L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 20:49

On peut croire tout ce qu'on veut des mauvaises nouvelles, que ça n'existe pas, qu'il y en a trois en tout, qu'avec un bout de scotch on lui tord le cou, etc, et même qu'il serait aisé de les arrêter nous-mêmes sans l'aide de personne.

Se prendre au jeu d'une traque, les chaser, les attraper ça ne sefait pas comme ça, non non.

Qu'est-ce que vous avez cru, pouvoir les attendre du haut d'un mur et leur sauter dessus à pieds joints jusqu'à ce qu'elles s'évanouissent dans la nature en des milliers de petites particules comme toutes les pussières dont elles sont faites et qu'elles redeviendront fatalement un jour aussi ~

Non-non, il ne s'agit pas de gentils petis cailloux, on a bien affaire à des mauvaises nouvelles (encore une, tiens donc !).

Pour commencer disons-nous bien (mais juste une fois) qu'il faut éviter d'en causer (parce qu'elles reviennent dessus comme des mots jetés en l'air ~ le tort fait pareil, elles sont jumelles, poussières, torts, et mauvaises nouvelles).

Il faut éviter d'en parler donc. Car comme toutes ces choses mauvaises qu'on peut régulièrement observer en se penchant au balcon (les voleurs, les bandits, les fous, l'argent, etc..), le plus on en parle, et le plus on en récolte (oui, comme la tempête levant l'homme qu'il a semée la veille aux Champs). Seule exception à cette règle d'or (et déjà établie) les frites mc cain, unique exception, vraiment.

 

Nous ne parlerons donc plus de mauvaises nouvelles une fois ce texte lu à haute voix ou écrit à quatre pattes par terre comme je le fais en ce moment. Nommons-les d'ailleurs plutôt dès maintenant je-sais-pas-moi-pourquoi-pas-Favorites, ou, tiens, mieux, et plus ergonomique, Favorites, tout court.

 

Les favorites, ce sont ces petites choses à franges molles, belles comme le vert, le vent, ou comme la tempête une fois récoltée, qui gambade à la culotte courte ou aux champs, au choix, comme le blé, et qu'une aventure plus exceptionnelle que tout dans la glaise, a rendu aussi croutsillantes, terribelment croustillantes, qu'irresistiblement mouillées ~ les favorites ont cet avantage incroyable d'être gorgées d'eau et remplies de dilemnes, c'est d'ailleurs pour ça qu'elles sont favorites (eheh)

 

 

TRAQUONS LA FAVORITE

______________________________________________________________________________________________________

Observons la quantité mouvante de choses indistinctes qui compose le grand tout qui devrait finir finir par nous absorber un jour. BNe nous laissons pas trop absorber par la pensée qui pase, restons facolisé sur nos problèmes, (et quels problèmes !), sachons saxons ou pas, repérer partout (le plus on va loin, le plus les favorites aussi, sont loin, mais de nous jamais), et en tout cas au premier coup d'oeil.

Ce n'est pas chose facile, mais c'est important. Tout de suite savoir identifier la favorite quand on a affaire à elle *. C'est important de mettre la main, le doigt dessus, dès qu'on en a la première opportunité, le plus tôt étant le mieux, avant qu'elle en devienne vraiment une, c'est important, vraiment... Vraiment...

Pas facile, non. Allez dire d'une crysalide sereinement (ou non, en tout cas salement) disposée sur la table basse d'un salon, que c'est un papillon que ça ne deviendra pas si on vous mettait pas le doigt dessus... Ou d'un oeuf que ça fera une excellente omelette quand on aura retrouvé le thym et le pot de chamignons frais (perdu dix mois plus tôt donc frais mon cul).  Voyez vous-mêmes, c'est pas évident (Hein?)

D'autant moins évident que les favorites ne sont suceptible de le devenir qu'à l'instant où on les a devinées où elles n'auraient été pressenties sous nul feu autrement. Prendre garde donc. La favorite il faut l'arrêter vite, très vite, avant qu'elle devienne cepour quoi elle a été faite, avant qu'ele cause du tortdont on veut,n no, absolument éviter de parler. Fermez-lui le clapet, mettez-la à la bière ou au cognac, et attendez qu'elle chante : elle devient inoffensive alors.

Si au contraire la favorite a eu le temps de devenir ce qu'elle est vraiment, vraiment, il est trop tard, etlà, elle fait mal.

 

CAMARADES !~ ENSEMBLE ARRÊTONS LES FAVORITES !

Les favorites connaissent la loi des séries, et c'est en ça qu'il faut que ça cese (deuxième saison déjà bidon), arrêtons-les vite.

Chose vicieuse, pernicieuse, insidueuse, et un peu casse-couille aussi, qui se faufile partout avec son petit corps tout joli tout plein de petites favorites (au bout des seins, des reins, des fesses).. Les favorites mon Dieu !, il faudrait un expert pour en parler.

Mais c'est s'égarer qu'y aller par ces chemins, c'est en profiler que je crois devoir accomplir le mien, commencer pour bien finir comme dit je sais plus qui, pour bien être sûr que tout sera bien assimilé et que j'aurai fait des solides aux favoirites, plutôt que vous aurais livrés vivants à ses griffes de sort dormant, de tort sortant, de mort tortillant...

COUPER LE CHEMIN A UNE FAVORITE : c'est déjà se donner les moyens de s'en sortir (en boîte, quelques unes)


1 - TENDRE UNE EMBUSCADE A DES FAVORITES -

Il faut savoir beaucoup de choses, oui, déjà, mais surtout il faut savoir une chose, la suivante : les favorites arrivent toujours par deux, et dès qu'elles sont deux, elles sont trois (jusqu'à ce que deux autres arrivent, etc. on n'est pas là pour faire des maths ~ ni jouer à des charades sur les nénuphars dans l'étang).

 

Donc le mieux, pour pas arrivé d'avance perdant sur un terrain de bourbier sans nom que même votre tête elle en sortira plus, c'est de ne pas attendre qu'elles arrivent. Aller les dégotter direct, il faut les débusquer. Ceci évidemment, si l'on sait où elles se cachent.

Où donc diable naît une favorite ? Difficile à dire. D'aucun prétendent que c'est le fantôme d'une autre, qui toujours revient. Le mieux plutôt que de se laisser aller à des crises d'angoisse ou céder à la panique qui pousse fort là-cdedans, c'est de retourner sur les lieux où vous aviez laissé la dernière favorite-en-date, qu'on appelle sympathiquement "passé", c'est du pasé, ouf, en soupirant. Une favorite (en cloque par exemple), peut accoucher à elle seule d'une bonne dizaine d'autres favorites avant de s'évanouir et crever enfin dans un dernier soupir (ou en ricanant d'un long rire cinglant, parait-il, légende irlandaise, mais bon, que croire des légendes irlandaises, elles disent aussi que la mère revit en accouchant de ses petits, ahahaha)...

 

La débusque - projet de titre du prochain film de Luc Beson ?

chercher une à une, TOUTES les favorites que vous avez connues, pardon, étouffées, comme on dit des sales histoires. 

Cru erradiquées, certaines peuvent avoir ressurgi de leur cendre (comme un lézard) ou même échappé aux flammes (comme une salamandre, puisque, sachez-le, si votre favorite est une salamandre - pas de bol - les salamandres ne brûlent pas, d'où - d'où? - ce symbol sur l'écusson de François Ier). Vérifiez bien donc que nulle trace ne subsiste, de ces favorites envolées. Sinon, accrochez-lui des ailes au dos et soufflez, on ne sait jamais, ça pourrait voler plutôt que marcher. 

 

 

II - SUR LES TRACES DES FAVORITES

 

Une favorite fugitive est une favorite qui vous fout la paix. Inoffensive. La favorite dangereuse, c'est celle qui est plus ou moins sédentaire. Pas tout-à-fait-sédentaire, non, juste-plus-ou-moins. Sinon ce n'est plus une favorite non plus, c'est un boulet. (autre chapitre)

Les favorites naissent d'habitude quand même plus dans la chaleur, dans ces foyers doucement alimentés de bonheur,, où ne croient vivre en général que les meilleures des nouvelles.

C'est ce qui les rend si mauvaises.

Là, où nourries de tout l'espoir, de toutes les joies de ce monde, de tout l'amour qu'un coeur humain peut contenir,

c'est là que naissent souvent d'un rien qui se sera sans doute infiltré après s'être faufilé par je-ne-sais-quoi-disons-une-bouche-d'aération, les plus mauvaises de toutes les nouvelles.

 

III - LES  FAVORITES A LA SOURCE

Il y a bien déjà Martine à la plage, Martine à la montagne, Martine à la ferme ~

Quand elle se baigne, ma favorite, elle est nue, elle est belle, elle s'invite.

La mauvaise nouvelle.

Là elle prend sa racine. Elle a besoin d'eau, oui. Car c'est une plante. En plus d'avoir l'air d"un ange, d'une sainte, en plus d'être une perle, et un cadeau de la vie, c'est une plante ~ tout ce qu'il y a de plus plantureuse oui-oui...


III - FAVORITE AU REVEIL : HOMME A TERRE

Une fellation réussie, disent ausi les légendes Irlandaises qu'il ne faut prendre qu'avec des pincettes (parce qu'ils en ont des incroyablement fines), c'est comme un scotch qu'on arrive à utiliser deux fois : on est tellerment content après ! ^&^

La favorite, cette mauvaise nouvelle que vous voulez prendre le temps de traquer, profitez-en, une mauvaise nouvelle perdue, c'est dix qui rapplique ("LA FAVORITE SEDENTAIRE TUE L'AMOUR, LE CELIBAT TUE-TOUT-COURT)

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

BONUS étoilé:

*(tu vas voir de quel bois je me chauffe dit la vieille favorite aigrie parce qu'elle a perdu toute la fraicheur d'une vraie favorite ~ je m'égare)

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires