L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 07:50
Un seul parapluie pour s'abriter de la pluie de soleil jaune qui s'abat
telle un avalanche sans voyelle soit une sorte de vlnch'
bretonne comme un crachin de vapeur chaude sur nos dos nus.
La chaleur, les reveurs l'ont connue, les vingt et quelques poetes modernes
nes de l'engence particuliere de la societe made in Europe,
ont accorde ENFIN ! leur violon, sans voyelles, soit une sorte de vln,
pour un vrai tour devie champetre, l'engence voyage et se voit dans ses yeux.

Apres que les douze briques de sable rose ont fini d'etre consommees,
on passera a de la nourriture liquide, des pluies de soleil jaune feront l'affaire,
feront les affaires meme, sans voyelles, soit des especes de ffrs, comestibles ou pas,
qu'importe !, on s'en nourrira bien deux mois, et si ca ne va pas, on se derorera,
les uns les autres, des yeux, des jambes et meme ! : on se devisagera.
Jusqu'au plus-soif, espece d'etat de transe.

Les temps sont durs, parait-il, pour les Reveurs,
les Reveuses ont l'odeur qu'on leur donne, meme sans voyelles,
soit une sorte de dr qui soigne tous les maux meme les pires.
Les Reveuses dorment, les Reveurs refont le ciel du jour,
toujours sous ce ciel jaune qui offre de la chaleur comme du pain beni,
meme sans les voyelles, soit une sorte de pnbn, qu'on mange quand on finit le reste.




Jovana, Ceasar, Nicolas et Antoine, tous, une engence en voyage,
Tout ce beau monde reuni, insouciant et fait pour ca,
meme sans les voyelles, soit un groupe de consonnes
qui sonne comme l'unique reve en jaune des paysages du reve diurne.

Mes meilleures mythologies pour bercer l'esprit qui peut encore respirer,
je ressens du dedans l'envie de pisser comme un indelicat moment a passer avec soi.
C'est un arbre nourricier, j'en bois meme la derniere goutte,
car les temps sont durs pour les reveurs. Et j'en suis, meme sans voyelles.
Je suis une espece de Rvrs, une espece en voix de contusion,
pres de la metamorphose, pres de la fusion, pres de diffuser du miel et banir des cieux corneilles,
bisons, moutons noirs et papillons, pres de manger tout ce qui aussi haut regne et menace de nous manger.
Le poete moderne ne nourrirait de tout, s'il avait seulement un peu de temps.
Car c'est de temps que parlent tos les reveurs, c'est au temps qu'on les reconnait d'ailleurs.
C'est encore eux qui en parlent le mieux.
Le Temps est devenu cet animalmystique qui ne se laisse pas attraper.
Une pluie de soleil jaune est comme une brique de savon rouge,
comme une bulle de savon mathematique : on croit devoir imaginer et puis,
et puis c'est juste-la, juste-la, tellement-juste njuste-la, que c'en est derisoire,
meme sans voyelles, soit une sorte de drsr imprononcable mais palpable.
Le temps est repandu, il est couru, il est joue, il fait jouet, fait office de tout,
meme sans voyelles, soit une espece qu'on envie, un TT comme une Audi qui coute cher,
tre scher, jusqu'a la peau des fesses qu'on ne s'est pas mangee quand meme,
parce que l'on reste dignes, mais qu'on a de froide et d'orange, quand meme
moins bleute que ces souffrances du temps endure.

Reveurs du monde, Reveuses construites a nos cotes,
Bascules a trois billes et autres chevals sans eaux,
repus et sans repit, repris par le temps, et pris, toujours pris,
qui ne peuvent pas, enfin je vous ai trouve l'echantillon gagnant !
Un echantillon trie sur l'ongle, qu'il a de beau et sans poussiere,
avec toutes ces voyelles, ces consonnes et les restes, tous les restes,
pour les journees plus penibles que les autres.
Vous etes cette fois nombreux, bientot encore autant,
cent fois encore autant, qui etes pres de donner au LA, sa nuance,
sa premiere lettre et le ton qu'elle aura pour toujours ~ pour les siecles de l'avenir ...

LA, LEST, LENSTEAU, LINSTANT TINANT, MA MAGIE ECARLATE, SEULE QUI COMPTE
COMME LE TEMPS S'EGRAINE ET NOUS EMPORTE AVEC TOUTES NOS VOYELLES ~
Partager cet article
Repost0

commentaires