L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 12:06
Ce qui aurait pu etre un autre point d'observation de la scene fascinante de cette aube mondriane.

Mais en aucun n'en est ~ juste une scene que celle-ci m'evoque comme je me la repasse (inlassablement)

Elle (arrivant par la chute des escaliers, a la cuisine, surprise de l'y trouver) :
Trait-fort ! Je ne savais pas que vous etiez la, je ne savais pas que vous veniez ce matin. Si j'avais su...
(triste, dans ses pensees) Et moi qui restais au lit. Mais depuis quand etes-vous arrive, pourquoi n'avez-vous pas appele ?
Lui (se tournant doucement, et d'un air faussement detache, puis infiniment emu) : Je suis arrive a l'aube. Il n'y avait personne et comme nous sommes samedi, je me suis dit qu'il valait peut-etrre mieux que je vous laisse vous reposer de la veille, comment ca a ete ?
Elle : Bien. Oui-bien. Mais on s'est couches tot, vous auriez du prevenir. et meme me reveiller. J'en aurais ete heureuse.
Lui (visiblement touche) : Je n'allais pas vous faire sauter du lit, pas un samedi matin allons, Mathilde.
Elle (riant d'un air coupable) : qui parle de lit ! Et qui parle d'en sauter ! Allons mais quelle heure est-il ? Neuf heures, mon Dieu ! (puis dans un air precieux : ) Mais vous avez donc foutu quoi jusqu'a cette heure-ci, et d'puis l'aube !
Lui (roulant soudain les epaules comme prenant son envol) : Un eclat de genie m'a farppe Mathilde. Il etait trois heures du matin, je n'ai pas pu attendre et puis tout tournait tellement, je suis venu directement le crystaliser, le figer, afin qu'assurement il ne bouge plus. Sans attendre, il le fallait, c'etait inevitable ! L'oeuvre ne pouvait pas patienter plus, combien de siecles deja, allez savoir, qu'elle miroite tout ce qu'elle peut sans qu'on la voie ~
Elle (seduite) : Trait-fort ! Qu'allez-vous donc trouver aujourd'hui la force de m'annoncer que sera ma surprise a vous voir a la hauteur d'avoir ete capable de commettre qui saurait me faire des ce soir venu vous sauter au cou ?
Lui (tendre, affectueux, paternel, languissant) : Mathilde, si vous desiriez etre surprise, tenez-vous bien (tenez-vous  mieux enfin), ce que j'ai fait la va vous epatter !
Elle (sans retenue, dechainee, en sueur) : Qu'est-ce ?, allons-mais-qu'est-ce !!
Lui (tel Dieu annoncant "Une Femme") : Une machine a remonter le vent !
(...)
Elle (dubitative) : Ah. Rien a voir avec une machine a remonter le temps j'imagine, puisque ca existe deja... (cherche encore)
Lui (l'interrompant, gravement) : Rien a voir en effet. Ca sonne pareil, mais c'est impossible, vous l'avez dit, ca existe deja. Mes idees ne se seraient meme pas arrete a ca, vous imaginez bien.
Celle-la, cette machine que ce matin j'ai creee, je vous la laisse imaginer, se compose d'un sceau, une poulie !, une manivelle, un fil de cuivre douze milli, de douze metres de long, et d'une balance. Ah, venez vite voir, vous verrez mieux, c'est merveilleux !
Elle (visiblement ravie) : Mais ce n'est qu'une peinture.
Lui (ravi aussi) : Comment "Ce n'est qu'une peinture" ? Au contraire,"C'EST UNE PEINTURE" !
Elle (de plus en plus euphorique) : la peinture d'une machine qui remonte du vent...Ce n'est pas grand chose, du vent.
Lui (encore plus emu) : Ca fait remonter DU VENT !
Elle (l'euphorie meme) :  Ca fait remonter la notion de ce qu'est le vent. Meme une peinture peut etre du vent ...
Lui (immensement heureux) : Ah-la ! Vous etes medisante ce matin, qu'est-ce qui vous arrive ? Z'avez mal dormi ou quoi, BORDEL !
Elle (passionnee, a ses pieds, le prenant par la main) : Vous vous arrangez pas mon vieux, c'est pathetique en ce moment. Bon allez, je retourne dans mon pieux avec le vieux qui fait tourner le vent, pioncer encore une heure ou deux.
Lui (ne lui lachant pas la main, amoureux, Amour-lui-meme) : Ouais c'est ca ! Revenez quand j'aurais seulement fini, vous l'envierez ma nacelle a faire remonter le vent, et vous voudrez meme etre dedans. Mais vous etez deja vent ! Que-du-vent Mathilde !
(seul, inspire, s'effondrant au sol, le visage poete vers le ciel, le regard tendre et absorbe comme visitant un mirage et ses poussieres d'illusions) : Que-du-vent-gnagnagna...
Partager cet article
Repost0

commentaires

Farouch 08/12/2008 17:25

Non ! Ampad ! Ecoute ! J’ai l’air fin moi ! Piquer un rire fou passé minuit alors qu’inconsciemment impatiente je décidais d’aller, je ne sais par quelle mouche piquée, cueillir quelqu’œuvre nouvellement pondue par ton imaginaire extra vaguant sans me douter que j’allais me retrouver nez-à-nez qu’avec que du vent ! Pitié ! Fais-moi pleurer ! Montre-moi ta toile courant d’air ! Tiens ! Voici ma monnaie désormais symbolique d'échange ! Une page d'histoire très recherchée dans le vent ! http://www.youtube.com/watch?v=GZxY1J69WsQ&NR=1
Tu l'auras bien cherché ou pas mais tant mieux...