L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 05:15

Il y a des millénaires que les homms naissent & meurent<, ~

Le corps céleste fonce, il va intrépide à travers le néant rencontrer son point de chute, s'y fracassser violemment<, ~

J'ai beau, très beau même le savoir, pourtant non, je ne m'y résous pas. Pourquoi ? 

Je vous dois d'abord des excuses, pour n'être pas là. Ce n'est pas tant pas !~ tant, non, bien sûr vous le savez, par indifférence ou par manq de compassion, que parce que l'évidence veut vous y trouver de toute façon la bonne, que vous pouvez vous passer de moi.

Contrairement à tout autre corps céleste qui fonce, et va  intrépide à travers le néant, en guerrier presq se heurter avec fracas avec son point d'achèvement, parce que toute chose mue, est faite pour se métamorphoser, et non durer et stagner, et non s'installer pour pose où reposer en paix, contrairement donc à toute autre forme de conscience qu'un corps céleste abrite ou porte, concentre en son sein et fait évoluer dans son sillon vers l'acheminement ultime qui le veut s'y rendre, et qui n'aspire lvi qu'à cette rencontte fatale qui l'arrachera de son état présent pour le faire fonçant dans les milliards de poussières égales, balayé se réduire à l'état suivant d'où il verra ensuite, sublimé sa condition grandie quant à elle, garnie de la plvs belle des manières à l'origine de tout qui peut s'écouler fluide en dispersant de là ses matières sans s'inquiéter des sorts et des suites, l'homm a peur de la mort. Il est le seul à l'exprimer et en revendiquer le tort comm une force, ou une condition sine qua non, on dirait même qu'il n'y a que ça, et que c'est le cœur de tout, son leitmotiv, sa raison d'être. 

Alors pourquoi pas moi ?

Parce qu'il me faut, c'est là presq la seule ou au moins la plvs crédible des causes fallacieuses que j'aie pu identifier pour repères à exprimer tout haut qui me tienne envie ou désir d'en apprendre à cœur Immédiatement plvs, et d'en transmettre le savoir, perdu depuis longtemps, d'en vouloir le mot dit béni des quelq rares hères à l'heur entier de l'heure entière porté comm un soupçon d'espoir de rendre à qui le perd le savoir du vécu, et son sens premier : son uniq peut-être ~ innée, valeur qui vaille qu'on la chérisse.

Partager cet article
Repost0

commentaires