L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 09:52

Il a fusionné. Plusieurs Instanténés, compilés, polaroïds mixtes en super-poses. Des grands gaillards, Lombardies Dulac. Douze fois mouillées, de l'échine au chignon-frisson le résidu visuel de l'aiguillette filament filandreuse, fissa pêchée laisse se prendre comm balle traversée douze eaux en un seul état, de la grise graisse basse à la moelle épinière tout le long.

L'ourdie pèse et lourdit, frissons du lac.

Sa flaque patente, laissée dans sa différence dans la méticuleuse régularité du relac, avec les traits communs qui les rallient, douze notes qui couchent des regards humides au sol musiq en révèrbère. Du son.

L'altitude, pas une très grande image qui n'ait ce côté coton indéfectible, sensible à se déchirer, se faire un angle mort pour vue d'ensemble. L'autre, celle qui trépigne quand monte le son, et qui fait sa bile quand il baisse au sol, elle a la lunette avec l'écart intégré, un soupçon d'ailes en poudre dans le bouillon de la concoctée.

Séparé de fait, avec soi-même l'ampoule exige d'un retard de la lueur, qu'au moins un premier éclat l'annonce, ou la lance. Dans la reine.

Acédie sirupeuse, comble d'angoisse quand retentit le vague en pleine submersion des sens.

Où se prend le son au pied, et l'inverse, les cordons longent à terre, où s'y attrapent froids les lacs de Lombardie, en plusieurs tours de reins, comm le frisson se parcourt. En visiteur ou en guide, avec la main moite de l'origine de la flaque, sa première odeur mouette, criarde lombarde ou épinière. Un jet du déshabillé d'eaux, le corps a vue d'ensemble prise à bras serré concentré, aligné, canal calme.

Listes deux noeuds qui se ramènent, rament et mènent, coulant l'onde passagère sous l'eau.

Listes deux nerfs qui se serrent de près l'onde qui ramifie la lame d'eau passagère.

Lisse la note en chute libre, des hauts biais aux basses eaux, qui projète sur l'en-deça une lueur d'annonce tue.

Qui plonge une liaison dans cette coque ouverte, et qui fait gymnastiq l'esprit qui se repose. L'altitude élastiq détend sa gâche la répand, la rend molle et aqueuse, elle coule l'oeuf en une brisure, de facture mentale. Le colle de près cet oeuf en une abbrasure au centre, braise d'un épiderme au grain coniq qui blondit aux reflets des flancs rifflés qui disent

soleil, dors. Sur l'eau ou dans mon oeil, dors.

Je te vois repassé, lisse et prêt à porter.

 

Vue-d-ensemble.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires