a dire quand ils ont tant affaires que bises naissent a leurs mains encor liquid d'efforts.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 11:43

Peupler le ciel peuplier des vans Tranoi. Elle, si, est l'aurait du. El cielo, au rez du ~
Il s'est deja ecoulees accouchant passe acculees deux vies avant que j'arrive ici au beau milieu de l'ajourne. 
Liquidation plvs qu'etale. Le courant d'un pancho de sang chaud chausson angora gore orne et gauffre agora. Les escarres mouchent brumes core en faisant plvs voire pleuvoir des billes a roulements desalterants alternes d'halteres egaux : On n'y voit comm en plein jour plus les etoiles qu'alternances de trax.

 

Elephant de mer interminable dont le patron est devenu fou, que ces prix chocs de derniere demarq aqva tout a dix balles fait echo 

~ c'est un ballon qui s'esquinte en se quinte teintant tintant son son en autre chose. On est passe a autre chose, l'vn a cote de l'autre sans le soir lavoir savoir se voir. Et l'essor noir, miroir poire a boire est une mer qu'habitent les elephants, et qu'a beats aussi emboitent comm un pas pas serein, un pas hesitant entre magnetism ingere et passants a ingerer generes ainsi aimant, les aimants.

Les boites aux tubes desquels materialisees comm des valises a trois tiroirs imbriques s'emboitent dans le pas pas serein d'une sirene qui s'exhibe en s'esquivee esquintant les exces aux axes d'autres casq moins cadres que quittes a quatre coudes des esgourdes engourdies, ces gourdes bourdonnent assourdissantes au secours !~

L'or ce que tu dis, lorsq tu le dis mieux que quiconq en te contre l'electrode ecclectiq du son vegetalise comm une toiture ferme ou une mer a boire, soir foire des miroirs se poire laisse sous toi s'asseoir, cet or s'essor tord des mors et fort sort des torts commis y compris ceux compris et entendus. Il y a vraiment / quelq chose / avec le temps. Il est si clair qu'il va a contre-courant

T'alaiter aux tetes de l'etain etincellant danse chancelant etaie aux tales les luthes aux luttes telluriq de pludres edredons rodes dorant s'entre-tolle toles inneisant de theines modiq, sommes des sauts qui sons des salles a allees sont des saltos des plumes glissees dans les beaux draps du reve ailes en cours s'ecourtant secousse aux secours recours des ecoutilles deluxees !~  

Propositions surcomposees, offres suren-cheries. Six bords donnes non sus, moments seulement sentis a la fleur des peaux, sel.  

 

Superdiscount, 3 ~ Laiton d'haltes, teton d'eau, taie d'oreille allechee.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 12:06
Ce qui aurait pu etre un autre point d'observation de la scene fascinante de cette aube mondriane.

Mais en aucun n'en est ~ juste une scene que celle-ci m'evoque comme je me la repasse (inlassablement)

Elle (arrivant par la chute des escaliers, a la cuisine, surprise de l'y trouver) :
Trait-fort ! Je ne savais pas que vous etiez la, je ne savais pas que vous veniez ce matin. Si j'avais su...
(triste, dans ses pensees) Et moi qui restais au lit. Mais depuis quand etes-vous arrive, pourquoi n'avez-vous pas appele ?
Lui (se tournant doucement, et d'un air faussement detache, puis infiniment emu) : Je suis arrive a l'aube. Il n'y avait personne et comme nous sommes samedi, je me suis dit qu'il valait peut-etrre mieux que je vous laisse vous reposer de la veille, comment ca a ete ?
Elle : Bien. Oui-bien. Mais on s'est couches tot, vous auriez du prevenir. et meme me reveiller. J'en aurais ete heureuse.
Lui (visiblement touche) : Je n'allais pas vous faire sauter du lit, pas un samedi matin allons, Mathilde.
Elle (riant d'un air coupable) : qui parle de lit ! Et qui parle d'en sauter ! Allons mais quelle heure est-il ? Neuf heures, mon Dieu ! (puis dans un air precieux : ) Mais vous avez donc foutu quoi jusqu'a cette heure-ci, et d'puis l'aube !
Lui (roulant soudain les epaules comme prenant son envol) : Un eclat de genie m'a farppe Mathilde. Il etait trois heures du matin, je n'ai pas pu attendre et puis tout tournait tellement, je suis venu directement le crystaliser, le figer, afin qu'assurement il ne bouge plus. Sans attendre, il le fallait, c'etait inevitable ! L'oeuvre ne pouvait pas patienter plus, combien de siecles deja, allez savoir, qu'elle miroite tout ce qu'elle peut sans qu'on la voie ~
Elle (seduite) : Trait-fort ! Qu'allez-vous donc trouver aujourd'hui la force de m'annoncer que sera ma surprise a vous voir a la hauteur d'avoir ete capable de commettre qui saurait me faire des ce soir venu vous sauter au cou ?
Lui (tendre, affectueux, paternel, languissant) : Mathilde, si vous desiriez etre surprise, tenez-vous bien (tenez-vous  mieux enfin), ce que j'ai fait la va vous epatter !
Elle (sans retenue, dechainee, en sueur) : Qu'est-ce ?, allons-mais-qu'est-ce !!
Lui (tel Dieu annoncant "Une Femme") : Une machine a remonter le vent !
(...)
Elle (dubitative) : Ah. Rien a voir avec une machine a remonter le temps j'imagine, puisque ca existe deja... (cherche encore)
Lui (l'interrompant, gravement) : Rien a voir en effet. Ca sonne pareil, mais c'est impossible, vous l'avez dit, ca existe deja. Mes idees ne se seraient meme pas arrete a ca, vous imaginez bien.
Celle-la, cette machine que ce matin j'ai creee, je vous la laisse imaginer, se compose d'un sceau, une poulie !, une manivelle, un fil de cuivre douze milli, de douze metres de long, et d'une balance. Ah, venez vite voir, vous verrez mieux, c'est merveilleux !
Elle (visiblement ravie) : Mais ce n'est qu'une peinture.
Lui (ravi aussi) : Comment "Ce n'est qu'une peinture" ? Au contraire,"C'EST UNE PEINTURE" !
Elle (de plus en plus euphorique) : la peinture d'une machine qui remonte du vent...Ce n'est pas grand chose, du vent.
Lui (encore plus emu) : Ca fait remonter DU VENT !
Elle (l'euphorie meme) :  Ca fait remonter la notion de ce qu'est le vent. Meme une peinture peut etre du vent ...
Lui (immensement heureux) : Ah-la ! Vous etes medisante ce matin, qu'est-ce qui vous arrive ? Z'avez mal dormi ou quoi, BORDEL !
Elle (passionnee, a ses pieds, le prenant par la main) : Vous vous arrangez pas mon vieux, c'est pathetique en ce moment. Bon allez, je retourne dans mon pieux avec le vieux qui fait tourner le vent, pioncer encore une heure ou deux.
Lui (ne lui lachant pas la main, amoureux, Amour-lui-meme) : Ouais c'est ca ! Revenez quand j'aurais seulement fini, vous l'envierez ma nacelle a faire remonter le vent, et vous voudrez meme etre dedans. Mais vous etez deja vent ! Que-du-vent Mathilde !
(seul, inspire, s'effondrant au sol, le visage poete vers le ciel, le regard tendre et absorbe comme visitant un mirage et ses poussieres d'illusions) : Que-du-vent-gnagnagna...
Partager cet article
Repost0