L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 13:02

Borealisation est le septieme opus, chapitre mis a part pour introduire le renouveau sanglant de l'artiste bani, le Comte Eric Stanislaus Stenboch.

J'ai un amour propre, sanguinaire et voluptueux, dans lequel se baignent mes yeux et leurs iris, s'y fondent comme des pierres chaudes autour des vagues Osen ou se baignent a leur tour les gens les plus gracieux de l'ancienne ecole nippone. C'est dans l'instinct sauvage d'un retour exhausse aux premieres sensations que je m'emporte a croire que le respect voue a ces gens raisonnables depasse la raison et se joue de l'affectueux. Une borealisation, un voeu qui s'emprisonne dans les yeux eternels de ces vieux infideles, c'est l'evasion tranquille de mes aspirations, dans l'attente de bien voir quels sont leurs volontes, mais je me doute sans le dire que tomberont dans l'oubli ces paroles prononcees en un tres vieil argot.

Les pieds peints comme les herbes, survivant dans la rage, de ce brulant bain vert que tant d'eux aiment a prendre, n'ets rien d'autre qu'une esquisse miserable et solide de leurs oublis de la terre ou ne s'offrent les sangs que des plus grabataires, ou que des grands malades.

S'eclosent au-dessus de vos tetes, lorsque vous etes presents, des fleurs et des briques pales, mauvissantes, extenuees, briques pales de ceramiques, enterres et chauffees, dans ces bains dramatiques ou naissent des fruits sombres, desseins uniques au monde, des fruits semblables aux ombres que se font les esprits rodeurs aux alentours, mauvais etres aux tombes mortes.

Ne vous baignez ici que si vous savez boire les paroles de ces singes et voir leurs veines toutes vertes devenir gelatineuses, horrible spectacle d'oubli, globuleuse, ou l'envie est pressante de vomir sur les pieds de leurs plantes vereuses.

Oubliant mes soucis, je fatiguais a croire que je me trouvais a bord d'un vaisseau miracule, que tous ces exhausses n'etaient que des gens pures, simplement habilles de victimes froissees, survivant anormaux des amorphies sadiques que la terre avant eux avait imaginees pour vicier les plus sains et les rendre plus radieux. Et l'aurore boreale, tant depourvue de mobilite, faisait meme peine a voir. Les cieux tout envahis de cette atmosphere noire.

Les derniers dits aux Seize, Voyages au Japon.

Partager cet article
Repost0

commentaires

RIBEIRO 11/11/2008 15:53

Félicitation Ampad ! Je viens de lire tes Coyotes Agglutina, et j'adhère, j'adore !C'est un très bel exercice d'impressions parallèles !
Gustave -