L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 12:11

Samedi 4 juin dans les mémoires

Il y a eu 33 min de Another Place autour d'une table mouvante, suivi d'un précipité où la techniq et la scène se sont mêlées, confondues, et ont interagi, puis la longue montée en puissance, magnifiq, d'un Boléro de 16min avant l'explosion d'une ovation méritée pour le départ à 42 ans, âge officiel de la retraite à l'Opéra de Paris, de Stéphane BULLION, un spectacle en 3 actes chorégraphiés par Mats Ek*, superbe et surréaliste, éprouvant même, tant l'intensité de Carmen, en ouverture déjà enclenchait les roulements de cœur dans une phrénétique prise de corps. Les enfants du danseur se souviendront avoir ramassé des pétales scintillants sous les BRAVO qu'on a hurlé sans fin dans un orage d'applaudissements qui sembla ne jamais devoir s'interrompre. Et ne me demandez pourquoi J.K. SIMMONS remplit une baignoire, je ne vous dis qu'une chose : il finit à la flotte !~ et salue en peignoir

*Sylvie GUILLEM avait également fait sa dernière sur une chorégraphie de Mats Ek.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 07:05

Si l'univers n'était vraiment que chaos, nous aurions déjà croisé le chemin d'vn rocher de la taille d'une galaxie. S'il était à ce point chaotiq que l'univers quantiq le transcendait, nous aurions bien pu croiser déjà le chemin d'vn rocher de la taille d'une galaxie sans nous en rendre compte. Quel rapport entre cette introduction et le titre ? La question se pose-t-elle, alors ? D'ailleurs, c'est quoi cette question ? Quelle communauté, suffisamment peuplée pourrait ne pas rêver accéder à l'autonomie parfaite, et qu'est-ce au just qui l'en empêcherait ? Le prodigieux excès de folie d'une pression sociale illégitime, facilement vaincu sitôt ce souhait désiré fort. Rien !~ Nulle obligation n'est en mesure, sitôt franchi ce cap où le navire de plaisance disparaît et ne subsistent que les doutes sur les motivations réelles d'un capitaine trop pressé de commencer la saison, de taille à retenir celvi qui le veut vraiment à s'extraire du monde global et entrer dans la microsphère du seul monde qui vaille d'y vivre. Une communauté peuplée de quelq dizaine de familles & d'amis, dotés dites, tous d'un seul impératif pour qualité, la volonté de durer. Les rescapés du degré zéro d'une tentative ratée, ressuscités qui soudain au sortir d'un tunnel trouvent dans un ciel magiq la couleur de leur tout premier rêve dans une serre décoincée des angles obtus des mondes qui s'entrechoquent alentour. Un matin renégat où ne plus rien reléguer d'essentiel au second plan, la troisième main entrée membre comm un soleil dans la famille en passant celle d'une relève.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 22:12

Deux certes invisibles et aussi immobiles que secrets oiseaux côte à côte devant l'eau, au pied de l'océan cosmiq qui les reflète tels qu'il sont, deux mythologies ailées, aimées, amusées muses des siècles qui les suivent. Autorisées un instant par un astre naissant just à la lisière du jour, de baigner les corps humains dressés de leurs incarnations sensibles dans le reflet d'un levant qui les embrasse des yeux en souriant.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 21:11

Il se donnait en spectacle, se représentait sur scène des nuits entières durant, dans les clubs des capitales d'Europe. Icône admiré, il se laissait porter, adulé et ivre de gloire, un être hors du commvn, dont l'entourage flattait l'envol, il était entré au théâtre comm si c'était chez lvi. Ça l'avait toujours été.

Elle l'avait vu provoquer cette actrice, causer sur elle tout ce qu'il voulait, il avait joué just, elle l'avait laissé se jouer d'elle enivrée, sans retenue, et plvs tard c'était une autre. Doté d'une troisième main, qui empoignait le cœur, sur scène il était vraiment ce qu'il incarnait, bien plvs que ce que les lignes écrivaient, elle l'avait reconnu, c'était fort, elle y avait cru. Ça aurait - presq - pu aller au-delà.

Mais avec elle, se disait-elle, ça ne prendrait pas, elle comprenait son talent, saurait que ce n'est toujours pour lvi que du jeu. Causer la peine l'effroi, la tendresse, l'attirance, faire croire à la relâche, à l'amour, se laisser croire mort, ému, blessé ou désemparé, à bout de souffle, elle ne s'y laisserait jamais tromper. Là commence leur histoire. D'un amour qui est le secret aveu d'une faiblesse qu'on jure ne jamais pouvoir trahir.

Une troisième main de Liszt, la Campanella. Quand il n'est plus possible de douter qu'il en est plvs que deux, qu'il devient indéniable que ce sont bien quasi quatre mains qui jouent maintenant. Ce mystérieux & fascinant prodige. Déglingué, glamour gothiq, théâtre rock. Une toile émulsifiée du ciel attendri qui autorise un seul instant se baigner un astre au pied de l'eau, just à la lisière du jour.

 

 

Rien que de l'amour, rien que du glorieux.

Nicola Lallée & Dee Dee Plinchase

Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 15:13

Cet humus calypso, tellurique, humide et tellement timide liquéfiant, aimant des éléments portés doteurs animés tels alimentés des habits de sédiments et leurs moults habitants hâleurs, encre au corps sédentaire du cœur phénomène, contingent et d'autres sortes d'événements plvs rudimentaires encor, s'étreint tout seul et d'empreinte selle au ciel sel sied au sein d'un siècle d'arbres mouvants acteurs.
Évidemment, l'évidement. Trou moteur, action c'est un réflexe, quasi reptilien, endothélial canalisant, lorsq les choses comm des linges, singes, songes et autres longes s'étendent pour le mieux c'est bien - au revers de la médaille qu'on s'attend le plvs : il en avait du plomb dans l'aile, le Roméo de Venise à Kotor en passant par la chambre du Dioclétien.

La dernière fois que j'avais vécu Malte, on était en plein dedans, et c'était 2010. La dernière fois Ljubljana à peu près le même état - latent.


Ô ma beauté nostalgiq, ce frisson qui me tort le cœur...
_Espèce d'enfoiré ! Ici ce zoïle, et cet autre zouave, là.

TREGAN dit Moscou n'a donné aucun jeudi pour iris de saison.

Marcher. Ne faire que marcher. La nuit le bruit éteint passée à ça - une veille. Absorption similaire de sens à l'éveil un crachin de plaines sous le soleil de plomb. La nuit prochaine a ça de plvs qu'elle peut repasser sans l'avoir dans un premier temps fait déjà. Pas passée, présentée à la masse - corps & âme y fondent en chœur. Comm une polygénèse et la théorie des finalités communes en elle entendues. De nouveaux 2022. The time to find me.

Une nuit de Superstar à Bol.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 16:26

2O3O ~ 2O49 : 19 vies.

Une vie familiale,

Une vie amoureuse,

Une vie adultérine,

Une vie sociale,

Une vie artistiq,

Une vie professionnelle,

Une vie extra-professionnelle,

Une vie future,

Une vie virtuelle,

Une vie virtuose,

Une vie consciente, savez-vous voir,

Une vie inconsciente,

Une vie rêvée,

Une vie antérieure,

Une vie intérieure,

Une vie vivante,

Une vie morte,

Une vie éternelle,

Une vie non fécondée,

Une vie éclose.

 

Récoltant* !~

stegodon, freshwater turtle and monitor lizard

Qu'il soit peu ou proue porté aux décors de notre science particulière, d'éléments permettant d'en conformer le style, pour preuve aux portes de la conscience qu'il exist bien, dans l'histoire de l'homm, des âges secrets de son exploration du monde, les dernières découvertes, publiées dans Nature suite à des révélations apportées par des chercheurs dans la lignée de Dubois attestent qu'il faut s'ouvrir aux éventualités comm aussi en soi en tisser pour trame et prémisses aux étendues sous-entendues possiblement plvs vastes que castes celles jusq'alors énumérées, les évènements demeurés introuvables d'un prélude à son épanouissement moderne.

Si la scène de Kubrick dans 2oo1, l'Odyssée de l'Espace, qui lvi vaut de donner son nom à un cratère, aux côtés de C. Clarke, K. Dick, Némo, Oz et d'autres grands acteurs & interprètes de l'imaginaire Collectif en la matière, sur Charon, la lune la plvs tardivement identifiée de Pluton, fait sourire et laisse peser sur le regard quasi quantiq qu'y porte le réalisateur, un air d'omniscience toute providentiel, l'actualité logicielle permise par les progrès en terme de trimes aux termes de trombes qui le distribuent par phénomènes concerts désormais bien plvs concrets et accessibles qu'ils n'en 'étaient l'étai au début du siècle des recherches, témoigne que nous n'en savons bien lavés de tout soupçon que peu encor des encombrements combles de la colombe d'une pensée des passions plvs poussées denotre note débitée de déboires de l'achèvement de l'homm en son monde jusqu'à l'actuel statut d'homm scient et omniscient.

Révoltant* !~

Télécharger l'appli.

Anonyme.

Poster ici toute situation qui vous a choqué et que vous avez eu le bon réflexe de filmer.

Autoriser la géo-localisation.

Fonctionne comm Google Photos.

La police regarde.

Trouver autour de soi.

Trier par date.

Sans commentaire.

Réboltant* !~

Étudier les points communs pour comprendre les différences, et vice-versa

3 titres

1. Chacun de ces titres a un début, et une fin.

2. Tous les trois durent entre 2 et 3,5 min.

3. Il y des voix, qui vibrent suivant des fréquences variées & alternatives, par-dessus ou en-dessous des mélodies.

4. La plupart des notes sont répétées dans le même ordre, plusieurs fois, à intervalles quasi réguliers.

5. Une brève pause, et ça reprend.

6. Des variations d'intensités et de cadences.

 

 

Liturgies léthargiq `~
Partager cet article
Repost0
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 16:17
Il y aura une femm

Il y aura une fois, une seule fois d'abord et si je ne puis la situer d'emblée c'est parce que personne ne me la raconte encor, mais ça viendra, une femme. Il n'y a toujours pas grand-chose à en dire, ces 786 pages devraient suffire. Au moment de les écrire, je ne peux pas dire où se trouvera cette femme pendant toute la durée de l'aventure que décrivent ces pages qui lvi sont consacrées. Ça peut paraître étrange, mais vous allez très vite comprendre, et, encor plvs étrange, c'est parce que vous aurez compris, et seulement après ça, que je pourrai me faire raconter son histoire, et ainsi la voir. Ça doit être excitant !~, ou au moins intriguant !~ comm introduction, ce côté romanesq !~, l'idée !~ sous-entendue de cette certaine forme d'interactivité, presq quantiq !~, si on y pense, un genre de voyage spatio-temporel, est-ce quelq chose de mystiq !~, vous pouvez même vous demander si vous êtes inspiré, mais je ne peux pas vous faire lanterner un faux espoir, il n'en est en fait rien. C'est bien plvs prosaïq que ça, vous allez voir. Contrairement à moi, qui ne fais que l'imaginer, vous allez tout voir de cette histoire, et vous verrez qu'elle est bien plvs terre-à-terre que tout ce à quoi vous pouvez pour l'instant vous attendre : c'est pour ça qu'elle vous inclut. Continuez sans moi, je vous attends ici. Pour la plupart, les texts que l'on lit et qui nous relient reposent sur le postulat souvent faux, que s'y trouve plvs de créativité que tout ce dont l'esprit du lecteur serait capable. Ça a sans doute majoritairement été vrai par le passé, pendant très longtemps en effet mais plus maintenant, c'est désormais plvs le lecteur qui porte l'histoire et son imaginaire propre qui fait du récit ce qu'il est : votre vécu en quelq sorte, l'écrit. Voyons ce que ça donne, et nous verrons si vous êtes bon. J'espèr ne pas me planter mais il serait de toute façon trop tard pour changer d'avis. J'ai - donc - toute confiance.

Partager cet article
Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 12:18

Je l'avais, trouvée belle et flavescente, pourtant parcourue holistiq & coruscante, cette ville-maison, cet état-mère, qui avait d'irréfragable l'enceinte d'un état sensationnel où tout se trouve sans se chercher, qui s'agit de la prescience faire un phénomène régulier, non une prévarication pérégrine et pusillanime, sans qu'objurgations ni qu'exhalaisons nidoreuses ne viennent pour en freiner l'entrain et la diligence, s'imposer en un rempart dirimant. J'étais, à ce moment, d'alacrité si inconscient de son caractère exceptionnel, bercé de naturelles bienveillance, comm sollicité de toutes parts par des connaissances reptiliennes, est-ce de cela dont il s'agit ?~ les dessins et texts d'alors longuement me laissent fubitatif, d'héritages proches de feu ceux mis en bouche aux canapés d'une canopée titrée "Cloud Atlas" ~ état qu'il est, dans la quête obséquieuse, impossible de recouvrer, par trop de superficialité : la démarche volontaire en serait-elle la limite, tandis que l'instinct s'y veut vent dominant, carresser, souffler les images de part en part comm d'un panorama se tirerait s'y animant, une fresq figée sur l'instant t d'une vérité qui ne vaut qu'à cette seconde, sans possible permutation, ni translation, délai d'acheminement ni transposition d'actes aux paroles qui se voudraient une seconde de trop retenues. L'écriture automatiq, volontaire par nature et instincte par dichotomie, non signée mais au contraire contrainte exercée contre qui la croit mener, y croise l'intention subjuguée, sous-jacente d'un fleuve sous-marin. Si satin-marin-miroir qu'il n'est possible d'en tenter quelq esquisse, ce que je ne pus jamais produire, même lorsq j'en traversai l'effluve, en prenant le courant allant gravitant, sans gravité, tourner dds scènes de film au péril des vues directes dds alentours physiq.

Partager cet article
Repost0
8 février 2020 6 08 /02 /février /2020 09:08

Je rêve d'y être à temps, à l'heure, alors encor entier, d'être à tant pousser fort à temps plein en Joli-Hood, la créer ou la trouver déjà toute faite, affrétée cette ville tiendrait du miracle, dans la main un présent qui ne serait pas qu'un fromage, cette ville si vaste qui tiendrait dans un cube ouvert, dont les arêtes offertes aux rayons d'un soleil de diamètre plvs-que-double, original et redoublant encor par là, par-delà les nuages d'attention et d'intentions conséquentes, seraient des colonnes sculpturales, érigées de matières tendres, élevées au grain hérité des architextoniq antiq, faites de bric et de broc avec les moyens du bord, bord qui serait justement ici si bien nommé, pour les sémantiq trouvées là perchés, en l'air comm pour s'y envoyer l'embarcation prévenue prévoit que toute forme d'émancipation de l'esprit aux habitudes conventionnelles et convenus usuels, tout désir exprimé et finement abouti à en changer le point de vue soit la bienvenue, puisq 'y loger, y prendre place, s'y installer, y vivre reviendrait à en vivre : pleinement autarciq, absolument défait des lits de la bulle immobilière et des marchandisations de la liberté séculaire, la ville navigue, et nous navigue, on y navigue et on se laisse naviguer ~ à toute pensée sortie verte vers les extérieurs bleuis, l'entrée lumière en la matière, à toute extraction de l'extension vers nos intérieurs, ces désormais-jadis-trop-étroits-du-dedans passés présents continus, devenus devenir, et aspirant à l'inspiration, deviendraient l'essor qui supplante le commun et passe propre par le processus inverse à celvi de l'antonomase. Un interprète qui soit le contraire de l'interprète des rêves, train sans contrainte, il suffit de dire le chercher pour s'y retrouver immédiat projeté, tant projet que réalisation : instantanés, mieux que photos, comm si l'on venait, par quelq philtre ~ d'amour !~ s'y révéler liquid, ludiq, lipidiq. Soniq, slide et bolides. Je ne suis plus désormais si peu d'accord avec celle que j'avais en avançant avec du recul qu'il était torride d'en approcher en amants bien des aspects plvs clairs que ces seuls éléments, contredit quand lorsq 'ensemble, elle avait  prétendu que le monde, si contraint, précontraint, tensions et contraignant était horrible, et je me suis en fait même récemment régulièrement très exagérément surpris à m'en être obsur-durci le regard porté, de sorte de m'être fait maître de me réfugier de plvs en plvs aisément ~ sans m'y forcer ~ à ce monde forgé pour me seoir dès le matin mieux que tout, miroir et satin : Y avancer les yeux fermés, ou bandés d'un ruban, sans n'être qu'un jeu d'enfant, est un plaisir en soie qu'il me plaira encor longtemps, espérons pour toujours ou même pour d'autres, encor après, de poursuivre d'explorer, de sorte que, avant le jour il y a ce tout, et qu'après ce toujours suivant qu'on devance à cœur, il y ait encor.

L'interprète qui est le contraire d'un interprète des rêvesQ

L'interprète qui est le contraire d'un interprète des rêvesQ

~ *À vous les studios*: Émission radio

~ *À vous les studios*: Émission radio

Des matins tréteaux aux soirs têtards ~

D'ici à là il n'y a qu'un pas, un pas qui, dans cet intervalle, entre ses deux instants de recul, se fait un rien s'avançant le double d'une malle et du théâtre entier, l'original qu'elle peut parce qu'elle le veut, en elle contenir, ce n'est qu'un pas, certes qu'un seul pas, mais il surprend car il se prend suspendu, en prenant sur le fil la fuite plvs tôt de mise en un élément libre de tout le mystère qui régnait dans son invisible évasion, sous son aile comm un secret chéri qu'il est bon de géant, apprécié, faire apparaître et faire cerise ou autre chose d'aussi plein et juteux, gorgé & goûteux, les pieds en pâte à bois à plat, dans une patte de bois qui dresse contre tout levant irréductible ses chevaux et qui y érige dès l'aube amorcée un mur colossal qu'il ferait dès le matin beau voir si mon estimation est bonne, radieux comm un jour de soleil devant les ciels pluvieux que les pans nuageux traînent moutonnants comm des casseroles bruyantes confineraient à l'étouffer le son régulier d'un plaisant chant des blés qu'on veut parce que la vue y est belle, déblayé des confusions alentours de la cacophonie de tout autre son de cloche. La vie y est bonne, et ses services limpides, légers les gens l'engagent et la gage de les mener aux mètres de cent lieues, ou de mille, qu'importe ce qui nous ~ ce quinoa énorme, cet arbre gigantesq plutôt à cette échelle s'élève en bonne école, s'écoule en bon et dû fond, et ne s'écroule en bonnet du fond pas comm un cancre en forme mais bien, oui, très bien même à la manière d'une encre, en s'écrivant quand on lvi prie de là fermer tout ordre dans les colis à descendre quotidiennement de la ville pour en soigner l'élégance sobre en éloignant de son écorce meuble de corps mobile les écrans d'ores et déjà rôdés de l'orbe d'obscurantism des armes & de l'art omis. J'ai d'ors durs retenu sinon la densité à éviter d'atteindre trempé, l'immensité sans fin qu'il est sain de bon matin d'emblée éteindre, pour qu'étreindre reste un acte aux propriétés respirables, et qu'il y ait partout l'espace d'un air familier à faire famille à spirales tourner comm un présent qui se partage les tâches de mains en mains sur une toile faite de part et d'autre du jour, à ses extrémités saillantes.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:04

OUI !~ Ailes déployées, le regard fixé comm des croisillons dans le carrelage en pose, sur le long chemin des airs qui l'attend, tandis qu'à sa base, sur l'épais et immuable stèle, le socle hyperthermoconducteur où il respose brûlant au soleil d'aplomb brille et fait se refléter à sa croupe le vaste océan de ciel qu'un bleu azur répercute de strates en dates, d'âges en adages et de suites en cuites à l'infini, suivant l'échantillon communément admis comm patron modeste et cependant utilisable, d'un motif à fractale. L'élan donné dans ce mouvement figé, cette allure prête à bondir que controverse et contrebalance, qu'équilibre et vient même faire paradoxal cet autre impassible temps pris dans la gorgée d'une patience à sa source, visible et observable en plusieurs degrés d'expression plvs objective que le but visé lvi-même, immédiatement identifiable comm ayant dans sa nature l'instinct inné, les prémisses universellement reconnues, qui transfigurent en un clin d'œil toutes les images d'un prédateur redoutable, la froideur maniaq de celvi qui ne rate jamais une de cible, cet élan semble lvi après l'avoir heurté, soutenir et enfin même supporter jusq'à le rendre plvs lourdement convaincant à l'œil qui s'en étant approché vise à en saisir bien toute la teneur, les tenants, aboutissants et les emboutissant en accepter la pénétrante acceptation, l'immanquable et très déstabilisante justesse, laquelle, sur un fil parvient d'un instant sur l'autre quand ayant tourné un peu autour se trouve le point d'une observation qui défait entièrement l'interrogation, les exclamations, la suspension et même !~ oui même le final !~ d'une intention qui ne se cherche plus mais au contraire se laisse très tranquillement, apaisé, serein, trouver d'emblée et malgré soi. On peut avoir ainsi tourné un peu autour de la sculpture du gigantesq vautour sans avoir encor pour quelq autre sorte de curiosité que la forme et les gestes, le mouvement et le travail des mains, la majesté de l'endroit et l'indispensqble caractère paru toujours incongru du moment avec l'espace ainsi occupé, on peut oui, dans un premier temps s'être simplement attardé à quelq perspective alternative inconsciemment attisé d'une intrigue qu'effleurent à la peau les dimensions et la convexité toute particulière de l'œuvre, pourtant quand, arrivé à cet angle où les mesures dispercent les sens, dissipent les densités, et remuent un autre genre d'inventivité, la rareté d'une émotion croisée des différents hasards ici convergents, la dimension semblant eb cet instant précis résultante d'un pur amalgamme des phénomènes fortuit produit sur le passant l'espèce de masse emphatiq, qui charge, qui attaque, qui soulève dans son sillage le sentiment qu'on qualifiera cette première fois, puisq nul autre lexiq n'en aura jusq'alors permis la définition par le mot, de phantasmallégorythmiq !~ OUI *!~

Sentiment phantasmallégorythmiq : l'incistance cadencée d'une preuve devinée quasi-palpable d'avoir été manipulé.

Par ext.: Une Perspective phantasmallégorythmiq définit l'étendue et l'élan réflexe qui l'eccompagne, d'un long chamin des airs avisé.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:39

Au V​​​​​​è siècle, Alexandrie d'Egypte est le phare de la culture en Méditerranée, une ville chaotiq, agitée, multiethniq, pleine de foires, d'écoles et de théâtres. Par vocation originale, c'est une ville ouverte aux rencontres des cultures et d'économies diverses, toujours en danger de conflits imminemment sanglants, prenant naissance tant de l'intérieur que de l'extérieur de la cité. Caressée par une légère brise et éclairée par un ciel sans pluies, elle est fondée en 331, quand Athènes est à le plvs à la hauteur de sa renommée. Ses habitants sont en grande partie d'origine grecque et coexistent avec des Egyptiens, des Juifs et des groupes ethniques mineurs tels que les Arabes, les Perses et les Syriens. Le phare de Cléopâtre se dresse à l'horizon de navires qui débarquent quantités de marchandises et d'étudiants qui, de tous les coins du monde connu, vont découvrir les secrets des étoiles et la géométrie qui a donné naissance aux pyramides. Alexandrie est la gardienne de la connaissance des siècles passés. Ses bibliothèq, comme celle du Serapeum et la Bibliothèq du Musée, sont des joyaux architecturaux et des bastions de la culture, gardiens de trésors précieux, qui seront à l'avenir détruits et brûlés par les Romains d'abord, puis les Arabes. La population grecque est divisée en dèmes, des citoyens masculins qui ont des droits civils et politiques complets. Cette minorité gère le pouvoir, est consultée par le préfet, mais exclut le reste de la population. Pour cette raison, la ville est souvent en proie aux conflits, manifestations et querelles sanglantes; pour les minorités, le combat est parfois le seul moyen de se défendre ou de se venger. À l'époque d'Hypatie, les décrets théodosiens ont déjà accompli de nombreux désastres, tels que la destruction et la reconversion du Sérapéum. L'Empire romain byzantin génère un programme de pouvoir dont les conséquences se répercuteront en Europe pendant mille ans. Avec les décrets théodosiens, les cultes païens et l'accès aux temples étaient interdits, le Serapeum avait été reconstruit en église chrétienne. Avec Constantin premier, mais surtout avec Théodose, le christianisme fut élevé à la seule religion d'État, grâce à une alliance étroite avec la hiérarchie des épiscopes, (du grec Eπίσκοπος / episkopos, « surveillant ») et un travail systématiq de destruction des cultes païens d'origine helléniq fut entrepris. Mais ce processus ne fait que commencer. L'empire et l'église, les préfets et les épiscopes mesurent les voisinages et les alliances, essayant d'obtenir du pouvoir des autres. La sainte alliance permet à l'empire de se vanter de l'origine divine et de l'église pour obtenir le pouvoir politiq dans toutes les parties de la Méditerranée. Alexandrie a une nature ambiguë, difficilement pliable sous l'égide exclusive de Byzance et de Nicée. Ses rues, palais, temples et marchés sont le résultat du syncrétisme entre les divinités égyptiennes locales et les divinités classiques de la Grèce, héritières à la fois de la science égyptienne antiq et de la culture helléniq classiq. Dans ses particularités, pour être gouverné par un préfet, Orestes à cette époque, et par un épiscope, Cirillo, avide de gloire et de fortune, décrit les mains dégoulinant de sang à la recherche de l'or, n'est pas du tout une entreprise facile à cause de la nature indomptable de cette ville, érrigée de la mer et du désert. Préfet et épiscopes doivent aussi composer avec le siège d'une autre puissance, celle du musée, transformée en agora par une femme, charmante, cultivée et reconnue comme sacrée, qui s'appelle Hypatie.

Hypatie est la fille de Théon, un mathématicien très célèbre, l'un des scientifiq les plvs représentatifs du Musée d'Alexandrie. Nous devons considérer le musée comme une école philosophiq, scientifiq, littéraire et artistiq. Pas une boîte pleine de trouvailles avec une atmosphère triste, mais un endroit dynamiq, plein de relations et d'échanges culturels. Le musée vient de Muse, divinité protectrice et inspiratrice des arts et des sciences. Le musée est annexé à l'une des bibliothèq les plus vastes, les plus étendues, les plus ordonnées et labyrinthiq de l'Antiquité, avec des centaines de milliers de volumes témoins de millénaires d'études. Il est célèbre dans le monde alors connu pour les écoles de mathématiq et de médecine. L'école de mathématiq a été fondée 600 ans plus tôt par Euclide. Pythagore, Archimède, Ptolémée ont étudié et été formés ici. Des géants qui ont fait l'histoire de notre civilisation et qui entrent toujours dans nos maisons tous les jours. Dans cette entreprise culturelle gigantesq, deux courants de pensée sont conjugués: le grec, avec sa rigueur mathématiq et son abstraction disciplinée, et l'égyptien & le babylonien, plvs liés à la pratiq empiriq et à la résolution de problèmes pratiq. Fondé par Ptolémée I​​​​​​er en 280, le Musée évoq les modèles du Lycée d'Aristote et de l'Académie de Platon, conserve l'ensemble du corpus de la littérature grecq, des textes égyptiens anciens, des œuvres en latin. Le musée est la maison, l'école et le terrain de jeu d'Hypatie.

L'histoire est souvent frustrante, pleine de lacunes, parfois infranchissable. Mais jamais aléatoire. Nous ne savons rien sur la mère d'Hypatie, et ce n'est pas une coïncidence, même au vu de ce que les principaux travaux de sa fille ne nous permettent pas d'en atteintre l'essence entièrement. Mais nous savons que Theon son père est son professeur. Conservateur et commentateur des œuvres de Ptolémée et d'Euclide, héritier d'une tradition noble et rigoureuse, il se consacre à la recherche et à l'enseignement. Son principal désir est de rendre les connaissances anciennes accessibles et communicables. Reconstituer l'histoire d'Hypatie, sa fille et élève, est une entreprise titanesque à quoi des groupes de philologues ont consacré leur vie, essayant de rassembler des fragments, de reconstruire des liens, de vérifier et d'entremêler des témoignages, de renforcer les assonances, les similitudes et les parallèles. Souvent audacieux. Ainsi nous savons qu'Hypatie dépasse son père et le remplace dans le rôle de guide et d'enseignant de la communauté scientifique. Hypatie enfant est possédée de jeux fantastiq : les planètes que dessinent sur le sable, les énigmes mathématiq qu'il est amusant de résoudre, et les histoires fantastiques d'Homère qui le font voyager dans tous les recoins de la mer, les mythes anciens sculptés dans les roches, la fascinent et l'amusent. En tant qu'adolescente et fille, elle démontre une capacité d'apprentissage rapide, immédiate et impressionnante, qui la fait vite maître en toute la science philosophiq. Suivant les traces de son père, elle commence à enseigner. La solitude de la vie contemplative est compensée par l'échange ludiq et rigoureux avec des collègues et des étudiants. Chacune de ses recherches vise à partager les connaissances et donc à enseigner.

C'est une pensée persévérante, presque snob, soucieuse de la recherche de la vérité, source principale du bonheur possible. Comme pour Archimède, qui, concentré et au-dessus des choses du monde, n'a pas daigné répondre à un soldat romain parce qu'il avait l'intention de tracer des formules magiques sur terre. Elle a payé pour cela le prix le plvs élevé. Au début de son entreprise intellectuelle, Hypatie se distinguait surtout dans l'astronomie, en entrelaçant de nouvelles combinaisons de chiffres et de nombres. Bien que nous n'ayons pas ses œuvres, nous savons qu'elle essayait de combiner la géométrie et l'algèbre, jusq là séparées et indépendantes, et que seul Descartes sera capable d'examiner dans leur possible dialog. Mais ses études scientifiques sont insérées et éclairent un système philosophiq de grande envergure. Quant à la philosophie helléniq, Hypatie conçoit le savoir comme un fait pratiq, un style de vie à proprement parler, comme un exercice ascétiq et comme une action en vue du bien commun. Hypatie a une tension transcendante et ascendanteLa connaissance, fruit de la rigueur, de l'empirism, de la pratiq et du fantasm, se doit d'être partagée : belle & utile, vraie & juste. La science doit servir à trouver des significations qui éclairent la vie du possible accès au bonheur. Analyser le cosmos, se perdre dans le chaos des étoiles pour chercher un fil commun, analyser la dynamique des planètes pour en saisir les lois et les régularités, peut servir à comprendre et explorer chaque univers intérieur individuel, sa complexité, son désordre, sa magnificence et sa petitesse impressionnante. Chaque jour de sa vie, Hypatie a un défi, un problème à résoudre un inconnu à affronter et à éclairer

Hypatie offre l'ordre et la signification aux étoiles, à travers la rigueur de la logiq mathématiq et les règles strictes de la géométrie. C'est la première à critiquer et à mettre au défi et dépasser Ptolémée lvi-même. Mais cela ne lui suffit pas. Et lorsqu'elle sort de sa chambre pleine de livres, de papyrus et d'instruments, et part partager ses découvertes dans les rues et dans les salles de cours, les connaissances qui ne sont pas partageables selon elle ne valent rien.

Hypatie est décrite comme très belle, attrayante, charismatiq, vierge et elle inspirait tant respect qu'admiration. La virginité est un choix de vie, mais ce qu'il en est d'Hypatie ne doit pas être accepté au sens moderne. Lorsq nous analysons un modèle de réalisation de soi, nous ne pouvons jamais ignorer son contexte historique. Dans son sens ancien, la virginité indique une vertu transgressive, autoritaire et perturbatrice. Ce n'est pas la fille qui n'est pas déflorée, mais la femme qui n'appartient qu'à elle-même, qui n'a pas de mari, parce qu'elle n'est pas séductible, et est non conductible sous l'égide du désir du mâle.

Hypatie ne se mariera jamais, choisissant que sa maison, ses affections, ses études et ses amours sont exempts de liens exclusifs et magistraux, aussi doit être libre son désir de penser, d'étudier, de rechercher, d'enseigner, de développer des propositions. La virginité d'Hypatie est donc l'incarnation d'un choix de vie libre et indépendant qui transgresse les normes fondamentales du patriarcat. Un patriarcat qui cherche de nouvelles fondations, à la fois théoriq et religieuses. Pour l'idéologie dominante de l'époque, la liberté des femmes n'est pas assurée sous le toit du mariage, sans parler de son influence politiq ~ sauf si vous êtes mariée à un homme puissant et suivez les dictats patriarcaux, ce avec quoi beaucoup de femmes savent faire avec grand art.

La société patriarcale tire ses racines théoriq dans la pensée d'Aristote, digne représentant d'une pensée qui, tout en faisant des expériences de démocratie entre hommes, maintenait une stricte dictature au foyer, où femmes et esclaves étaient reléguées et exclues du sport, de l'art et de la vie politiq et économiq. Aristote a été le premier à théoriser dans sa pensée laïq la division des rôles entre ceux qui commandent et ceux qui doivent être commandés, précisément sur la base des prédispositions de genre. Pour le Stagirita, le processus d'épanouissement d'une femme, conforme à la nature du genre, sont les murs d'une maison. La direction politiq et culturelle d'Aristote est l'apanage d'un genre uniq, le genre masculin.

Jusqu'au premier siècle, l'identité d'un chrétien est vue en termes spirituels et religieux, car la croyance est incarnée dans le style de vie et l'essence de l'identité. Les femmes ont joué un rôle fondamental à la tête des communautés avec les hommes. À partir du deuxième siècle, cependant, le christianism patristique s'installe, également le résultat du processus d'adaptation aux cultures patriarcales grecq et romaine. Les pères de l'église de l'époque n'ont pas inventé le patriarcat, mais lui ont donné une dimension bibliq, et donc sacrée, beaucoup plus élevée que celle que lui avait donnée l'anthropologie masculine d'Aristote. Le mythe d'Eve, que le théologien Mary Daly appelle Tromperie des proportions cosmiq est de leur côté. Au Ve siècle, ce processus s'est maintenant consolidé et chaque position publiq du spirituel est réservée aux hommes. C'est une puissance qui tire sa force de sa position dans la hiérarchie. La femme qui veut s'affirmer sans dépasser par son mari, en réalisant sa propre identité, sa propre image féminine, doit craindre le châtiment d'une société patriarcale qui l'identifiera à l'ennemi.

Il y a pouvoir et pouvoir. L'institution ecclésiastique renverse le paradigm des origines qui voyaient le sacré, le charism, le credo comme des éléments ascensionnels qui trouvent leur origine dans la vie, dans les actions et dans les idées. Maintenant c'est l'institution, la position occupée dans la hiérarchie, qui confère l'autorité et le consentement, qui donne le charism; non les actions, mais le rôle formel, donne le pouvoir. C'est un pouvoir d'en haut qui se nourrit de la pire bassesse humaine. Mais il y a aussi un autre pouvoir qui surgit d'en bas et qui s'élève dans des ascensions sublims. C'est un pouvoir reconnu sur la base des idées et de la manière dont elles s'incarnent dans les relations, les dialogues, les échanges. C'est l'influence qui guide les autres dans les actions, basé sur la conviction, la conscience, l'adhésion et le partage des découvertes scientifiq et philosophiq

Hypatie assume ce rôle et devient une référence pour la communauté et même pour le préfet Oreste. Hypatie n'a pas besoin des lieux de pouvoir masculins, construit une agora, n'abandonnant pas le lieu où elle s'est formée, où elle étudie et enseigne, mais en la transformant. Hypatie refond le musée comm origine au pouvoir temporel du préfet, qui doit contenir une société, l'alexandrin, dans un contexte, la Méditerranée, prêt pour des conflits sanglants, mais aussi plein de potentiel pour le développement culturel, social et économiq. Être en dehors de la fonction publiq et le pouvoir conféré par un mari ne signifie pas refuser l'engagement politiq, mais le retravailler sous une nouvelle forme. Son engagement politiq est assumé par sa raison sentimentale, qui est scientifiq et philosophiq, laïq et transcendante, ouverte et rigoureuse, pleine d'idéaux et de beauté.

En vingt ans d'études et d'enseignements, Hypatie instaure une école qui incorpore l'école platonicienne révisée par Plotin. Bien que le musée, avec ses salles de classe, ses jardins, ses symbols et ses bibliothèqu ait été le point de référence, le terme d'école (diatribè) ne doit pas être compris comme un lieu physiq ou une institution organisée au sens strict, comme une tradition intellectuelle et un courant d'idées, de recherche et d'action. Ses élèves apportent l'enseignement de l'enseignant dans chaque ville de la Méditerranée. L'école d'Hypatie est basée sur une tradition consolidée (l'helléniq), mais propose un modèle innovant. Avec elle on étudie l'arithmétiq, l'astronomie, la stéréométrie (géométrie solide), la science de l'harmonie et la combinaison des sons, et surtout la dialectiq qui est la mère de la philosophie. Nous savons avec certitude que son enseignement concerne toutes les sciences philosophiq. Ses étudiants viennent de Cyrène, de Syrie, de Constantinople. Elle enseigne à tous ceux qui veulent écouter. Pour un enseignant, son prestige dépend du nombre de ses disciples. Devant la maison d'Hypatie, les étudiants et les citoyens sont bondés, demandent un auditoire, échangent et reçoivent des conseils, présentent des pétitions et des demandes.. Une foule de gens qui attendent d'être accueillis par Hypatie. Parce que la philosophie est un style de vie, une orientation de l'âme, une transformation spirituelle où la recherche du bien est la matrice de la recherche de la vérité. 

 

Son école est religieusement neutre, détachée des dogmes, mais ouverte à tout croyant qui, par la philosophie, peut aussi revoir le sens de ses convictions religieuses. Imaginez un pouvoir politique gouverné par la raison philosophique, nourri par la rigueur des sciences, vouée au soin des autres, à leur élévation spirituelle, existentielle et culturelle; Imaginez ce pouvoir construit par une femme qui, analysant l'harmonie des étoiles, revient à explorer l'harmonie dans la personne et parmi le peuple. C'est le pouvoir construit par Hypatie, un nouveau pouvoir fondé sur la réalisation de l'autorité féminine et fondé sur un système de pensée complexe, qui investit le bien individuel comme bien commun, centré sur la sagesse et l'humanité, sur la justice et le courage, transcendance d'une rigueur scientifiq. Scandaleuse par sa force, sacrée par sa hauteur.

Les étudiants et les personnes qui la reconnaissent comme un point de référence, en raison de sa stature humaine et intellectuelle, l'admirent, l'aiment, l'écoutent et le craignent. Le témoignage parle souvent d'une crainte révérencielle, d'une combinaison d'admiration et de suggestion. Un poète a écrit d'elle: "quand je te vois, je m'incline devant toi et tes paroles ...". Cette femme incarne un passé que la destruction des temples a menacé et pourrait représenter un futur possible dans l'agora d'Alexandrie. 

Hypatie est enseignante, et ses disciples éprouvent de la gratitude et du respect. À cette époque, sur la tradition que Socrate avait inaugurée avec son professeur Aspasie de Milet, puis Platon avec Socrate, la relation maître-disciple est une relation sacrée. Ils n'ont pas besoin de tracer les différences et les distances, parce que c'est une relation qu'ils considèrent comme sacrée pour leur vie. Et c'est une relation asymétrique parce qu'ils savent comment mesurer et accepter les différences. Et quand par amour, l'étudiant essaye d'établir une relation sentimentale ou égale avec l'enseignant, les réactions des maîtres peuvent aussi être très difficiles (Voulez-vous échanger du cuivre contre de l'or ?) Hypatie à un étudiant qui ne veut pas accepter son refus, a montré un tissu avec son sang menstruel en lui disant: est-ce peut-être ce que tu aimes ? Rien de beau. Hypatie est considérée comm sacrée, aimée et même crainte, parce que les étudiants sont des personnes d'une stature intellectuelle et morale extraordinaire. Ils parviennent à capter les sommets qu'elle a atteints, ils admirent son ascétism général, ils la voient balancer, agiter, secouer phantasmagoriquement des idées dans le ciel et nager dans une mer pleine de requins prêts à la déchirer. Pour cette raison, ils l'aiment et la craignent comme une déesse.. Hypatie incarne la pleine autorité féminine, qui forge son pouvoir non par l'investiture politiq mais par la sagesse et l'humanité et un courage d'une valeur historiq et existentielle incroyable, capable d'éveiller l'amour et la crainte en même temps, évoquant des figures anciennes mythologiq. 

C'est la sujétion à la sagesse, et non celle au pouvoir répressif.

Voici donc qui est Hypatie. Son amour pour la connaissance, son sens de la justice et son humanité sont élevés à travers l'astronomie, les mathématiques, la géométrie et la dialectique. Sa solitude est nourrie de relations humaines, pleines d'affections et d'idées, toujours choisies, avec liberté et conscience. Sa créativité devient la construction et la fondation d'une école qui est au courant des idées et qui, en dépit d'avoir des limites organisationnelles, des structures codifiées et des budgets, développe un incroyable sentiment d'appartenance chez ses membres. Et l'école à son tour évolue vers une agora, où l'on discute et décide autour du bien commun de la ville. Le préfet Oreste ne peut s'empêcher de la consulter sur toutes les décisions les plus importantes. Ses découvertes scientifiques éclairent en effet son système philosophiq et évoquent un idéal de société où la liberté de culte est aussi importante que la culture des arts et des sciences, où les traditions helléniq et égyptienne sont préservées et complétées. Démontrer qu'une femme n'est pas relégable aux obligations imposées par un homm, mais peut au contraire s'affirmer et éclairer le gouvernement de la politiq à travers l'art, la science et la philosophie. Sa figure de philosophe et de scientifiq, d'enseignant et de leader, devient une menace pour le pouvoir des épiscopes et de l'empire, car elle place l'humanité et les idées au premier plan, bien au-dessus des rôles institutionnalisés par un pouvoir politico-religieux et militaire instaurés.

En 415 elle est enlevée et tuée par un groupe d'homms. Mais la tuer ne leur suffisaient pas, elle fut sauvagement battue à mort, et brûlée. Cette attaq barbare fut peut-être commanditée par l'épiscope qui deviendra Saint par la suite.

Hypatie c'est la science et la philosophie, c'est la politiq et l'art, c'est le musée avec sa bibliothèq et la liberté de tous les cultes, ce sont ses étudiantes et ses étudiants, c'est l'idée d'une nouvelle société et d'un pouvoir neuf. 

Hypatie devait être arrêtée. À tout prix. Et probablement, tou comm Omphal d'Hys, le savait-elle depuis toujours.

Alfred Seifert (1850–1901), Hypatie

Alfred Seifert (1850–1901), Hypatie

Hypatie dans Agora, d'Alejandro Amenábar, interprétée par Rachel Weisz (2oo9)

Hypatie dans Agora, d'Alejandro Amenábar, interprétée par Rachel Weisz (2oo9)

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 14:46

Dans l'immédiat et même sans ça, on le sait, si l'homm c'est avéré, est immense et son esprit, sans limite croit dans les abstractions crues, encor naissantes déceler dans le descellement des socles multiséculaires de la convention et de l'établi, l'extension où il à croître tant et tant mieux, tendrait sans plvs de retenue, il le sera plvs encor quand, enfin, il ne sera plvs qu'vn. Dense et compact. L'or, 2o fois plvs lourd que l'eau, dort, sommeille encor en nous jusq 'à ce que nos gènes ayant fini par part entière devenir l'essor éclos, désenclavé, ouvert du vert de nos maisons intérieures, propres, rassemblent au point nommé de l'astre de l'esprit, en leur flux passé uniq, igniq, semblant feu, flammes aux fois, bassesses du passé et bosses aux toits qui foies effacés s'affessent jusq' à foncer les fors d'extérieurs souffles, les compositions intégrales d'amas totaux et de mises à jour logicielles pour revoir débiaisées les avoirs aujourd'hvi perçus abats aux rabais et faire dans l'essence de son caractère uniq, uni, les démesures et incidences de ses volontés, fêtes continuelles aux faîte d'empathie. Au sommet des idées, se tient tendue, rigide, l'action qui conséquente et verticale, errige au-dessus de tout l'avenir de l'homm : instantané. Dans sa compacte, dense intention, l'unicité d'un seul vouloir décidé, commis, complice, découvert et révélé haut sitôt évoqué, comm un parti pris, la remise d'une idée fuyante qui se ferait dans l'esprit d'un amas homogène l'éclat lumineux d'une chose concrète. Qu'on voie dans les voies de l'abstraction qui aujourd'hvi s'appelle, les détours filants droits des toiles de toute pensée, et les images de l'esprit hier encore désignées mots, idées, façons et fantaisies seront dans l'instant d'une provocation des sens l'incarnation vivante du haut-de-forme de couleurs que revêt en son sein et se connaître encor, l'homm !~ et qui ne faisant qu'vn sera dès lors dans l'espace restreint de sa soudaine concrétion bien plvs immense que des amas de soleils et des toiles galactiq !~ dans l'immédiateté des rapports d'échelles et des mesures de l'unité.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 19:00

 

 

Par suite d'une série de terrasses auréolées, en conséquence ou en terminaison j'ai pensé (....)

    dans les dispositions ou je me trouve, avec leur rez et la chaussée pour diffusion de chaq note, (...)

    qu'il sera une fois, encor, et plus s'il se permet de reconduire l'état d'ébriété de jour en jour vers sa propre origine (...) ~

 

[...] Que toutes les prémisses majeures qui conduisaient de mon bonheur à celui de mon bonheur, résidaient dans cette uniq proposition de Ma vie comm art, comm celle qui depuis Lilly ou j'avais songé refaire le monde de ce zéro quantiq trouvé plus tôt à ses côtés continue de recouvrir de dettes les encours concourrants ~

À défaut de vivre d'art, puisq mon activité alimentaire n'était pas à proprement parler artistiq,

pas tant en tout cas qu'une enfilade effective de jets de fontaines qui se croisent en mélangeant, à diverses hauteurs sur l'arrière plan mouvant de hauts cyprès & ruelles garnies de fanions flambant, les couleurs de spots envoyés par groupe par les genoux brillant au pied du feu,

je disais vouloir vivre d'art : m'en nourrir l'âme n'a posé d'inconvénient, encor que bénin, que le temps que je trouve le moyen de faire communiquer les côtes de cette âme, avec le bassin du corps physiq ou je me démenais, lequel nécessite des apports journaliers de très grandes quantités d'absorbtion pour vraiment former ce complexe assemblage de plusieurs éléments de façade & véhicules joints-confondus en dessinant le projet mécaniq qui en articule le concept ludiq ~ autour d'un dessein uniq.

Cette âme s'étendant en vérité en variétés nombreuses sur toute la longueur du corps, la  solution longtemps énigmatiq que je trouvai difficilement a cette question de conciliation plus-que-dialectiq, me fit chavirer et tourner la tête tant elle était révolutionnaire.

Il s'agissait, à l'inverse de ce que j'avais initialement pensé, pour l'âme d'absorber le corps et de s'en impregnier : le dilluer en elle ne suffisait pas, il fallait aller jusq 'à le faire s'oublier dans sa vaste étendue de chose migrante qu'est l'infinie vélocité de foules ou respire le monde.

Comm y transitent à tour de rôle toutes sortes d'indvidus à la mobilité hautement fluctuante, offrant partout des enchevêtrements de recoins et d'anfractuosités, labyrinthiq et de tailles variables, s'emboîtant comm des lego dans l'aspect plastiq des feuillages qui terminent de se dissiper comm des nuages de fumées bleutés, il fallait que les lierres qui tombent du haut de leurs plafonds accoustiq et ornent la série de terrasses pour leur conferr une certaine intimité en même temps qu'une homogéité globale, créent l'osmose grâce à laquelle il n'est pas permis de douter que la plage est une rue, et que la rue est un rocher.

Certains paralytiq m'ont habité, d'autres m'ont logé une balle, une simple balle ppur seul rebond à toute leur vie, parfois j'ai été hanté, possédé de corps à l'alchimie  suprême, il a remué en moi des esprits de grandes tornades, j'ai zté secoué, animé de failles, vidé d'espoirs, rempli de haine, chargé électriquement de la phrénésie  des pires chocs que le magnétism inhérent de l'un d'eux m'a plongé dans les veines !, j'ai eu la tête en photosynthèse !, la sève souvent m'a coulé dans les doigts comm l'intrusion de l'âme !~ est la plupart du temps engendrée de câlins vgététaux et pousse au régime almentaire stricte de la seule feuille phytosensible de l'esprit !~

Des sèves dans le coeur, des battements cardiaq rythmés par les astres !, des momifcations identiq à l'espace de repli qu'un temps adopte la plante verte. Ma verdure inconsciente, l'aspect végétal du subconscient  qui loin de l'état de légume qui fait vite, je le devine, rire la galerie à cette évocation,  jaillir des fleuves de  sciences comm par une sorte de flux de mémoire génétiq engouffrée !, m'ont donné des spasmes, des nausées !, j'ai eu des indigetions !~ j'ai été provoqué de dilemnes intérieurs comm dans lemême authetiq cas de dédoublement de personnalités, j'ai vu double !, j'ai pensé triple; transpire extradrilles ~ et j'ai eu les quintes de toux auxquelles, heureusement, j'ai toujours survécu. Conscient de plus en plus que les épreuves surmontées m'avaient ressorti grandi d'une vaste zone d'échanges à l'allure d'industrie  sensitive ~

  La solution de cette communication a la meme racine que celle qui fait decouler une philosophie antisceptiq.

 

 

Philosophie antisceptiq ~ flou artistiq d'une plage horaire aménagée mais encor a ménager ~

D'abord réticents, et peu à peu aimants.

C'est le principe sur quoi presq tout ce qui régit notre vie sociale repose. Loi quasi fondamentale. Pourtant pas innée, voyez seulement l'enfance dans laquelle il faisait si bon croire a priori en tout. Quel pied ~   Croire au processus inverse.

Peu à peu éventuellement revoir la charge désirable comm est a voir chez un homolog quelq facile raccourci ou au pire, l'intention indésirable de sa maniere de conduire (un véhicule, sa vie, ses contrats).

Chaq fois que je bûche sur un utopiq de société j'en arrive à cette conclusion qu'un état fort est au coeur de l'articulation d'ne série de moyens qui mis en oeuvre simultanément, permettent réellement, une conduction viable de leur électromagnétism dans les épaisseurs générationnelles de la société et dans ses couches sociales à un moment donné.

Le seul fait que tout repose sur cette règle de base me dépasse : qu'il faille se faire remarquer pour être remarquable. Qu'il faille prouver qu'on est exceptionnel

alors que tout en est, devrait en être, à défaut,

la preuve.

En relisant les oeuvres decrivant les dystopies les plus remarquables, en relisant maintenant ces critiq du communism il s'avere difficile de savoir s'il s'agissait d'une oeuvre anti-communism ou anti-capitalist ~ 

~ ethiquement : Un état fort. Parce que, paradoxalement, n'ont eu à un moment de l'évolution de leur economie, à etre assistés, que ceux qui descendent de generations sociales de pays liberaux.   

Ampadistraction : Devant la clotûre un gardien vient lentement porter l'affichette antisceptiq, et les terrasses s'éteignent par groupes progressivement, de l'arrière-boutiq jusq 'aux caisses, ou les jets des fontaines ferment la marche. Le flou artistiq, dans l'épaisseur d'un bas-relief, loin de figurer quelq impression de vague pérenne, rend un feu de couleurs immense qui submerge la place à la manière dont, les groupes d'adultes s'y déplaçant de criq en cirq parmi les vestiges sonores de la même érosion à l'orée disons, d'un vaste projet encor en chantier, l'ère de repos est d'une plage horaire qui permet que s'interrompent les ouvriers éreintés.

 

 IMPRESSIONNISM DA LA PLAGE HORAIRE NICHÉE AU COEUR DE LONDRES UN APRES-MIDI DE FIN D'HIVER

detective prive, Privacy, capitaliser, society, management, Share, Promoteur, real estate, Genuine.

De l'autre côté de la courte mer, authentiq bras d'eau qui pourrait aussi bien être incarné par un courant d'air ou le fleuve qui traverse quotidiennement la Tamise sans se mouiller, un pont achève de conduire entre deux bâtisses, une école de design et une rotonde antiq, les plages investies et vêtues de rues et de fontaines. La série de façades engendre un banc de coquillages, qui engagent dans leurs sillages des monticules de sables dorant. Les cypèrs servent à tout ce bazaar de têtes de gondoles qui désorganisent les peuples de passage.

Les employés de l'épicerie de quartier sont des souches de troncs coupées, pas encor de lychens ni quelq mousses, l'univers visuel moins oppressant par contraste à un brouhaha très étourdissant.

 

Extension de plage (déliant final délirant)

Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer. 

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer. 

Pris d'assauts comm des forts terrestres sans rempart !~ voila d'ici de quoi on a l'air

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

 

Des petites cabanes sans renom !~

Des petites cabanes qui n'ont meme pas de trappe de secours ni drapeau a hisser sur le toit.

_Qui ?

_Des chaumieres, des petites cabanes a toit vulgaire, en chaume et terre batue, de la fiante en monticule pour murs, voila d'ici a quoi on prend l'air !~

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

 

    Triptyq métempsychose psychotropes du topic tropical le poisson par la queue ~

Pas le temps de rejouer cette phrase, un appareil hors du commun en boucle pose devant la fenetre du cabanon pour diffuser en continu sur la plage.  Quand les acteurs ne sont pas synchron, forcement ca peut creer quelq incoherences.  Le jeu repose sur cette serie d'improvisations, on imagine aussitot que sur cette seule premisse repose tout l'interet de la fete. Un feu ~ Ici, noyau sans satellite, seule source d'eclairage. Tous doivent tourner autour pour se positionner a chaq tirade face au public qui en recoit, donc, cette seule image.  Comm au Theatre du Chatelet il y a quelq semaines, les homms sont de solides morceaux de rocher qu'on voit jouer aux chaises musicales indifferemment de la figure emblematiquement animale qu'ils sont censes representer en societe.  Des enfants vetus d'athletes sauvages, qui remuent cette seule confrontation d'un amalgamme de quiproquos autour de la seule piste qui tourne Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer. _Qui ? 

Nirvana s'acharne sur le Plateau, autour de sa seule petite guitare plus accoustiq qu'une corde seule tendue sur les bords d'un rondin metal.

Tous ces unibras qui disent Mexico quand on leur demandent d'ou il se tiennent qu'on les a invites !~

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

_Tout ce temps qui fuit partout dans leurs tuiles percees, ouvertes a tous les vents, on croit entendre passer des femm venues des ruelles roses pour enchanter la prairie, serait-ce possible ?

_Vous les avez entendues aussi ? Elles etaient au moins quinze voix dont deux etaient les plus incroyablement prennantes, j'ai ete envoute plus de fois que cette piste ne joue

_Qui ?  

_Canan ! Canan ! Canan ! Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

_Viens bel etranger, disait la danse, sur cette place du village., les fous sde multiplient, on les verra bientot se suicider les uns apres les autres chacun dans les replis de leur grange sombre.

_Trop de tentations ~

_Qu ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

 

Luminer, illuminer, lambiner, alambiq qui se croit passant dans une tranche de l'orange en foncant de vitesse de cours en cours a la recherche d'une origine des voix !~ La cagnotte mobile s'evapore en remuant ce megalophone qui gresille en bas de la dune prete a se devaler.  On lui court apres, on la harponne, on s'y accroche, un bras, "Canan ! Canan ! Canan !" l'un monte dessus, grimpe dedans, essaie d'en reprendre le controle, la piloter, et plus raisonnablement d'en maintenir la direction pour orienter les sons.  

Le feu continue, les voix suicident encor. Hautement allegoriq ~

_Qui ?

_Des deliberations, d'entre temps & espaces, il s'eclipse des voies de sorties pour illuminer.

Bientot la fin de la plage.

La piste ne tourne plus rond comm avant on pouvait dire d'elle, elle remet a present chaq nouveau jeu dans un ordre, une virtuosite proche de l'emancipation sociale, ses obligations a la main de quelq improvisations cadrees pour ne pas se laisser devancer, la surprise partout fait bondir !~

L'acte 2 sera flottant (1)

L'acte 2 sera surprenant (2)

L'acte 2 sera sportif.

 

Waterpolo ~

Le feu brule sur l'eau, le jeu, toujours le meme change de sens ~

_Quoi ?

_Des liberations, entre-temps est l'espace, qui s'eclipse des voies au sortir pour luminer.

Allumes !~ Vous etes des allumes.

Le noyau est une pleine lune quui jalouse un feu autour duquel flotte encor une odeur de l'esprit de Nirvana, mais la guitare reste seche, et la seiche est caustiq.

Des mers!~ Ca y est nous y sommes !^

_QUOI?

_Des aberrations, d'0utre-temps des spasmes. Il s'est clipse sur ma voix une sorte de lumiere ~

 

Dauphine libere de sa premiere condition d'origine mentale proche de la maladie atteinte de vitesse, la cariole flottant les vagues emportent tous les jours tous ces suicides qui croyaient avoir entendu jouer les champs d'une sirene dans un bassin d'eau chaude par le trou de leur toit. On lui court apres ~

_Decouverts !~ Tous grilles par la lune, des papillons d'orage, voila d'ici ce qu'il semble que nous soyons devenus, nous et tout notre village cotier.

_Princier ?

_Qui d'hibernations entre a temps l'espace d'iles qu'il se plait voir de sortie en pleine lumiere ~

_Qui ?

L'ame de ces homms, les sirenes se noient sans porter le chapeau.

Des petites lucioles qui s'eclairent a la bougie d'une demeure mobile, voila d'ici ce a quoi il parait que nous ressemberons bientot en nous laissant jouer une guitare mouillee dans la cambrousse pendant que voltige sur nos tetes ces voix cruellement ordonnees a nous faire perdre nos chefs !~

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 13:43

Grosse voix, de la profondeur d'une caverne : Qui a ose profaner la sepulture dans le ciel ? Et ose encor violer l'ange du chateau ?

Grondements

Un marchand de poisson (au loin) : Reduction exceptionnelle

Eclairs (un type approche avec une lampe-torche) : Qu'est-ce que vous foutez la avec ce tube en cuivre ?

(voix normale, s'excusant : ) _Nous reetudions la quadradure du cercle.

_Vous savez que c'est anarchiste, cette forme est anarchiste, toutes les regles tombent, tenez regardez, c'est encor plus flagrant dans un tube creux. Visez les strilles du cylindre un peu. Quel bordel, hein ?~

_Vous avez rien a foutre la.

_Quoi, c'est tout ? Vous nous ferez deguerpir d'ici, vous nous laisserez partir avec cette forme entre les mains ? Et vous vous sentez affranchi de votre devoir avec ca ? Seulement comm ca, l'irregularite de cette chose, ca ne vous inquiete pas qu'elle continue de courrir dans la nature ?

_Si vous ne courrez pas tout de suite c'est sur qu'il risq de ne pas en rester grand chose.

_Alors voila le deal : nous on a fait ce qu'on avait a faire, on en sait plus. Mission accomplie, on peut partir alors, mais vous, on va la laisser la, et il est de votre ressort, et uniquement du votre d'agir. Ni temoins ni regle, c'est vous contre le tube, j'esper que vous saurez faire le bon choix.

_Deguerpissez je vous dis !~

 

Seul avec le tube :

Il le ramasse, l'inspecte, passe un doigt dessus, dedans, essaie d'y entrer la main, seuls quelq phalanges s'y integrent. Il jete le tube.

Grondements, frissons, echos.

Comm un vrombissement, la profondeur d'un caverne vient de cracher un morceau./

Il ramasse l'objet. Des spirales.

Voila donc de quoi il en retourne.

Un amas tres serre de spirales de 4mm qui enchevetrees, filent d'une ouverture a l'autree du cylindre. Ca va pas se passer comm ca.

Il semble y en avoir quatre en tout. Elles decrivent des ascensions presq planes, quasiment des cercles finis qui cependant tres subrepticement se deplacent.

25 cm de long, diametre de 5 cm. Ca tient dans la main et pourtant...

5.Pi.25 / 4xo,4 ~

Un developpe de presq 2,5 m pour chacun de ces fils de cuivre.  

Je vais le desosser, j'en obtiendrai un bon prix a l'unite.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 05:10

Dans l'IPHIGENIE qui se joue à répétition en ce moment à ce moment à ce moment en ce moment même

même hors-champ où elle a le mieux prise !~ aux conjectures locales et aux lignes globales,

IPHIGENIE vêtue des roses pédiluviennes et des maux plantaires usuellement éprouvés, 

au courant d'une vie d'Homm ~

CHRYSOTHEMIS que l'on a vue une fois et vingt-six autres dans l'histoire laissée pour compte, ne le sera plus.

 

Elle est le poisson mort.

Celui qui suit le flot.

La résignée, docile, impeccablement prête à ne prêter attention à rien, impeccablement prête à ne tout prêter à tout un chacun ~

à tout emprunter au passé, à l'existant. Un dossier d'extraction, un poisson muscial.

De cette chaise musicale qui suit le canal, d'osier d'orphèvre satiné texture couleuvre, ondulant,

suivant les passages, les boîtes à volets pivotants ( ces sortes de persiennes aquatiq qui libèrent des quantités d'énergies piscicoles), elle tient une ferme intention qui est une échelle souple, un long miroir à bosses, dont le cri dans les profondeurs marines fait croire au rire d'une cour remplie d'enfants à l'heure de la récré. Baleine à échelles, sur les flancs, monument invisible, sorte de décor inexistant qui plante et n'inspire aucune extension à la tragédie initiale, contrairement aux véritables mythes vivants.

 

CHRYSOTHEMIS, récréation.

RECREATION de son mythe, reprise inoriginée, sans famille.

Le corrélation de son col orphelin avec sa texture poisson mort, intérieure cette longue poussée qui dans l'histoire ne l'a jamais désirée protagonist, intérieure ce poil récalcitrant qui lui pousse de la famille dans les derniers retranchements d'une pièce fondue au noir, intérieure ce poil encor qui lui pousse dans la main de seulement pousser elle-même les ventelles d'eaux douces pour échapper aux sels les pelotons de la branche dite "sage" et en tout cas ichtyologiq des grands guerriers sanginaires à l'approche, tragédiens antiq & auteurs/détracteurs/visiteurs/metteurs en pièces de toutes les époq inspirées qui ont dévié par ailleurs chaq scène en de multiples plans croisés ~

Chrysothemis, on s'en rend compte, dès lors qu'elle apparaît, fait systématiquement parler d'autre chose.

Comm si sa sagesse prétendue avait dans les lignes de vie, quelq déambulation passive, quelq forme d'épouse docile, quelq propriété couleuvre, extensible, modulable, modelable voire soluble, qui dût lui faire épouser une forme à chaq contact, physiq ou tacite, tactile ou sous-entendu.

Sous le seuil de la perception, encor en amont, bien en amont d'un lever de rideau, Chrysothemis est un fatum Tchäikovski, un beurre gestuel, tendre et mollaçon, qui remue quant on lui touche un mot ou carrément une forme  de cercle dénuée de toute intention./

 

Dans l'ombre des Dieux ~ Chrysalide. Les Dieux sont des poissons, le décor est invisible, Elle transparaît dans toute répliq, comm une idée en l'air ou la collision d'un rêve de Dali avec cette idée en l'air, de projeter des multitudes de carrés sans épaisseur dans un champ sans profondeur. Une fumée peinte sur les flancs, d'un RAL du noir provocant, dans l'obscurité d'un fond de scène relayé aux effets de énième ordre. 

Cocon entier, bercée de part et d'autres par les feux de la pièce, portée par les flots de sangs qui coulent alentour. Comm au printemps les Vikings brûlent Troyes (pas Troie, ça c'est Télamon, et l'origine de Pâris n'est pas celle de France )

VIVE CHRYSOTHEMIS !~ s'exclament en choeur tous les acteurs, à la fin de la représentation qui porte son nom et, enfin, elle apparaît pour le salut final, son entrée, sa sortie, sa place conceptuelle, de rideau d'apparat.

 

Son NOM seulement ~ possède le jeu d'un acte entier.

La récréation de poisson adultes pré-cuits, un jeu de levers/chutes de rideaux remplis de Ouh, de Ah !, de Ouais, de Uuuh, sporadiquement envoyés par les acteurs eux-mêmes, jouant sa cascade, son enfinlade de scènes tragiq/comiq ~

 

      Une toile, tout ce qu'il y a de plus pictural, sans atours, entourera le tout, une toile qui figure des poissons ~

La toile chutera à plusieurs reprises, celles où le titre de la pièce se laisse le plus oublier, et Clytemnestre surgira alors, et poussera une de ses nombreuses tirades de fameuse complotière. 

 

VIVE CHRYSOTHEMIS !~ pourra-t-on y lire. Car Chrysothémis doit avant tout rester une ironie. Sagesse cultivée qui ne prend jamais racine ni corps ~ Son utilité résidant dans la contraction de plusieurs termes disjoints en un point moteur, crucial devra être chaq tournant où elle est évoquée, crucial mais pas tant pour l'Histoire qui se joue, que pour elle, seulement. 

L'utilité de l'instinct devra en dessiner le mieux la silhouette, un négatif de la photographie reflèxe. Un poisson qui remue le mieux quand il est sur le pont, ce point de mourir. 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:51

Ma tête remplie d'images ~ nécessairement l'égirie en est lionne ~

Jusqu'au retour improbable des débuts dans les fins de cycle. De plus en plus rapides ~

Jusqu'au jour improbable ou il y aura des femm au volant des taxis qui s'empruntentPlace Colette devant la Comédie ~

Re renaître ~ Ce cyle de plus en plus bref

Bientôt il m'aura détourné de toute vaillante idée de la continuité

Jusqu'à ne plus vivre un jour une vie entière, jusqu'à l'amener à se terminer toujours, à commencer,

Ne plus en finir de commencer ~ Tout ce qui d'empreinte lionne se faufile dans les traces et leur donne un air d'éclair

De flash visuel à chaque pas un peu plus ~

Dans cet instant où aucun doute ne saurait persister, qui se fasse l'ogre d'une pulsion

Ou la retenue lionne d'une zone fraîche où reposer le temps d'un repli ~

 

Dans ce moment voulu étendu jusau'à l'extraction, de la contraction de plusieurs panoramas observés simultanément

de deux lectures géographiq différentes & indépendantes ~ mentalement détachées, sans contexte, inoriginées ~

Tout reste à revoir,

Même à répéter à l'infini, si long ce cheminement pourra durer, et d'autant les plastiq rigides de ces murs installés

en bains de décors dans les feux seront tapissés des dimensions de la complexité plastiq que chaq vision ~

 

Aucun paysage n'est observable d'un seul cliché de l'angle de vue,

Nul temps de même ne se vit deux fois simultanément ou d'affilées avec la même valeur du cycle pour termes

ou pour point de cordage, à sa boucle ~ Quand elle file se rabibocher avec ses origines ~

Il est des escalades qui gravent à l'ame des révolutions constantes,

De pleines gorgées de ces eaux gaz glace circulaires dans les veines et font se mouvoir les unes sur les autres

presq toutes les intentions inventives, créatrices qui se suivent & suscitent aux envies des pulsions qui les contiennent ~

Les développent intégralement, comme d'authentiq révélateurs de négatifs photographiq ~

La frustration n'existe qu'en rêve alors

Lorsq tout peut être ainsi abordé dans le débordement de l'intense accélérationdu liquid qui chemine,

de courants d'air en hémicycles, à travers les conduits de cheminée ~

Dans le zoom optiq de cet oeil imparfait, de cette rétine à la cardiaq fragile et pleine des linges déployés

de la simultanéité cubist des dimensions ~

 

Il est à revoir les positions, l'ordre dans lequel arrive la scène lorsqu'on en approche le goût,

A revoir cette intention dans le context, d'aller trouver directement l'élément moteur, plutôt que longuement flâné autour en faisant mine de ne pas l'avoir remarqué dans cet angle, dans ce coin de l'oeil.

 

Comme ces évolutions, les métamorphoses peuvent être permanentes, re-renaître constamment,

Comme on le dit de toute révolution réussie lorsqu'elle reprend sa boucle de zéro, qu'elle part s'emberlificoter 

avec les avenues qui ont précédé sa chute de zéro à moins.

Et se rabibocher avec les termes comme avec les origines ~

Comme ces multiples métamorphoses de La Dentellière de Vermeer, dans l'oeil & la manière éprouvé de DALI.

EPREUVES ~ au savon de l'écriture paranoïaq-critiq ~

Rhinocéros cosmic, Servant of the Disciples,

L'aventure prodigieuse de cette Dentellière minutieuse dans les conduits de l'ogre d'insalubrité du rhinocéros féroce.

L'aventure des ARTS qui s'accomplissent, renaissent, de mains en mains dans l'étang où ils étendent leurs toiles.

RENAITRE ENCOR ~

De chaq adage nouveau, nourri des nouvelles joies, puisé des nouveaux éléments ~

 

 

 

 

(Début)

DALI : The Servant of the Disciples (La Dentellière de VERMEER)

 

 

0003-1960_08_The-Servant-of-the-Disciples-at-Emmaus--1960.jpg

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 05:26

[André BRETON & Philippe SOUPAULT]

 

Arbres empaillés des palaces

Prisonniers graciés pour leur bonne conduite

État soliide liquide gazeux

Action d'éclat du soleil

Manivelle marchant à la vapeur des prés le matin

Il faut tenir compte de la distance admirable

C'est moi qui fais les premiers pas

Si seulement mes amis n'avaient pas été changés en statues de sel

(...)

 

 

 

Les Champs Magnétiques ~

 

 

 

Nymphes & Satyre, William BOUGUEREAU (1873)

 

Muses---Satyre---Bouguereau-1873-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:53
Agamemnon & Clytemnestre :
pere et mere de
Oreste, Electre, Iphigenie & Chrysothemis
  • AGAMEMNON

  • Agamemnon, tragédie grecque d'Eschyle de la trilogie de l'Orestie
  • Agamemnon, tragédie française de Claude Boyer (1680)
  • Agamemnon, tragédie française de Lemercier (1797)
  • CLYTEMNESTRE

  • Non, rien.
  • ORESTE

  • Oreste, tragédie grecque d'Euripide.
  • Oreste, tragédie de Vittorio Alfieri.
  • Oreste, pièce de Voltaire.
  • L'Orestie, tragédie grecque d'Eschyle.

  • ELECTRE

  • Électre, tragédie grecque de Sophocle.
  • Électre, tragédie grecque d'Euripide.
  • Électre, tragédie française du baron Hilaire de Longepierre (1702).
  • Électre, tragédie française de Prosper Jolyot de Crébillon (1709).
  • Électre, tragédie française de Jean Giraudoux.
  • Elektra, opéra de Richard Strauss.
  • Tu étais si gentil quand tu étais petit, une pièce de Jean Anouilh tirée de l’Électre de Sophocle et d'Euripide.
  • Les Mouches, tragédie française de Sartre.
  • Le deuil sied à Électre, pièce d'Eugene O'Neill, film de Dudley Nichols (1947).
  • Électre ou la Chute des masques, pièce de Marguerite Yourcenar (1947).
  • Électre, film grec de Michael Cacoyanis (1962), d'après l'Électre d'Euripide.

  • IPHIGENIE

  • Iphigénie à Aulis, tragédie grecque d'Euripide
  • Iphigénie, tragédie française de Racine (1674)
  • Iphigénie, tragédie française en 5 actes de Jean Moréas (1904)
  • Iphigénie en Aulide, opéra, musique de Christoph Willibald Gluck, livret de Louis Gand Le Blanc du Roullet (1774)
  • Iphigénie en Aulide, opéra de Ignace Joseph Pleyel.
  • Iphigénie en Tauride, tragédie grecque d'Euripide
  • Iphigénie en Tauride, tragédie allemande de Goethe
  • Iphigénie en Tauride, opéras de Gluck
  • CHRYSOTHEMIS

  • Non, rien.


  • LA 27e  .... (sur la 13th)

(Source :  LES TROIS COUPS )

 

An Oresteia [D’après Eschyle, Sophocle, Euripide]

 

Mise en scène : Brian Kulik, Gisela Gardenas, Paul Lazar

Chorégraphie : Anne-B. Parson

Traduction : Anne Carson (Faber & Faber)

Avec : Craig Baldwin, Michi Barall, Jess Barbagallo, Annika Boras, Yusef Bulos, Éric Dyer, Stéphanie Roth-Haberle, Dan Hurlin, Karinne Keithley, Doan Ly, Christopher McCann, Steve Mellor, David Neumann, Mickey Solis, Ching Valdes-Aran

Classic Stage • 136 East 13th Street • New York, NY 10003

http://www.classicstage.org/index.shtml

Présenté en deux parties de 2 h 30 environ chacune à 20 heures ou en intégrale le week-end à 15 heures (40 $)

 

« An Oresteia » est une trilogie inédite et tres originale : la poétesse Anne Carson a traduit et réuni la trilogie ancestrale des Atrides. Cette Orestie narre le retour d’Agamemnon, la déchéance d’Électre, la vengeance d’Oreste et la grâce d’Apollon.

Combinaison des trois majeures tragédies grecques : 

1ere partie - Agamemnon d'ESCHYLE

2e partie - Electre de Sophocle

3e partie - Oreste d'Euripie

 

 

oresteia1_joan-marcus.jpg

 

Ronds-de-flan au nombre de trois

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 17:02
     Ca a ete comm un reve que j'aurais attendu depuis toujours,
un phantasm qui ne serait jamais manifeste avant de se realiser.
Lorsq l'annee derniere, a l'exacte meme epoq a propos de We are all made of stars j'ecrivais ~
Parfois, pendant une minute le monde ressemble a ce qu'il est vraiment ~ Un frissonnement choregraphie, un tremblement orchestre de la sseconde, un rythm de tambours qui fait continuel ce lien des choses entre elles, je ne savais rien encor de cette immensite. Gorgee de l'energie vitale de dix ans qui se propulsent jaillis d'ne explosion/ de notre toile supernovatrix.       
       I .Etude en forme de crinoline du processus creatif inherent a la methode d'ecriture dite paranoiaq-critiq. Hyperconduction ou communication extra. Depuis deux jours dans mes recits qui ressemblent a un livre dans lequel chaq chapitre se terminerait plvs mal que le precedent jusq ' a la fin ou la somme de mefaits causes tout au long de l'histoire conduiraient a la conclusion la plvs otimale du monde, d'un autre, il y a cette notion recurrente de l'anticipation, comm si visionner ce Destino de Dali & Disney en sautant d'autant un jour ou l'autre du lit m'avait injecte dans les ressources vives de la capacite du reve a se tranformer physiquement, l'oeil nu projete de toutes les intentions miroitantes des reciprocites des mondes alentours. J'ai d'abord cru a des reseaux qui allaient zigzagant entre les bouches et les oreilles depuis le salon de Bievre jusq 'aux spheres liquid d'ou partent nombre de ces navettes stheniq, et puis j'ai vu aussi que nul ne saurait autrement que moi discerner. dans la phrase alambiquee l'appelant total d'un ecran de projections qui devait voir dans le jour precedent, longtemps ~ parfois il s'agissait de mois, l'intergralite d'un indice incident des convois extra-portuaires qui embraquaient selon mes seules volontes ainsi que souvent, pondant les ecrits extraits decris criant des savoirs relatifs de mes propres ambitions de pores & phantasms latents de moment et de lieux a les voir se former, vu se transformer en apparaissant metamorphes d'iles-ailees physiquement reflets dans la tente maximisee mur devant ses yeux lumineux, des miens eblouis. Dans cet amalgamme complexe, la part des choses faites. Retrospectif. Contrairement a Oskar je n'ai jamais trouve a quoi servait cette clef. J'ai acquis cette connaissance presciente comm une science exacte, celle des poems implicites de Salvador Dali. Instantanement ce qui me peut sembler evident jaillit soudainement et peut surprendre par ce que nul autre que moi n'a vu dans les rapprochements d'idees celle qui conductrice modele et orne, modifie radicalement l'apercu instinctif des images parlantes. En ecrivant Lecture spontanee du Destino de Dali, je lis toutes mes certitudes. Non pas celles qui comm souvent Gus le dit, encombrent, non, celles qui sont la pour tenir le squelette de l'homm. Le muscle pensant de l'objet qui cree, son maillage de nerfs qui suscite, et les nervures de ses instants reflexes autour d'un bref flash visuel saisi a deux mains dans les airs de brasses ou les eaux pulmonaires. C'est la, j'adore cet endroit. Il y fait beau quand on s'y tient debout, il est agreable de s'y poser un moment ou un espace entier, quand la vue est degagee. Cette esplanade me rappelle ce meme jour de l'an. Chaq epoq est traversee ainsi travestie par les annees qui avancent, et dans le tumulte monticule vestibule ample des ages et de la vie, il revient en memoire comm a la vue il ne serait qu'evoque mutant de l'homm, en action. Celle qui est avec moi ecoute cette fois mon histoire, et l'histoire continue, s'enrichit des memes sediments, toujours differemment. C'est Dali qui, en creant la notion de doubles lectures generiq dans lesquelles en coexisteraient qui ne figurent que pour faire tourner la tete qui suit une diversion, l'enseigne de la magie elle-meme en fait, en se basant sur les reflexes psychologiq de l'observateur, et en en jouant jusq 'a accentuer la sensation de trouvailles contentees et auto-satisfaites ~ a trouve Ayurveda. C'est une image, celle d'un onguent mystiq. Je dis Dali alors que ca pourrait etre pour chacun d'entre vous quelq 'un de different. Il y avait a Paris a ce moment un homm qui en avait entendu parler et qui s'etait mis a y croire dur comm fer, mais il ne parvenait pas en retrouver le nom. Il cherchait, intensement, longtemps. De la la mystiq inherente a sa croyance grandissait. Je crois dans des choses fondamentalement irrationnelles, qu'il n'existait rien au monde pour combattre & vaincre cets phenomenes, jeux des tambours, qui se joue de concepts. Comm une robe industrielle de l'epoq victorienne., dentelle mecaniq d'un vaste malentendu berce au creux de la danse de cloche formee par en-dessous, par la voltige aerienne de l'echelle qui monte sur le toit de la demoiselle comm un cornet d'abondance phoniq conventionnel, un sonotone d'antan, le tambour battant des tympans sensibilises a la geometrie phoniq des formes de sons qui en emanent marteles et s'en echappent metaux chauds, designe et les dessine, les rythmies poetiq qui alimentent continuellement l'image surtravaillee au sortir du reve en se fondant orphevrerie dans les tissus epais de la moiteur cintree d'une contree lointaine sitot qu'elle fuse et profuse dans le geste machinal qui veut lever le drap matinal sur un bijou luxueux. Lates, le plvs bel hommage à Gus, un homm est seul quand il meurt. La villa de Bièvre. Face a la mere de son uniq enfant il n'avait rien a defaire. Sa pareidolie, son etape entre pauses, reflexion de l'oeil sur les parois amovibles des gigantesq fresq du temps. Façon GAÏA, surgie du rien, au milieu de nulle part, seule, avec l'amour en elle, contenu comm toute l'aventure humaine qui découle d'elle. Un Destino ~        
Cet harassant voyage.  Il n'est pas venu me le dire lvi-meme, il n'a pas pu. Il me l'a fait savoir par message interpose,
Que m'a delivre me l'apportant prothese apprete un savant fou lorsq 'il mourait dans les bras d'Elsa. Toute sa vie a lvi n'aura peut-etre ete destinee que dans ces fins. Quelq mots sus, une mort fulgurante, et la route croisee alors, un instant qui semblait prevu depuis toujours pour tomber juste a cet endroit etroit du temps  ~ Se poser l'ame sur une surface convexe, dessiner de tout son corps la forme d'un C dos au doxs d'un autre encor plvs efface, et fache.             
Au terme de deux ans sans mes platines et vinyls, ce moment digne des signes qui disent enclins et s'y inclinent clairement ce qu'elle veut le plvs au monde. Ce silence s'est rempli d'adjuvants consolides, de solides bruts rutilants, de matieres rut indefectibvles, et a parfaitement solidarise les images et les parures qui en decoulent a son cou, ses yeux touches. Ou qu'elle soit, dit-elle, elle vibre, elle jouit de ceci comm d'un droit inalienable et il ne saurait etre en ce moment quelq chose qui le rompe, ni rien de suffisamment fort pour seulement suppleant le supplanter, le remplacer, se substituer au desir, au besoin de desirer./
Pour elle ce don aussi su different de tout ce qui est connu. Niveau de constellation nouvel uniq, nivele qu'on s'est stelles scelles / entre nous comm des baisers. Les soupirs immortels.
Luxe de la variete qui s'est arretee sur une seconde de l'image empreinte, cadree, encadree et mise en tete comm une toile   mouvante, liquid gigantesq & synthetiq, de nous jamais produits finis, et qui gigantesq encor j'insiste occuperait une piece, le temps ou bien les enfants agites que sont nos passions. Capricieux et colereux aux besoins indefinis, survoles survoltes. Au besoin indefinissables, insaississables, et par la meme ~ inassouvissables .?\ Here comes the man. Extraordinary, jus like a strawberry (Hotstepper).
C'est un style oniriq++ Qui en plvs se veut  sonic -+~
Une parade de ton corps qui se frotte glissant au mien =~
et qui en fait l'essor ajouter de mes mains=~
Briller dans tes vibrantes onctions de frissonnements
sensuels & magiciens, des bulles, perles & des billes
qui nous roulent entre bouches.
 
    Je trouve le ciel
assez coulant par ici.                ~ Soleil noir oxymoral. Alchimie de fruits frais /     Alchimie des fraicheurs estivales. /     Pourtant pas tant oxymorales.~       

    Elle remue, et ses pas filent vers le Nord la flore d'un nouveau siecle de cycles, a voir en pleine nuit longuement briller s'enfuyant luminescent et pluriel. Flore.
1.Faune. Venus in furs. Regne mineral essentiel.
2.Huiles, essences.
3.Alcoves.
4. Lever de Terre. (allegee, enlighted, lanimositee. Des nus dans l'armoire decenale qui vient d'en reprendre pour un siecle. Des nus qui se deploient, ce sont des paons nus, ce sont des animaux dont les ailes vaines font des parades instantanees, des pois qui contiennent leur potentiel d'epilation l'apportant pores tappees d'autres luminescences semblantes l'exploit d'un developpement instantane. Des blasons a balise qui s'enlisent quand elle s'eloigne, se resserent quand elle disparait par moment, plusieurs jours sur le lointain en chantant on l'entend portee dans le vent qui ramene ses oreilles aux arrieres cours de la vie entre six murs, de l'horizon bleu d'une rivieres accentuee par ses bien nombreuses fissions d'accompagnements torrefactrices a cordes. L'image a poil dans laquelle crue on croit, & on decroit. Des verbes croire et croitre avec une certain possible notion de causalite intrinseq. 
   
II. Aurore a etages ~ (en 3 actes/strates)
Aurore a nombreux etages, parabole de ma proprioception

Aurore en strates, et qui deambulant nue
Vesperale perdue, econduite, s'enfile qui suspendu recule,
Le jour d'un dos oceaniq,
Filmiq & d'epaisseurs filaires. 
Ni se presser ni de nulle depeche, d'aucune urgence, elle vise l'etat perenne, passionnee de longevite elle a le recul de son deroulement integral comm il s'agirait de la voir se derouler, plvs que veritaerblement arriver comm un evenement. Elle se deroule lentement, aussi lentement qu'un tres leger film de papier s'enroulerait sous l'action du soleil, par assechement.
Aurore qui s'humectee donc, deploie et donne au soleil son action par anticipation croisee, par relation interferente, 
Aurore  Icone Coniq, Vestale emancipee qui se decroise, a etages bientot plans. Et qui s'acheve sur cette fin.
Aurore qui sera pleine lorsq 'elle sera habitee. Au moment-meme de passer au matin, la main.
Aurore qui a son extremite haute, sera pleine lorsq 'elle aura touche le bord du jour precedant, cede.
Aurore plafonnee.    
   
Les villages actuels sont toujours divisés en deux moitiés totémiques patrilinéaires endogames

   My breath runs in a subtle rhythmic stream;
   It fills my members with a might divine:
   I have drunk the Infinite like a giant’s wine.
   Time is my drama or my pageant dream.
   Now are my illumined cells joy’s flaming scheme
   And changed my thrilled and branching nerves to fine
   Channels of rapture opal and hyaline
   For the influx of the Unknown and the Supreme.

   I am no more a vassal of flesh,
   A slave to Nature and her leaden rule;
   I am caught no more in the senses narrow mesh.
   My soul unhorizoned widens to measureless sight,
   My body is God’s happy living tool,
   My spirit a vast sun of deathless light.

[SRI AUROBINDO GHOSE ~ TRANSFORMATION]

 

Madame X dans la courroie d'une distribution de roles, drole a souhait cent fois nie l'oie qui l'a fait dans la cour neuve suivant les pas des plvs soies que petits, marcher a la basse-court etroit-tete qui n'a pas de cou. Elle deambule dans les hautes herbes, zebre braise des bris airs et elle se met a fredonner ce refrain sans retenue, ce costume chante de soiree, dandinant une robe qui dos nu noir de nuit suit le propre developpe enrobant d'une poire sienne volontaire dans le denivellement conscrit d'un appel dde son corps a se derouler comm une aurore a etage, un facteur, se deployer comm un vecteur, et a s'extraire comm une pirogue des eaux de faibles propfondeurs dont elle appuie le ressort en tout dernier complexe hotelier pour faire pourfendue de part en part voir et l'envoyer la multiplicite sur-renale de ses glandes pluvieuses, pleuvoir sur nos epaules de decouvertes faciles le nouveau mirage d'une alterantive chateliere, montee sur ddes remparts, cerclee de pluriels saufs, et de la son melodieux ambage, cepage, bandage boulimiq et princier fait vibrer comm une corde la vocalise de ses apotres-poutres qu'elle tient a portee de vue, demain et encor bocage des jours suivants, tout comm la precedant elle voit dans l'oeil d'un sphinx l'illusion d'une lumiere qui voudrait eclatter au moment d'eclaircir quelq voie qu'il faudrait bien-pourtant. Pourtant Madame X y zebree fait ces choix qui ne sont pas courants, ces choix imprevisibibles et dont nul ne saurait meme apres coup voir les effets dans leur entier sans en pour cela vite elargir le panorama.
Nul ne saurait etre trop ecoeure et se prevaloir de sa propre turpitude de, au moment de torpeur inedit et inoui d'invraissemblance de passer la main dans le compost leste, gras, souillon & stable de conformite a tout point de vue, de l'imposture qu'une copie effeuillee, volee aurait remise volante a l'usurpatrice de ses sens, fonder sur l'axiome legitime de conjectures superlatives les desseins d'innes dansants d'un espace plvs tot confine dans la champs laborieux & deja exhaustif de scenes preponderantes qui surtravaillees au concert illustre de ses propres acquis meneraient telle la charue avant les veaux les consequences de ses actes a introduire l'impense dans les chapitres brulants de ses recitaux ecrits treteaux. Nul ne saurait non plus trop insister en employant l'extreme valeur intrinsequement dubitative au leurre physiq des choses percues a des a corriger par son caractere endemiq dominant et a des fins de suites, sur la validite cursive, dans le cheminement des insinuations, de cette poursuite. Pour suite a la Venus a tiroirs, et aux lavis a couloirs, l'aurore a etages elle, d'ou se regarder monter. L'un va sans dire, luxe d'un sans dit, non-disants echaffaudes, l'autre depuis la place modeste de sa luxuriance muette et sourde, qui se leve sur elle meme, au dessus de sa propre portee te tetes et s'en releve continuellement sans dans un premier temps plutot passer la main, tomber, est un repas, un repit, une plage a l'etendue malleable et flexible.

      25o pages de notes en une semaine, bien sur qu'il y a a boire et a manger. Des milliers de gouttes de sables plues perlant d'un ciel original; un bain des airs, 3oo siecles de series vapeurs chaudes dans un refrigerateur a vent, moulin des emissions dites occies d'emotions car bonnes. J'avais tres envie de consulter, mais vous l7avez fait expres, n'est-ce pas ?~ Je n'ai jamais eu une seconde pour moi, pour preparer quoi que ce soit. Heureusement ils l'ont fait pour moi. Mais il y a des absents, je n'ai pas eu pour eux le temps.
Phosphore des profondeurs musicales, danse de songes celestes enfouis par Anesidora, colombe qui s'eternise dans le mouvement des grace vegetatives et organiq, leurs symphonies chantent des louanges divines., Obstacle de l'homm aux paradis supremes. Tous les jardins du monde rassemblent leurs efforts pour ici donner d'eux une once, une bribe, un extrait representatif, leur plvs dense dose d'une chose d'adrenaline submergente se met a consteller ses magnitudes ambrees en trouvant our cela l'imagination d'une place a s'octroyer. Toutes les photos ratees, des dieux qui habitent cette clairiere.
On y reviendra tres vite. Triangles vegetaux et lignes faunes dans ce domaine, la regulation quasi naturelle de ces harmonies siderales que dessine involontaires le quadrillage ferme de l'embassade porteuse dans l'epaisseur de terre etheree de cette plaine semblant encor vierge, ou virile. Le fruit frais, la chair brulante, l'ocean tous trois dechaines apres l'instant parxoysmiq des frissonnements. Il y a confondus creative et naive, longtemps confondu ces deux traits ou ils se croisent et se confondent pour qu'il le soir soit, le soit. Un carrefour tres etroit. Seulement parce qu'en ce temps-la il etait a cet endroit exact. Synchrone, cette demultiplication hors-champ de l'espace franchi par la notion volage, en haute voltige, en dimensions d'estompement ~ Synchrones ces dimensions d'estompement egalement. Elegamment ligaturees, des slides-onguents des ligaments, un legue, un don, une donation, concertation d'estampes, estompees en mesures, et hors d'elles quand se produit le son violent qui suspendant l'instant d'envol surprend. Sa fluorescence naissance, evanescente et constellative, qui s'allume et s'enlumine, s'illuminant se fait un style, dans un recoin discret de l'astre mu, de l'etre emu, de l'antre amovible qui animee nue desanime & pusillanime deshabille le pouls malte ou malais. Elle maquille son esprit quand elle veut rester sur sa decision.

 

 

abstrait-d-une-toile-a-l-huile-immaterielle-ou---immob-ster.png
      
     
 Enfant jeme suis perdu dans les yeux d'une girafe et,
je n'avais qu'un reve, etre explorateur.
Comm Magellan, Vasco de Gamma, 
La Perouse, Christophe Colomb 

 Bougainville, Cartier & Cook.  
Lorsq 'on m'a appris que tout etait deja decouvert, j'ai
fait tous les efforts du monde pour me convaincre que
ce n'etait pas possible/.

Et j'avais raison./        
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:34
En este instante fecundo
Sin ser sabio competente
 Volver a sentir profundo
Despues de vivir un siglo
Es eso lo que siento yo
Sin ser sabio competente
Sin ser sabio competente...
        M'EST CORPS CE DOME, TE
BOIS NACRE COQUILLAGE ~ 
[Apologie des liminaires]

    
[Choregraphie] ~ de signes
~ simples qui quand ils s'animent, dessinent les projets de super-pauses dansees comm des marie
s. 
 
 
Allégorie réelle du phénomène mental d'éclat physiq de la visualisation & de la projection dans le temps, de l'harmonie chorégraphiée, équilibrists instants de lieux jumeaux qui intéragissant & influant l'vn sur l'autre, s'enrichissent mutuellement des sédiments de leur évènement respectifs, à leur     évocation, c'est la vocation d'un souvenir à muer dans le temps, du temps à changer de forme dans l'espace qui se rédéfinit dans les images fluctuantes du ballet. Hynotiq / Lac de signes. La poesie est probablement un fleuve qui prendrait sa naissance dans les images oniriq qui l'amoncellent, & trouverait son embouchure sur l'ocean des sens au delta ou se croisent les souvenirs physiq & les realites de l'esprit projetees, ce qui en nait est une vague continue ~ Des atmospheres jumelees qui des qu'elles se prononcent developpent contenus en elles les textures & les sens de leur evocation ~ Des lieux comm des ames-soeurs qui se font reference, et s'animent mutuellement, retroactivement. Le chantier discret de l'esprit qui quand par les conduits arrimant toutes en une seule les reponses sensorielles vers un rappel cardiaq qui mettent en rapport ses images sonores dans leur multiples decors, se voit ballet double d'imagess toutes helees des mille et une vies de fruits germes, apporte sur les batis les terrains suspendus en vue de les elever a des concerts physiq de materiaux maintenus dont decoulent par strates, perles gouttes des grands mets qui nourrissent l'envie, les nectars juteux de jardins aeriens qui dessinent tous aux memes grains de papier les desseins de figurer les corps, celvi d'un grand ballet qui par ses grands essors fait penser a cette vague : qu'etale ne nait la fable. Foutue tangente atmopsheriq. A mesure qu'il avance & comm les choses se precisent, les bifurcations sont de plvs en plvs frequentes, les voies de plvs en plvs en larges, et sa vitesse pourtant encor s'accroit. Ou l'homm va dansant d'une extremite vers le coeur d'un membre de corps celeste ~ Un lac de signes, ou une ville-ballet, qui de loin ne parait qu'un point faiblement eclaire, une oasis et qui a grandi considerablement quand on s'en est approches. Au-dela. Au-dela meme des pures cardiaq. Aborder la science d'un point de vue artistiq, aborder le ballet par ses portes gardees. Deborder les sens par le motions du mot, une choregraphie comm une serie de tableaux qui figurent les arteres de ces eres dans lesquelles foncant a pleine vitresse epanouie vers le coeur intensement agite tandis que les couleurs au contraire elles ,s'eclairent. Formes, convergences simultanees, de dimensions vers l'interieur ou les espaces se reduisent, tout se reduit, s'effondre comm les tours se font courts, les cercles plvs etroits, la force centripete allant accelerant veut mener de la bas vers le sommet, par giclees de seves ~ en slow motion. Un lac de signes, & no lack of swans. Puisq c'est un milieu, et que tous les milieux sont Beau.        
Ballet---QU-etale-ne-nait-la-fable-2.png
       
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 15:06

 

Je lisais récemment "Imposer votre prétendue démocratie au monde ? Au nom de quel usage des libertés ? Quelle sagesse peut faire autorité en limitant celles des cultures qu'elle investit d'un nouveau role."

"Dans quel usage de la Liberté a tout prix, nous sommes-nous enfermé l'esprit ?"

 

 

ROBERT DESNOS - Description d'une révolte prochaine

 

"Issus de Etats ténébreux, les civilisés continuent la meme marche vers l'Ouest qu'Attila, Tamerlan, et tant d'autres inconnus.

Qui dit civilisés dit anciens barbares, c'est-a-dire batards des aventuriers de la nuit, c'est-a-dire que l'ennemi (Romains, Grecs) corrompit. Expulsés des rives du Pacifiq et des pentes de l'Himalaya, ces "Grandes Compagnies", infideles a leur mission, se trouvent maintenant face a ceux qui les chasserent aux jours pas tres lointains des Invasions.

Fils de Kalmouk, petits-fils des Huns, depouilles-vous un peu de ces robes empruntées aux vestiaires d'Athenes et de Thebes, ces cuirrasses ramassées a Sparte et a Rome, et apparaissez nus comme l'etaient vos peres sur leurs petits chevaux, et vous, Normands, laboureurs, pecheurs de sardines, fabricants de cidre, montez un peu sur ces barques hasardeuses qui, par-dela le cercle polaire, tracerent leur long sillage avant d'atteindre ces pres humides et ces forets giboyeuses.

Meute, reconnais  ton maitre ! ~ Tu croyais le fuir cet Orient qui te chassait en t'investissant du droit de destruction que tu n'as pas su conserver et voici que tu le retrouves de dos, une fois le tour du monde achevé ! Je t'en prie, n'imite pas le chien qui veut attraper sa queue, tu courras perpétuellement apres l'Ouest ! ~ Arrete-toi !

Rends-nous compte unpeu de ta mission , grande armée orientale devenue aujourd'hui Les Occidentaux.

ROME ? Tu l'as détruite, d'un coup de vent ou du glaive de ton allié Brennus. ROME ? Tu l'as reconstruite, tu lui as meem emprunté ses lois (Droit romain, comme disent tes vieillards des tribunaux) et tu lui as donné un Pape pour bien détourner l'esprit d'Orient de son but.

ATHENES ? Celle-la, tu l'as partagée comme de l'étoffe et tu as modelée tes visages sur les visages de ses statues brisées.

Tu as meem détruit en passant THEBES et MEMPHIS, mais tu te gardas bien de leur prendre quoi que ce soit. Tu ne ris pas si fort quand on te parle de TOT ANKH AMON.

Quand l'arriere garde rejoignit le gros de la foule, a ta tete Charles Martel, tu la combattis, comme aux Champs Catalauniq tu te heurtas aux archanges d'Attila. Les langues que tu parles sont celles de tes anciens adversaires. Depuis une petite vingtaine de siecles, tu laisses des rhumatisms historiq gagner tes membres. Il est temps que tu demandes aux homms du Levant le mot d'ordre que tu as perdu.

La route que tu suis, malgré la rotondité de la terre, ne te montreras jamais que le couchant. Rebrousse chemin.

["Ainsi devais-tu faire quand, arrivé aux rives de l'Atlantiq, aprs avoir ruiné le modne gréco-latin, tu transformas les bivouacs en cités"]

Mais quoi ?

Il me sembles que tu te prends au sérieux ?

Ce tapis vert ? Ces messieurs impotents, cette stupide femme de lettres ? Société des Nations, comme tu dis, en omettant, naturellement, de dire a quel capital : dix millions de cadavres frais qu'il faut pour entretenir les ctosks.

O diplomates véreux assemblés pour rendre impossible toute guerre, examinons un peu votre travail de cochons.

Il me semble que votre Société a surtout pour vut la lutte contre la Liberté.

En vertu de quel monstrueux principe de conservation de l'espece [...] ~"

 

 

 

Lectures sous Satie

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:42

 

La souplesse incarnée d'élocution d'une émotion toute locomotivée de quelques cachots souriants

qu'on rencontre aux abords de la plus profonde peine,

a ceci de dissuasif, qu'aux barreaux de couleur liege largement déployés,

s'excitent des gingembre érectifs collés, agglutinés, et savamment incrustés

d'ou une tendre breche sombre laisse parfois filer l'odeur de fabriq

de la chaude taille a l'ampleur sanglée qu'une motion fugitive veut fixer comme aimant ~

 

La fille lait a dans les dents une violente envie de sentir fort

tout ce qui la traverse et qui ne fait que passer et ne desire fort que s'en tirer

s'incruste en ses yeux avides comme d'authentiq choses vécues au lasso ~

 

 

L'imaginaire violacé, violamment exacerbé d'ambres mal-odorantes ou d'améthystes

qu'on croise au detour des regards boulimiqs posés la comme des pierres brulantes

chauffées au fer rouge devant le soleil qui leur fait briller les orgasms au moindre a-coup

fait des tours dans la magie subliminale a laquelle tout l'homm normalement constitué

voudrait pouvoir s'echapper sans essai de traces ~

 

 

 

VIN-GRELE !

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 22:37

 

Dans un ultime concert privilégié élevé au 7eme ciel

nourri au grain de sable qui n'enroue pas la voix

du dedans sans dehors d'une bulle de savon sans Quel et sans Quand

tourné en HD dans les degrés proches du 3eme

renversé des lois de la gravité classique

revisité des trous d'homm dans les tuyaux suspendus a des cordes laches

invité avec les spectateurs emportés par l'équipe techniq

les acteurs de La Luna et leur directeur artistiq

font d'un livre ouvert sur les pages dont un ciel nuau fraichement doré miel

offre a lire les moindres détails étoiléssur papier glacé

le plafond d'un conte grimpanta la seve bouillonnante

le long d'une version definitive qui a ses racines en mer

 

- apres gloussements répétés, et perte des plumes au ventre

plusieurs saisons d'affilées dans la meme annee solaire,

et achevent sur ses grappes de raisins aux échos

tordus a la main -

 

va acheminer dans la poussiere d'une Villa Arpel

un intérieur Mon Oncle, grandiosement bon a oublier

 

Dans cette ultime présentation tournée au passé pour la forme

jouée au futur antérieurement décalé des temps pour le fond qui entend mal

- ingénieusement trouvée, cette technique

grace a laquelle les sons émis du ventre des acteurs

  trouvent leur écho dans les yeux du lecteur

avec un léger différé qui en ralentit volontairement

la portée, l'accent, l'amplitude sonore, et meme la couvaison -

 

un temps refont et refondent sur eux-memes les oeufs s'éclore

 

 

 

MEP / Lautréamont

 
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 16:39

 

TEXTE A ne toujours pas VENIR ~

 

Il est nécesaire, il est plus que nécesaire, est-ce à dire, de metttre à jour, que dis-je, de remettre au goût du jour, à l'aube d'un nouveau, une théorie qui, si elle a eu le mérite d'être maintes fois sinon plus traitée, nombreuses fois critiquée, si souvent revue, passée en revue, si aussi elle a beaucoup inspiré donné à réfléchir, si enfin elle s'est énormément projetée d'époques en époques, et d'oeuvres en oeuvres, et d'esprits en esprits, jusqu'à ce qu'un nombre d'auteurs si grand qu'il en est démembrant, d'auteurs eux-mêmes aussi bien réfléchis qu'il est possible de l'être devant un miroir ou dans une salle de bains, s'y voient parfois projetées, ou projectés violemment ~
n'a pourtant jamais encore fait véritablement l'objet d'un essai, et encore moins donc, d'une théorie à proprement parler. D'ailleurs, à quoi bon théoriser ?

Car ce dont il s'agit maintenant de voir, de revoir, n'a jamais porté, ni de sens, de nom. Quel drame, me direz-vous. Quand, du moins vous en serez à la deuxième lecture. Quand vous aurez bien d'abord pris soin de savoir de quoi il retourne en vérité.
Et oui, c'est en effet, un drame. un vrai drame !

Qu'il s'agisse de seulement en parler en des mots abstraits, comme ça a été beaucoup fait déjà.

 

Une Esperluette ne fait pas le Printemps ~

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 09:36

 

JARDINS SUR L'EAU
LAC SUSPENDU
TEMPLE DES SCIENCES DU HASARD
IRRATIONNALITE CONCRETE
LES LOCOMOTIVES DE L'ABSTRAIT

 

Image arrivee en meme temps que celle du Clair de Lune de Debussy. A mon esprit qui a cet instant ou ces images doivent se refleter pour comme souvent former jusq 'a ne plus faire qu'une des alliages, faire partir de leur corps propre d'entites ludiq tout ce qui devrait sur elles avoir l'effet d'une barriere semantiq afin que se produise par miracle le mirage inattendu d'un spectacle qui s'improvise. Miracle de cette operation : rien ne part, par magie il reste tout a mettre en relation de ces deux fois quatre troisiemes degres d'illusion plastiq instantanement cree quand flanant sur le clair de lune a lacets j'ecoute Come circulaire jouer Debussy en boucle et refleter tout ceci des rondeurs de l'onirie ~
Des images oniriq, d'etendues d'eaux etangs plantees de hautes tiges epaisses comm des troncs sur la barq d'un mirage suspendu  le temps d'un fer qui passe, celvi d'une marche droguee planant aux cotes d'un animal aile quelconq.
L'abstrait que je ne saurais peintre, dans ces emotions locomotivees et qui se mollement fondent dessus mutuellement en se recouvrant et absorbant des quantites ultra-calorifiq d'extra-lucidites plastiq, habite et anime le temple des sciences du hasard, duquel par moments, plusieurs fois dans les etages du jour s'extraient propulsees ejectees s'en deversant parfois lestes et non motorisees, les emotions que seule sait contenir dans sa formule suffisamment vague et, deja, abstraite, paoniq et super-relative, l'idee d'Irrationalite concrete. Pour celvi qui voudrait encor me demander ce qu'est l'Irrationalite concrete a quoi je'attribue la naissance d'une bonne partie des 5 derniers texts publies ici je reponds que c'est un vehicule opalin, une crysalide cristalline, un ecrin des ecrits tot liquids, et qui dans sa vaste nebuleuse de faible densite levitant traine sur les sols un a un caresses l'epaisse charge electriq de leurs sens attendus.
Un nuage pluvieux en plein desert, voila ce a quoi devrait ressembler celle qui seule peut contenir comm je viens de l'insinuer les emotions passageres d'une epice extraite des temples diversement divergents dont l'intuition logiq refait le nez a la maniere pharaonesq quand les images se super-pausees proposent de comprimer suffisamment leur propre corps de negatifs tres optimists dans l'etroit passage d'un instant quant a lvi sans cesse su furtif, puisq fuyant, et en cavale comm le sont les bandits issus de cette lignee a laquelles les arts, tous les arts et leurs artisans appartiennent.
Alors, Debussy, alors Como ?~ J'y reviens. Comm tout meurtrier sur les lieux du crime, Debussy sur son clair de lune revient a Come comm pour la millieme fois, celle de trop, la goutte qui deborde de ce haut jardin plante dans l'etang suspendu d'un instant de piano au devenir deja annonce electroniq, et commettant cette goutte, la commettant comm on peut dire avoir commis une oeuvre en s'ecriant Oups d'avoir eu le tems voulu la pause qui justifiait le plvs l'interet d'un public alerte non, mais bien la photogrpahie couchee du photogrpahe du retard, en la commettant donc, il donne a la goutte de trop, celle qui empechait jusq 'alors par leurs respectives barrieres semantiq innees de se rapprocher les deux spheres temporellement et spacialement distantes d'un peu plus que la seule duree d'une partition soulevee du coeur par des treuils au seuil meme de l'anticipation des formes, il donne a cette goutte de trop pour que ceci se touche jusq 'a nos oreilles couchees pretes a goutter a cette eau, la transparence metaphoriq d'un authentiq Cygne blanc des beaux milieux de la nuit, lesquels sont le terrain de ce clair de lune, et cette transprarence qui est Come par un jour de clarte exceptionnellement habituelle, passagerement permanente, rend innee la visibilite franchissable, et donc la traversee physiq de ces champs si sonores qu'ils se cultivent a l'oreille comm un dessein le fait, sur deja, et su viable, celvi de traverser les epoq, de perenniser ses echos et de devenir un jour aussi electroniq que l'annoncait sa naissance sur l'eau au moment de l'emotion forte ou chute la goutte de trop.  

Un nuage depuis, navigue, partout dans le monde portant simultanement l'image d'un clair de lune et les images oniriq qui naissent au clair de la lune sur les etendues d'eau de Como.    

Partager cet article
Repost0