L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 11:59

Manlio Rondoni ~


 --> De la théâtralité des ciels au galop ~

  --> Manlio colle au train de méridiens orientaux

 

 

Ce qui s'observe sans longue-vue

depuis la profonde absorption de l'intense attention

aux nombreux mirages de passage survenants

de ses 'sortes de fenêtres'en quantités nébuleuses & qualités brillantes

en frottant

dans la ligne qui contourne une fois une silhouette sur le bord d'un air brûlant

de dire qu'une danseuse au flamenco reluit jusq'à l'évaporée,

ne se laisse regarder que du haut de l'avenue sans intention première

d'un parallèle permanent ~ avenue prise à la barque ~

qui débouche des ramifications de l'oeil à la bifurcation des toiles,

& l'habille des lampadaires

d'un bleu-éclairé de la sensation de mélange qui lui fait

d'une impression de levant un tatouage aussi longuement durable sur la rétine

que le phosphène veut révéler une impression de mouvement bien après encor

qu'il s'est arrêté de cuire.

 

Après avoir une fois observé ou s'être une fois frotté

au couleur de formes d'une toile de Manlio, il n'est plus

possible immédiatement de se décrocher du mot ou de s'en détacher ~

 

Comme ces couleurs coulantes collent et plus tôt déjà collaient

aux trains des orientaux médians,

une esperluète s'envolant avec la permanence d'un insolite annuel

de la scène de vie sur pièces à vivre dans chaq retour de fenêtres,

il est un horizon qui découle presq naturellement de tout contour,

toute forme, silhouette ou sensation de mouvement,

et veut ouvrir sur les textures de la peau le lissage d'autre ailleurs

aussi rémanents que la danse est furtive elle précise sa vélocité à la décadence des formes nues.

 

Car si l'oeil qui rapproche de Manlio une lampe de chevet pour lui prendre aux reflets un pouls ou

le soupçon du grand chapiteau du talent,

il est aussi celui dénude ces femmes comme des feuilles d'herbes

~ muses d'étendues sur leurs plateaux de parterre battus aux cadences de balanciers des horloges conventionnelles ~

c'est aussi l'oeil qui habille la vue d'un voile de la perception qui remet

les dynamiq dans la force de décision d'une main prise à partie,

leur cinétiq cinématiq, leur visuel oliphant

 

~ un élément frictionnel atypiq, une apothéose lyriq, la mention manquante d'une ligne rayée des contrevenants aux sens comme il est peu pour en rétablir l'étable et la cultiver en nourrissant d'une main leur bouche à l'eau coulante. Puis il habille de l'oeil nu, la nuit comme le jour.

Un oeil qui s'habille bien tout seul dès que se parcourt sur son long de deux mètres la toile ouverte affamée d'une couleur coulante, de couleurs décollées de la rétine & qu'il a posées là comme les modèles elles, posent pour lui : un secret sur une table ou une vive intention par-dessus la peau. Animal pionnier ou être pointillé, forgé en fer, sculpté dans les traits interrompus de l'énergie cinétiq, qui passe et repasse de traits en lignes, et de courbes en voûtes.

 

Vois-crois-accrois dans l'erba rossa sognata, comme les flammes de ces festivités nocturnes sont internes subcutanées, & les pas de danses non plus empreintes au sol, mais dans le corps lui-même, ses veines sont des sentiers, que les danseuses piétinent en chantant.

IL trésaillit plusieurs fois chaq minute, Comme les têtes de ces danseuses atteignent l'état nébuleux proche du ciel,

où il s'atteint, lui, de folie !, & les plumes caressent ses cils, le ciel de sa tête : y tombent comme dans la liquidité des idées neuves avant d'être formulées, les notes. De musiq, de couleurs, de la mélodie plastiq ou des couleurs de la danse, qui rend visible cette invisible émotion qui colore leurs têtes.

Jusqu'au filet diaphane d'une radiation des jus de pêche donnée prête, bonne à croquer !~ Le feu de leur cheveu jaune soleil. Les femme fauves, les danses astre, la musiq est alors une nature complète, en pleine éclosion (des sens).

Tatoué dansant ou spectateur ne peut que s'efforcer de faire des allées et tracer des avenants à la perception dessinée d'une habitude commune à travers les sentiers, des croisements de lignes qui font croiser des regards, comme des impressions toujours neuves.

 

En attendant de faire plus, j'habille une seule impression de ce bout de text en vues ~

Partager cet article
Repost0

commentaires