L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

23 février 2020 7 23 /02 /février /2020 09:16

Mes automatisms appartiennent au monde des réflexes, ils ont enrichi une part monumentale - difficile à sonder, tant est effective cette opération - qui affranchit l'esprit de bon nombre de pensées, lvi permettant de multitâches se focaliser et résoudre plvs rapidement les problèms les plvs rares, sporadiq & inédits auxquels sans m'y frotter je peux sans me brosser me trouver confronté. Mais ce n'est pas que de celà dont il s'agit. Ce monde colossalement grandi des réflexes - l'homm est immense, son esprit sans limite !~ par les parlers et ouïs impensables (souvent même insensés !)~ du quotidien, s'est nourri de ce que le conscient veut s'affranchir. Tant et si bien qu'il est naturel que l'homm vieillissant, celvi qu'il m'arrive par mon travail ponctuellement mené en parallèle à mon activité principale, ces déplacements à domicile avec des ergothérapeutes, de côtoyer, s'avère non pas aigri comm on a coutume de le dire (à tort selon moi), est pour grande partie (sans doute plvs de moitié) habité de ces quantités de codes réguliers, récurrents - hautement corrosifs même - qui l'ont baigné jusq'à cet âge avancé. Autant dire qu'on devrait se méfier et se prémunir dès le plvs jeune âge des malfaçons qui de coutume pasesent habitudes, et qu'ainsi on se préserve de nourrir un inconscient de ces quantités de mauvaises perceptions qui deviennent, par la force des choses, partie de nous, au point où elles peuvent en sortir. Puisq l'inconscient est, en plvs d'un grande amas de mémoires reptiliennes fusionnées pour jaillir ou stagner, selon les filons que l'on décide ou que l'on est capable d'en exploiter, la mémoire permanente des redoublements de ces sens qui ne peuvent pas autrement gérer tant de flux qu'il est dans les interactions au monde. Le monde des réflexes est un endroit magiq, il suffit de prendre conscience de sa propre marche sur la place du marché, sur le chemin retour pour s'avertir - et valoir double, plutôt que de le voir - des quantités quasi-quantiq de mécanism à l'œuvre, qu'il s'agit de faire s'actionner dans une fluidité harmonieuse qui a de naturel le seul sens commun instruit par nos genèses humidement humaines et l'appropriation visuelle de ce qui est et de ce qui doit être, pour se figurer un instant quel plvs vaste environnement recouvre cet îlot trop méconnu, ignoré par nature et inexploré par laxism. Quand oncq parviendrait seulement à en mesurer l'ampleur et permettre que tout soit d'emblée su, évitant ainsi les si semblant travers d'incidents causés dissidences par trop mal conçues et les billevesées des biais où dévient les critiq sur le seul aperçu, en dire et en décrire l'étendue des potentiels, il serait dès lors possible de dessiner ses rêves, voyager par l'esprit, parler en mangeant, la bouche pleine de vérités insoupçonnées, et même de s'affranchir pour partie du corps en tant que moyen de traction, de locomotion et vecteur sensoriel. 

Dans la répétition des actes les plvs plaisants, la mécaniq poétiq par exemple, les arts de l'aménagement des pensées belles par extension, il se trouve une victoire menée sans peine ni victime collatérale, qui développée au mieux parvient à faire rêver en musiq, se réveiller en transe et enchaîner les logiq dans une danse virtuose que l'on peut se contenter - on ne s'en contentera pas longtemps - d'observer en spectateur, pour la beauté du moment et la sérénité des idées qu'il contient et prévient de véhiculer à d'autres horizons.

Tenter de retrouver un rêve après coup, qui n'a laissé de trace de son passage véloce - le monde des rêves comm celvi des pensées fonce plvs clair que bien des échanges verbaux et des réflexions menées à voix haute - consiste dans un rebrousse-temps, un rebours d'images, remonter vn à vn les tirets dressés entre chaq image, jusq'à retrouver l'originale, l'instigatrice, la première si tant est que celà soit possible (on peut seulement se satisfaire de s'arrêter à celle qui semble la plvs probante, car elle colle à une image de la veille, mais qui sait ?~), est un jeu des plvs hasardeux certes, mais vivement caloriporteur, très fastidieux certes, mais immensément bienfaisant, tant par cette démarche sont sollicitées de ces matières d'usage impalpables, qu'il revêt d'une sorte de dimension parallèle de toucher, même seulement effleurer, du bout des songes, à la vitesse extrême où en absorber toute texture semblerait impossible, et pourtant sous forme synthétiq, d'une très dense compression des agents qui la composent, l'esprit est calable, dans l'inconscient de le faire, dans son intégralité la plvs complexe et la plvs complète, laquelle prendrait des plombes et quelq d'énumérer par l'exercice conscient d'un inventaire quis e voudrait le plus vs exhaustif possible. On arrive là à l'evers des choses : la complexité, ou plutôt la richesse des objets en tant qu'experts de l'expérience sensorielle, toucher et ouïe, goûter et visuel, ressenti par contraste ou dénotation curieuse, absences et irrégularité passagères, matières conductrices et chauffards des dix manches d'une magie cachée qui triche avec nos voies xommunes en en empruntant une toute autre, ne peut se révéler entière, intègre et intégrale, que dans l'oubli des acquis de la conscience pour que le sonde au plvs proche le vertueux et très perspicace inconscient, dn en retournant l'essence, en en devêtant les idées communes si propres aux antonomases classiq qu'inculquent les usages faits des choses par l'environnement où nous nous y épanouissant avançons sans de l'essence ressasser le potentiel boustrophédon.

C'est la nuit qui porte conseil, et non le conseil qui porte manteau.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 16:02

Ce sont trois erreurs concomitantes, et indépendantes, et nullement comm je commençais de l'écrire en en sortant liées. Parce que sans m'en douter j'avais tête baissée suivi par l'affluence d'une inertie à l'énergie contagieuse, - et par là commis une nouvelle erreur qui en suivait sans intention d'abord ni même intuition, que le sort à l'envie, par hasard et même, presq oui, j'oserais le dire, par destination, je m'étais trompé et je ne pouvais plus alors qu'observer les conséquences de cette seconde de destination, produire en chaîne ses effets, et les effets de ces effets qui en entraînaient d'autres et que je devinais naître à chaque fois accélérés - le mouvement. Débile, cette amas, plvs encor ma peu critiq manière d'en prendre le vent, d'en sentir en poupe souffler l'élan, débiles ces gens. Mais bon, ce n'est pas la première, et il y en aura d'autres, dates à taire pour l'heure. À la démesure de l'importante quantité d'ignares à en courir le rythm, qui me persuade, c'est tentant. À mesure que chacune des bribes d'un acte non désiré tombaient de leur socle et qu'un rouage se mettait à l'œuvre d'en faire la matière prémisse à d'autre tours, les roues bientôt, toutes en corrélation en activaient d'autres, je devinais, oui, le temps supplémentaire qui allait m'être pris, là à attendre que tout ceci s'interrompe enfin, et celvi qu'il me faudrait à revenir en arrière. En piste, droit devant ~ Comm s'engager à la mauvaise bretelle de l'autoroute et devoir poursuivre sans pouvoir faire demi-tour, je ne mesurais le surplus de temps qu'à mesure que s'ajoutaient des encombrements, qui amenaient d'autres délais, bloqué là, mais sachant que tout pourrait être refait : revenir au point d'instigation, à l'amorce de cette plage rognée, volée du temps, car c'était bien là tout ce en quoi consistait cette méprise, cette destination, en un temps record de longévité qui prolongeait l'attente, impuissante, de l'achèvement pour un retour à somme nulle consistait. La résultante, que cette énorme immondice à en regarder les secondes s'égrainer, se dissoudre, perdues merdes à tout jamais gâchées.

Coincé dans un rond point : Sa clarté d'instant sans conscience, à la surface, avéré tel seulement à ce point d'un pont final qui s'ecrasasi violemment que je ne crus instantanément plus qu'il avait jamais existé. Une rive disparue, ne m'intéressait pas, mon paysage ne s'étendrait plus jamais jusqu'à cet autre côté, qu'important, non, seules les secondes qui chutaient une à une dans ce fracas, toute cette attente qui attermoyait surtout, le moment de mon départ de ce cadre sans panorama ni pyjama, car j'y étais contraint, forcé d'y demeurer pour nettoyer, déblayer ces décombres, mais il me fallait poursuivre d'abord, d'en 'observer toute la chute, qui n'en finissait pas.

~ Le déroulé d'une déroute, d'un détour, d'un mauvais pas, d'une fausse mesure, en ce labyrinthe houleux ~ Et qu'importe, je me le dis, les pertes si j'en suis ressorti non plus suivant mais meneur, la dense liaison en fait l'accord porteur de sens, qui ne laisse pas ceci s'éloigner comm un simple faux souvenir à effacer, mais comm un rêve voué à être transformé pour prendre de la majesté, la couronne ou l'hermine.

J'en ai gardé ces seules signes, dignes lignes sincères et heureusement celles-ci renouent les plages de temps dont je ne dispose alors pas, et qui se tressent désormais dressées déesses entre elles des ailes pour compenser les pertes, à faire aller de l'avant le calendrier des stèles enfouies qu'il me faut désormais recouvrées faire sortir de terre et réacheminer à leur destinataire.

Partager cet article
Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 12:13

 

 

    La chance est le terrain de jeu de l'âme, le champ d'action ou elle est compétente, la 3è centaine de pourcents de soi qui suit les physiq & esprit que nous concentrons à tracer à main levée le ciel ~ Pour n'en appréhender que les 36o degrés visibles ainsi qu' à ceux d'un tour de chauffe qui compterait plvs de 2 demi-tours on le ferait dansés en autant de jours panoramiq, toujours perfectibles. L'expression ne s'use pas, elle ne s'amenuise pas comm au contact de la chaussure la pied, elle croit comm on en abuse. Y recourir pour lvi redonner son intensite optimale, essentielle au retour à sa valeur d'entité irréductible initiale, en la muselant, comm une muse, la mienne usée. Musée amusant en plusieurs endroits de la tête. Ici l'imaginaire bat ses records de vitesse, là le souvenir bouscle les convenus; là encor l'essence des rêve vient interpréter perpétrée sa propre version des vues en celle de pénétrer la partie dont elle s'est octroyée fait commise. À l'inverse de l'image tragiq d'ascétism d'un macro-réalism qui veut avec l'ampleur d'un recul, globalisante, effrenée, ralentie, arrêtée sur image donner la sensation d'absorption irrémé-diable qui consiste dans la déprimante, impératrice, impérative & hautement opprimante vue générale, l'image poétiq est un oeil dans la longue vue qui brandie, depuis la lune visant le lever de terre, ou a l'extrémité de son coucher, à sa phase de mutation, est de constantes métamorphoses irradiée, tangente à la planète au moment de naitre et de n'etre que ca, s'illuminant en se plongeant dans la nuit l'oeil. Elle est l'état idéal de d'évolution constante et coincidente à tout evenement minime qui décrit une transition allant positive. Un état de métaphore des choses propice à la métamorphose de la formule, ainsi l'image poétiq est réévoaluationnaire car elle perce les secrets que font de l'immensité les détails. Elle se meut seule tout le long du jour comm coule sur celvi du croco le dos du fleuve, et nous rattrapaons chaq veillée son avancée, revenant du retard pris sur elle pour la poursuivre tel sans jamais la rattraper le chien sa propre queue : inlassablement ludiq. Cette activité qui repose sur l'espérance, est probablement l'uniq question à la réponse de logiq que se posent sur la tete les dieux quand ils marchent dessus pour se mettre à l'envers : LE CIEL ~?

 

 

    Endemiq Levitation des Soutenements de l'Affable

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 17:05

    Sous-titre : Henissements

 

Un flash visuel, le souvenir du tout premier mot, comm du poupon une image tres floue, mais la. La remanence de l'accroche marquante, celle qui a fait danser une nuit dans le lit de maman des siulhouettes devant la porte pris pour autant de fantomes qu'il est a en trouver.

    Souveins-toi comm tu etais le fier ~ le jour  ou tu as compris qu'on avait compris ce que tu avais voulu dire, pour la premiere occasion comm on a celebre la venue d'une intuition, sabrement de champagne et confettis d'unisson, on l'a affichee sur dees boites matinales comm des carreaux dans l'entree au sol pour a chaq fois illustrer cette memoire, la raviver et la tenir bien a portee ~  

Ces scientillements de plafond, profonds, inhérents et de bon tons aux teintes roses glaçon voguant dans les mauves, leurs frétillements innés, parus dès la solidification, demeurés dans les particules en suspens quand l'état gazeux s'atteignait orange de folie, et encor, dans sa version pluvieuse noircissant de bruns, comm des radiations le magnétism d'un vert propre à l'aurore ecarlate quand elle est boréale sur les cristaux liquidd, des sons gesticulés, articulations de hénissements découverts exceoptionnels dès les balbutiements par l'animal jaune à mémoire génétiq intégrée, celui qui se lève devant ce lit ou il vient de les trouves, ces solutions buvables aux problèmes d'ordre fantômatiq qui font danser des silhouettes ocres de l'encadrement de la porte de la chambre a l'evasive sortie de secours aussi bien qu'entre cuisine gastronomiq, dégustation d'entrées et musiq de salon ~ Souviens-toi encor comm prendre un animal par les rennes quand on est poupon, a du bon le meilleur, et du pire pas une once.

Tellement fier, toujours, de se savoir  de quelq'un l'égérie légitime ~

Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 12:13



Priorite de l'homm qui vit, de l'homm qui pense, de l'homm qui a chaud, de l'homm qui a faim, de l'homm qui est presse, de l'homm qui soulage, de l'homm qui va-et-vient, de l'homm qui cree & qui detruit, de l'homm qui recycle et qui reconstitue, de l'homm qui prémunit, qui démunir, qui aime, de l'homm qui construit et qui s'instruit, de l'homm qui structure, priorite de l'Homm, non pas de Lomme, pas de l'ombre, -pas de doute,- pas de l'home, ou de l'öm ni de lom, neerlandaise et indonesienne, ni de la lomme danoise, mais bien : priorite de l'homm, ~ sur tout, de l'homm sur la recherche en robotiq, priorite de l'homm sur la prouesse sensationnelle d'une avancee numeriq, priorité ultime de l'homm à la fois sur et dans la lune, priorite de l'homm sur la nature, priorite bien sûr de l'homm sur le dos de l'ane et sur l'estrade, de l'homm sur les temps & espace qui lvi en veulent et respectivement lvi donner sa consistance et le mettre en miettes, priorite de l'homm sur le matelas gonflable qui l'a lvi-meme sur l'eau, priorite de l'homm sur un lit d'eau ou de fleurs, sur le mur, sur le quad, sur les pistes de ski, sur la plage, sur la femme - et vice-versa -, priorite de l'homm sur les aliens, sur les elements encor inconnus, priorite de l'homm sur les animaux, tous, priorite de l'homm sur la matiere & sur la girafe, sur le zebre, sur la tortue geante, sur la romance, sur le lamentin et meme sur l'ornithorynq s'il y arrive, priorite de l'homm dans le champ des possibles - remarquez je n'ai pas dit sur -, priorite de l'homm sur l'economie, sur le couchant, et bien sur priorite de l'homm sous la douche, sur les sens -dans le bon sens-, priorite de l'homm a l'endroit & a l'envers sur les photos, sur la monnaie et sur les langues paradoxales, priorite de l'homm sur le fil, sur la corde raide, sur les lignes de compte & sur le chemin du retour, priorite de l'homm sur la route, sur les reductions extraordinaires des lois mathematiq et sur le transat qui en est l'aboutissante ultime, sur tous les corps etranges qui attendent d'etre decouverts, quels qu'ils soient, sur les technologies de la pointe et les sculptures de bronze, sur la fonte et sur les fondus au blanc, sur la techniq, sur les lois de l'agravation, sur le progres, priorite de l'homm sur la mort, sur les arts, sur le monde des esprits et sur de lvi, priorite de l'homm sur le cinema, sur la planete et au-dela, priorite de l'homm sur l'eau, sur la terre, en l'air et meme sur le feu il a encor la priorite, l'homm, priorite de l'homm sur les mets qui eux-memes sur le feu l'ont, priorite absolue de l'homm sur le feu rouge, - un feu rouge ne devrait jamais, sous aucun pretexte griller la priorite a l'homm,- priorite de l'homm sur la fable, sur l'affable & sur l'ineffable. Declaration universelle de l'homm sur le point de s'endormir effondre, heureux.

*************************

D'un seul clin a son seuil L'Oeil du soleil cueille tout le ciel1111>>>>

]Oeuf-en-ciel.[ *************************

La priorite c'est l'Homm
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:58

Ce qui devait initialement s'intituler plus haut sur les faverolles energumenes, prend finalement la forme de quelq chose de plus sensuel. Je saisis que je suis dans un de ces moments de sensualite exacerbee qui me fait des draps d'usage glisser sur tout le long de ton corps une usure des tons de blanc impeccables, tu sais bien de quoi je parle. Manon, c'est un sujet d'orgasm, Manon. Un sujet de croquis, un sujet d'art en plastiq, je pourrais passer des heures devant son nu sans esquisser la moindre ligne, juste parce que mes plaisent a voir se croiser et jouer volantes leurs symphonies m'y siphonnant ses courbes, ma tilde qui dirait non, une sorte de gnon, grognon. Pour la premiere fois j'ecris correctement siphonner sans le prononcer a voix haute. La voie haute de Manon. Un exemple, pris moins par le hasard qui s'en serait autrement debarasse au detour de quelq revalorisation-rivalisation, qu'oriente par-dela le chemin de dalhia hyper-soniq qui fait des ours courir polyptiq ou a poil sauvages les cours desquels sortent, cours d'images, courts sur pates, cours veloces, d'arts plastiq, ses plusieurs etages sylvestres comm il s'en mene d'usages aux habitudes d'enfants tous bien ornes de leur superbe structure ludiq d'appareils de rues par nature mortes, droit vers les cours lateraux ou les heures pluvieuses remettent a se jaunir les imbriquant les constats qu'il s'offre d'une espece rare de pouls de l'ours, les synthetiq super-tissees, interstices du type "You may say i'm a drummer, but i'm not the only one". Oenolog a lampe croisant ma doudounne de mouton dans le noir et s'en emerveillant avant que s'allume l'estrade, c e battement d'homm a l'impulsion electromagnetiq, Oecolampadivm l'entends^-tu ambages et de polysemantiq etageres qui peuvent nous observer de leur hauteur, leur altitude !~, meme temoin, leur sacerdoce vulcain vulcanisant, ce caractere cratere si propre & qui fait ~ danser encor tres tard dans les beaux milieux intemporels les balises entre leurs reflets mille-et-quelq-autres fois encor la faverolle coupable de s'etre rendue energumene quand on la sentait seulement venir chaudement conforter dans ses teintes l'incompressible status hote qui par intermitence artistiq avait des boulimies de traces conclusives, et de concomitances ou comm moi non malleables, des complets jusq au nom. Une chromatisation de la course de Bolt par le Parlement de Londres, de Monet, eveillant dans la velocite de ces jambes une explosion des feux. Plus profondement a l'interieur de Manon, des yeux de preference, aux regards de prevenance, ses ecrasements s'operent qui sont des bleuissements au passage de la main, une course, un 1oo m sans haies, un nouveau record du monde, nouvel enregistrement traversant ce monde, de son geste de tireur a l'arc chromatise dans 36o degres d'ebullitions foncant encor en temperature jusq 'a la voie haute de Manon ~ Moi je voulais quitter cette page, dit-elle./ Deeper high inside Manon qui nous dit en trvaersant toutes les couleurs de ses dessous comm des Aer interdits Envoulez-vous aussi !~

 

Ce qui nous reflechit sans nous faire en premier lieu flechir ~

"Que fais-tu deja ici ?
_C'est ma tenue de soiree.
_Et je ne t'ai pas fait peur ?~ 
_Je ne regarde pas la tele. Ni ne lis les polars.
_Tu m'as dit ca des classiq deja, des antiq grecs, et des poesies du siecle.
_C'est que je leur prefere a tous, les oeuvres qui ont de la virtualite, les scenes qui ont du devenir, & l'histoire qui a du passif.
Je leur prefere en fait les cas* que je pratique au quotidien... L'ecriture a l'encre de Chine, la peinture a l'encre de l'ame... 
Et nos pieces qui levent l'ancre / sur les salons flottants ~
Ou meme le mort est beau au quotidien, qui existe a faire / le corps par metaphore.
_Le contraire est absurde/ et surtout n'apprend rien."

*acrostiche acrobatiq

 

A VENIR :

_Revelations sur le caractere proprement anti-revolutionnaire de la methode revolutionnaire d'ecriture dite paranoiaq-critiq mise en oeuvre et elaboree par Dali ~ "ces impressions aux yeux de le'esprit d'images veritablement defilantes !~"
_Aspirations au cycle de l'Hourloupe de Dubuffet (& sa Tour des Figures) "Tout serait bien différent si la terre était restée plate."
_Ganesh en douce apnee "Aux solivages de sucres des grottes à hippocampes ~ Une perception instantanée de toutes les dimensions. Des plus visuelles, à celles qui leur sont inhérentes. "
_Orgue a deux tetes, sans consequences ~ pour se reveiller en alexandrins.
_Sperbelsa, suite des Histoires Improbables ~
_Modulation d'une cuisson des oeufs juste autour du bassin d'eau bouillante de l'Aphrodite du site intemporel d'Ephesus, Turquie. (lecture d'une toile a moi)

 

Noues des vents sont tes rires 
Eux qui phorétiq font
Transportés d'airs en sons
Ravir aux vues, rouvrir,

En y, portée de mains
Mandibulaires essors,
Ballottant quelq effort
L'âge d'anges jouant au clavecin ~ 

etc.

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 22:26

Dans sa baignoire ce son metonymie tonitruant, metaux issus du turquoise - qui vaut bien un fuzzybunny et qui en plvs d'etre la main tendue du Add this song de Gusgus a le merite sur le coup d'oeil rapide d'une premiere impression de provoquer cette impression de boucle, propre gyraphone - hurlants qui s'inscrivent simultanement simulateur joues sur les murs ou perce-oreille neige d'un soleil le pied de la piece gauche. Avril, en chantant. Dans cette meme baignoire, tant de mois plvs tot que de kilometres de traversees auparavant qui se meuvent encor tandis que la piece elle semble si stable et tranquille, elle faisant mousser une eau de la meme couleur que l'energie telluriq de l'aurore soniq qui desormais s'electrise aux plvs phenomenales visualisations que nulle projection si soufflee soit-elle de techniq ne saurait egaler, qu'une balance versante, a la jointure de deux pans de ce mur-miroir ou la ligne sait filer rejoindre l'origine, fredonnait dans l'air du temps - un veritable printemps naissant blowsome et elsewhere - le familiere folie d'une autonomie revendiquee des blocs sur les edifices ou il s'en loge la plvs infime partie - celle,oui, ou nous primes pour de bon domicile fixe.

Le gyraphone mobile carrele, celeste, entre western et polar, a deux etages* encastres, vacillant et tanguant entre deux mondes fluctuants et hautement debordants, delirant et qu'illustre mieux que rien, moche, c'est rien de le dire, cet Intérieur d'un morceau de bâti de pierres avec dedans un morceau de soleil retravaille - revisite facon tableau-aqvarivm, mouvant, charnel, suspend pendant qu'elle chante son envol aux charmes prodigues d'un effet directement suivi de ses oscillements comm ils y imitent le terroir a tiroirs d'un plvs vaste evenement dont elle seule connait la combinaison, l'echeance, et sinon l'amitie d'une matiere a mythes mathematiq ou un tant soit peu malleable comm le cote surrealist du chiffre qui habite les imaginaires dans l'oeuvre de Cardan, l'intime magnie magnanime et mimime a la timidite limite militante d'une lime alimentaire de ce qui revele relevee la viree revee des ivresses vertes de la nuit ailee sagittaire stagiaire s'agitant et qu'il s'agit conflexe, et photovoltaiq, philo-sophistiquee, reflexe et circonflexe.. .de voir se fa</em>ire la mystiq qu'astique l'antiq plastiq de ses vaisseaux attiques, comm la fumee l'embue et que s'en boit qui tournoie en changeant les couleurs de cette piece de soleil tuniq le moment de flexion ~ L'uniq, celle qui se detache et se rappelle d'elle-meme comm s'y present pressant la cohue suivante et l'accompagnement, que l'univers est complexe, riche au sens lourd de sens et non seulement opulent.

*effondres l'vn dans l'autres et qui coexistent et se completent comm d'authentiq parties de nombres imaginaires, c'est pourquoi il parait qu'il retourne plvs de la compression de metal que du seul mortier de la construction.

Intérieur d'un morceau de bâti de pierres avec dedans un morceau de soleil

Intérieur d'un morceau de bâti de pierres avec dedans un morceau de soleil

Variante Or facon caverne d'Ali Baba, style rococo florissant

Variante Or facon caverne d'Ali Baba, style rococo florissant

Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 08:54

Pailles. Ni bouches ni liquid bus, pas encor. Les tracés parallèles, ou presq - comm ceux des melodies qui plaisamment restant en tête ne se rejoignent parfvm de glace qu'à l'infini - en autant de pailles colorées qu'il est à cet instant sur le dos, nus, étendus au soleil d'un lit d'écailles de paille d'amours simultanés filent du coin inférieur gauche du triptyq à son centre-haut. Pomm. La pomm uniq, ici présentée sous diverses lumières prises comm des douches ou l'angle d'une observation super-fine, méticuleuse, croquée sitôt, s'orientant comm ouvertes le font toutes les villes symétriquement construites sur l'océan, déshabillée - au fusain, à la plume, à pleine dent ou simplement des yeux - se décompose visuellement comm un matériau friable, tendre, au sens affectueux, de sucre sonore au passage d'une main mouillée sur sa peau brûlante et qui tremblante frémit - l'eau sur le feu. Peaux. C'est bien que l'extrémité droite - et basse - du triptyq, la figure majeure de l'oeuvre é-coulée. Nos corps plusieurs-fois-nombreux nageant comm à contre courant les enfants à la surface des escalators dessinent dans la continuité ludiq et visuelle, nivelée et sémantiq d'une pomm poupée coupée de quart, le projet ludiq de sillons tracés et puis longtemps laissés muants jusq 'à l'asbtraction complète -un chenal chaotiq sous le masq épais vu de face d'un liquid paisiblement assoupie - par le passage d'une embarcation motorisée. Ainsi nagés, traversant plutôt que -plvs tôt - traversés, transits et mutuellement, la dureté d'une durée mobile qui devrait présenter sur la trame générale, étale, de boucles enchevêtrées, croisées, enrobées, déroulantes, comm ligottées, se dérobant, les saisons réfléchies d'u-

-n firmament de rubans enroulés, qui se déployant consistent, les uns dans les autres, une chevelure de l'eau croissante, coulissante, Colisée et qu'un rapide coup d'oeil permet d'identifier en tout premier lieu dans l'image numériq d'un code adn.

Triptyq au réveil. Debout, les trois pans dressés pailles en haut et peaux en bas, projètent le décor uniq, inattendu, soudain révélé et sensationnel d'un très haut - trois mètres en tout - corps féminin nu, dont la tête appaert considérablement pourvue de rayons de soleil inclinés & le bassin miroite ce qui semble être un bain à ses pieds. Titre possible du nouveau triptyq une fois réveillé : Sirène. Exploration sémantiq. Passer de pailles-pomm-et-peaux à Sirène en opérant une rotation horaire de 9o degrés - ce qui est plutôt chaud pour une si lente et peu coûteuse opération, fait penser qu'il se perd dans toute révolution quelle qu'elle soit, toujours la part démographiq - le sirène est seule alors que les peaux étaient nombreuses - au profit d'un caractère émergeant, sous-jacent, soudain, d'unité hors-le-sommeil dont il vient de s'extraire en se levain soufflant l'aube d'un pain tout chaud.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 13:29

Sonores, les derniers restes physiq de souvenir du reve

Apres tout je ne crois pas reellement au libre-arbitre. Pas au sens ou on a l'habitude de l'entendre, et d'ailleurs je crois que nous sommes tous, tout un chacun conditionne a un choix par les gouts qui nous propres, uniq, ce qui me fait m'interroger sur le plvs grand dessein de cette particularite qui veut que jamais, presq jamais nous ne soyons à l'unanimite orientes dans un choix, mais au contraire portes a un si vaste panel, eventail de resultats, que la diversite semble ne pouvoir, a l'oppose d'une force contraire, serieuse, - implaccable - et anti-productive, art-killing et devalorisante pour la culture, qui veut assimiler et absorber, reduire et concentrer, toujours qu'aller croissante. Penser : bareme. En fait je me dis que nous serons de plvs en plvs, tous differents les vns des autres : qu'alors que le brassage voudrait me faire imaginer une sorte de genome global, combinaison integrale et uniq a terme, de tous qui nous rende de plvs en plvs parfaitement identiq, c'est plutot l'inverse qui se produit, et qu'il y a la un vrai mystere sur ~ le gout comm uniq vecteur des aleas, tous, et comm facteur preponderant, dominant, du chaos conscient, createur. Il n'exist pas de traduction litterale a cette brulure dans le fond de la gorge. Les indetronables, au final sont moins les plvs inaccessibles que les plvs vertueuses. Comm les serveurs s'approchent de lvi, le type s'empare de ses couverts et, attaquant son gigantesq homar balance un No mercy avant de produire le son de bouche le plvs redoutable qu'ils aient jamais oui. Plvs tard c'est en s'attelant au fromage qu'il dirait : The cow !~ ca aurait du etre avec un alcool local mais je ne trouve pas d'equivalent - the prune, oui, si, - the penalty - ... bof )

Commutateur on. C'est une nouvelle image surrealist. Celle d'une 'pile' comm on les appelle les gosses comm ils partent dans tous les sens et jusq 'a l'epuisement extreme se depensent en d'innombrables et interminables folies declenchees au quart du premier tour qui se presentât. L'image vertueuse, virtuose et exquise des choses qui s'enchaeinent et s'entrainent sans laisser au parent proche - le plvs proche etant celvi qui s'inquiete de l'issue, cette prise, le connecteur auquel est relie le commutateur qui fait a cet instant gresiller au bord de le griller l'electrophone sensible qu'agitent des frequences irregulieres, mais jamais basses - un seul instant de repit. Conjugons ensemble : je bande sonore, tu bandes sonore, etc... (cheers to all the good moments that can't ever be shared, and those that it wouldn't even allow to create : We all know by heart - or is it experience - what happens whenever you break the rythm ~ Les cordes détendues) Minority report ~ O comm c'est pretentieux.

Partager cet article
Repost0