L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 22:34

 

Je possedais non pas, mais j'avais de lui a portee de main, et meme un peu mieux, carrement sous la main

une photo prise de profil en noir et blanc ou il paraissait deja en encore

plus jeune qu'il ne me serait jamais plus possible de reproduire

comme toutes ces erreurs qu'a ma guise, autant que voulu et pu le fais au quotidien comme un sport nacional,

et plutot qu'aller chercher sur l'horloge du voisin l'heure qu'il etait encore et deja,

j'ai cru bon et sain, pris pour tels en tout cas,

la photo presente, et l'ai juxtapose a celle que je lui en fis de plus neuve,

a l'allure si noir et blanc que l'autre

et la teinte nettement plus agee de son visage fractionne cette fois

non plus en deux desirs forts et douze mills passions explosives commela premiere

mais en deux seuls petits sourirs qui manifestement, festivement, expriment toute la generosite

d'une oeuvre accomplie, pour reussite victorieuse.

La, en une, deux, une, deux, quatre visages repetes deux fois par intermitances et sans interruption prolongee,

longee de tout leur prodonf, de tout leur large et tout leur eclat d'ailleurs our quatrieme dimension - d'autres fois c'en sera une autres, mais cette fois, est celle-la, plus manifestement que rien -

le montage des photos me fait voir, prendre pour vue, accepter pour heritage, et vouloir pour dimensio visuelle,

l'etendue incroyablement reduite de vingt-huit annees de vieillesse, instantanement croisees, divisees pour etre rassemblees

et me fait comprendre, tout ce qu'il est a y,

a savoir : le savoir.

Manifeste

d'une generoseuse reussite accomplie.

Fuite en avant, des derniers morceaux entre-dechires de ridicules morceaux de papier stabilises puis stabilotes

pour l'emotion organique devenue quasi universelle d'une touche pop-art

j'ai fait une boule qui lui a colle au nez, l'appreciation imitative, intuitive, induite et ensuite cuite au four,

d'une impression de soleil levant facon Monet.

Une oeuvre, encore une, reussie. L'homm a ce visage manifeste,

sans a propos, pur d'emotion, infranchissable et inalternable,

a coup sur reunit sur lui la lumiere ddes ambiences qui veulent appartenir a un autre cadre,

s'amasse, du front au nez, puis, sans s'interrompre, de la bouche au reste d'un menton couvert par securite,

de la boule plus tot machouillee comme un travail bien fait.

Homm extraordinaire ne se trouve que dans l'extra,

n'a meme la-bas, rien d'ordinaire qui doive s'en laisser prendre pour cruche tendue a l'eau,

meme fraiche, il a dans l'absolu,

tous les relatifs conditionnels, presents et avenirs recapitules devant l'enumeration synthetique d'une expression large et extensive d'abord, des vecus sans limites, sans limitations intentionnelles ni imposees.

C'est le visage a quatre ressorts, qui fait d'une vie, ou de ces seules vingt-huit annees,

l'onde de choc sans manicheism visible, d'un taureau lance a pleine vitesse dans l'herbe chaude

d'une envie debordee de son propre sang pour flots.

L'homm qui saurait vivre par lui-meme, sait aussi se nourrir de ses propres chairs, comme

la

trouble tete

spheriq d'un Sphinx

abattu et brulee

fait des cendre

un chateau de cartes sur la large plage pour parents desoles,

puis un autre Sphinx,

hallucinogene,

inflammable a son tour,

et extinguible encore,

a tout jamais repose

pour bases de soufre et de chairs vivantes

les envies de le cramer a volonte.

FEU ~

d'action. L'Homm a la tete variable d'une horloge pas tres pointue.

La sphere privee de son etendue ne connait pas les limites qu'a l'oeil, meme nu,

on croit lui deviner.

Il en existe peu, heureusement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Image Surrealist Aleatoire