L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 10:15

 

PROBABLEMENT LE PREMIER DU GENRE,  LE SEUL A CE JOUR EN TOUT CAS QUI PROPOSE UNE  IDEE VAGUE

DE LA REPONSE A FAIRE A CELUI QUI VOUS DEMANDE OU SE TROUVE LE FONDU AU BLANC CE MATIN

 

 

 

 

Tout ne deraisonne pas en moi.

_Tu es bien la seule.

Explore attentivement cette photo,

& dis-moi ou tu t'y vois les sens.

_Quelle photo ?

 

 

AUBERGE DEVANT LE CIEL ~ (La terrasse d'un prologue)

Elle et lui vont, allaient, venaient et viennent encore, dans des couloirs familiers jusqu'a commander un peu de temps en sus au present qui s'installe finalement avant eux. Par trop d'hesitation diront les mauvaises langues.

 

"S'il est avere, dit-il au prologue en guise d'introduction en la lui mettant profond, qu'il n'y a que rarement deux facons identiq de conduire d'optimal un prologue vers le recit ou il doit acheminer l'oeil, il est possible cependant, et ces lignes en sont la preuve ~

[LES LIGNES (EN CHOEUR) : Alors je suis cetet entite figee dans un dessein inexorable]

~ qu'il existe un point de l'esprit d'ou l'observation deconcentree permette qu'on pousse quelque fatalite vers la sortie.

[LES LIGNES (EN CHOEUR) : Et nous en sommes la preuve : Ici les mouches pour deux."

 

 

"Cette manie obsessionnelle semble, aux nombreux debuts presents, indifferente, et a moi elle me parait plutot engagee. Il n'y a qu'une constante, il n'est d'aucune consistance. Mais meme ainsi, exageree ou pas, un theatre ne doit plus s'ecrire : il ne doit plus se lire.

_Il doit s'apprendre par coeur.

_Pardon ?

_Rien, j'y ai eu mal.

_Tu as raison, c'est ici. Il doit se tordre le dos, tordre le cou aux debuts, faire leurs coups aux fins, secouer le ventre aux etapes intermediaires, foutre des crampes aux hanches du denouement qui s'annonce. Tu as bu ?

_Un peu. Un peu trop.

_La premiere Allemande qui ne tienne la biere.

_C'en n'etait pas, c'etait du porto mais on l'a bu comme de la biere.

_En francais on dit comme du petit lait. Normal remarque, ce serait etrange de se forcer au rhum antillais a Lisbonn, n'est-ce pas ?

L'evocation du rhum lui a rappele le gout du porto.

D'une main elle tenait sa crampe, de l'autre cherchait la porte qui ouvre le plus vite sur un recipient quelconque.

_Une douche. Un echange continu, dans lequel l'homm qui y passe la journee, reprend ou il en etait, avec de nouveaux interlocuteurs. Quelq chose m'y est familier, qui l'est a tous.On doit y voir la familiarite partout.

_Voila une idee etrange.

_Ca va mieux ?

_J'ai fait du bruit dans la douche.

_Je m'y suis essaye aussi, je voulais lire un text a voix haute, mais sans succes, sans public.

_Oublie qu'il n'y en a pas, tu verras, il n'y en aura vraiment, ceci ne changeant rien par ailleurs.

_Tu parles tres bien francais, mais j'ai parfois du mal a te suivre. La par exemple.

_Dis-toi que ce n'en est pas, et en effet, tu verras, c'est une langue creee de toute piece.

_La sorte de derive du langage de theatre ~

_Rien a voir.

_Je ferme les yeux, et encore, je ne vois rien non plus.

_Voici un theatre pour le moins surprenant...

_Oui, n'est-il pas un peu fade, a tourner autour d'un pot sans le trouver ?

_J'ai trouve une faille.

_Ca tombe bien, c'est peut-etre celle que je cherchais, tu l'as laissee dans la douche ?

_Non, tiens, en voila une bribe (elle la lui tend, il l'hume, dit qu'elle sent fort quelque chose de bien connu, elle pretend que c'est pourtant neuf, et inedit, du moins a ce qu'elle en sait.)

_Pourtant...

C'est amusant-et-un-rien-agacant, ce que tout text qui se veut volontairement apolitiq, prend en fait, necessairement, position politiquement, et de fait, le devient. Je relis et je ne trouve plus que ca dedans. Un miel qui a du mal a se defaire du gout du miel.

_Un peu comme moi, en fait.

_Si tu ne te voulais volontairement pas quantiq, tu serais quoi au juste ?

_Je serai au Juste, justement, peut-etre ce qu'il en a le moins. Une idee de moi je presume, une ombre de moi, un souvenir du doute de moi, cette part-la je pense, qui ne pense pas.

_Hmm... Je me suis entraine toute la journee, a reprendre des echanges verbaux a chaud, a l'ecrit, et pour contenir ce cote dont-tu-parles-comme-ca-souvenir-d'ombre-du-doute qui reste sans quantiq. J'arrive a quelque chose de satisfaisant, bientot je pense que je pourrai retranscrire integralement un echange de pres d'une heure... avec un bon entrainement je peux garder une bonne memoire du chaud. Avec un bon entrainement.

_Et du temps.

_Oui, du temps. Mais qui peut m'en laisser entre deux echanges verbaux, personne ne se soucie de ce genre de besoin.

_On vous sert deja ?

_Oui, mais j'en reprendrais bien un peu. 

_Il va avoir un bon pourboire s'il en est capable.

_Ah-ah ~"

 

Le serveur parti, passe encore.

"C'est la, dit-il au passe en guise d'introduction, que j'ai trouve en guise d'introduction un substitut de reponse a la question deposee au passe qu'il fallait que je me pose pour trouver un substitut qui ait l'air de rien. Je relis, et je comprends enfin...

_Je croyais bien que tu en avais deja fait le tour.

_C'est le cas, bien, et plutot deux fois qu'une, en long, en large comme on dit, et en travers. Mais quant a savoir par quel bout le prendre, la residait encore pour moi a ce moment toute l'ambigue et epineuse question, question d'ordre tu vois ca ?

_C'est ce serveur de temps qui te fait repenser a ca ?

_Non. Pas seulement, un peu de tout. Ce petit prologue devant le ciel, cette idee permanente qu'il doit etre une introduction qui achemine logiquement a un recit annonce, ca parait pas idiot hein ?

_Ca depend. Parfois... On peut s'attendre a des pieds de nez, quelque bourrique qui te la fasse tourner et t'emmene un peu paitre des fleurs fanees dans les champs voisins, tu peux bien chercher des connections logiques, je trouverais pas banal que tu me dises ensuite que cette fameuse question et son substitut de reponse n'ont rien de mieux a faire que de m'envoyer moudre du cafe au passe, ou tondre la pelouse, repeindre la cave pourquoi pas au present, ou meme m'envoyer des fleches verticalement au-dessus de la tete d'une file qui attend la suite, juste pour la surprendre. Si ce n'est certes pas un but en soi, c'est en tout cas un bon depart pour en atteindre d'autres, n'est-ce pas ?

_J'attends toujours mon rabe de temps, il est vraiment serveur ce type tu crois ? Ecoute l'idee qui seduit par certains aspects vaudrait bien que je me perde encore dans de nouvelles derives, mais je prefere finir de faire le tour de celle-ci. Question de principe non, seulement question de reflexe. J'ai appris a en avoir avec mefiance, vis a vis, je ne sais pas, de la memoire, entre autre, qu'elle est trompeuse, et trop souvent m'a joue des tours. Je ne compte plus ce qui s'en est echappe immediatement apres un bref flash visuel. Un concentre qui gueule Ouvrez-moi une porte qui me file, et file d'elle-meme, aussitot, sitot la suivante survenue qui se planquait dans une seconde d'inattendu.

_Comme pour ce theatre, je ne te repondrai que ca : non seulement il ne doit plus s'ecrire, non seulement il doit s'apprendre par coeur, mais encore et surtout, ne doit-il ne plus devoir que ca. Et ne rien devoir a personne, ni quoi que ce soit, a qui que ce soit. Il ne doit pas. IL ne. Le theatre nait, et des lors, il est. Echange verbal sans fixation. Relis-le demain : il aura change de position.

Le serveur revenant annonce Je vous servirai autre chose, mon collegue a pulverise la machine. Tous deux croient entendre : "Je me suis egalement violemment heurte le pied a un problem de taille. Et les suites de mes idees depuis en souffrent."

"Etrange ce cafe tu ne trouves pas ?

_Rien ne l'est moins. Rien ne l'est pas, du reste. Changeons ce pas du reste, le pas de ce negatif qui court, la negation de ces allegations alegees, ca m'edulcore autant dire. D'autre part le cafe y est bon, ce qu'il nous faut ce n'est qu'une meilleure orientation.

_Au contraire, non, je nous trouve plutot bien partis, dans le sens ou on ne s'attend pas. Relis-moi seulement le debut, on jugera des suites a heurter du pied du mot apres.

 

Selon plusieurs lignes de recherche concertee

autour d'un point uniq

en lequel d'aucun savent qu'il est possible de chuter sans se blesser

et de perdre la memoire de tous les temps, simultanement,

- point critiq et en tout cas point clairement identifie, et localise avec la plus grande precision -

l'absorption simutanee d'une certaine qualite de drogues qui n'est plus a verifier,

conduit a l'etat gazeux derriere lequel une myriade de bohemes etoilees extraite du filtre epais du firmament enlasse aux plus petites parties de notre organism, ramene a la memoire, non seulement la memoire perdue, non seulement la memoire qui s'etait evadee, la memoire en fuite, et la memoire en cavale, mais encore en susciterait de nouvelles, de toutes neuves, fondees sur rien, fausses d'emblee, et annoncees comme telles, ayant pour but et seule raison d'etre, de separer pour une duree indeterminee, toutes les notions qualitatives des faits, de leur essence pratiq, essence originelle dont se separer devient legitimement necessaire, considere l'usage qui en est fait a l'oeil. Une Depolarisation. Qu'un Sud prenne la place du Nord et tout ce qui etait attrayant nous repousse en dedans les envies qui tantot tendaient a etre projetees au loin.

 

Dans la piece d'a cote, celle ou l'on joue ce qui peut l'etre, et on fait semblant de jouer ce que l'on voudrait pouvoir voir venir - ceci amenant a cela, et rien d'autre par ailleurs ne prouvant le contraire - il y a tout un procede, certes encore tres au stade experimental de balbutiements tels que ceux qui denudent scrupuleusement, crapuleusement parfois, les sens, avec lesquels pourtant ils veulent coucher l'ardoise thermale de leur ambition, de l'association d'idees qui, combinee a une certaine prolixite de l'auto-stimulation des aleatoires les uns avec les autres, est en realite et meme en reve, capable de faire fondre pas mal de choses a pate molle (dont l'assurance notament, d'un irremediable, ou la conviction, par exemple d'un conquis qui entend encore qu'on lui preche sa propre eglise.*)

 

En nota ici :

*Lesquelles assurance et conviction, respectivement ou permutees de l'irremediable et du conquis, etant des notions molles par definition, et des pates par vocation (qui a trie sur le volet ces principales emergences, nul ne le sait, pourtant c'est ainsi, c'est mou, et c'est indeniable - tiens, encore une pate molle), agissent independemment, emanent de sources divergentes, et amenent pourtant vers un fondu de connivence : latente.

 

Tu crois qu'il cherchait a noyer un poisson ?

_C'est drole que tu dises ca. De trois lectures que j'en ai faites ce matin, j'ai eu 33% d'avis que l'auteur etait un anarchiste-semeur-de-trouble, 33 autres qui pensaient qu'il etait suicidaire, alors l'idee de noyer un poisson ...

_L'Un est plus que probable, l'autre (en consequence) parfaitement impossible. Et que disait le dernier ?

_Bof, il en n'avait qu'a moitie rien a foutre.

_Ca fait toujours 83% d'interesses.

_Oui ~ pourtant je ne voulais pas que ce soient ces points qui attirent l'attention.

_Tu sais, les points, tous les points attirent l'attention. Sinon c'est par ecrans de fumee qu'il faut la detourner. Je ne crois pas qu'il m'en reste mais on pourra en reprendre demain. C'est toi qui a ecrit ca ?

_Oui, mais en relisant la premiere fois j'ai eu du mal a me souvenir ou je voulais en venir...Et ton histoire d'ecran de fumee ne me plait pas du tout. Trop deja en usent, j'en ai mal aux yeux.

 

Il poursuit :

Fondre ces pas mal de choses (et d'autres encore) dont nous ne pouvons encore, du haut de notre inspection des vecus empiriq, que nous figurer un semblant deja critiq, mais encore quelq peu derisoirement reduit, du monde des sens sans essence ni texture modelee encore, et en concevoir, par l'image, seule echapattoire du chapitre existant a ce jour pour nous, une partie substantielle, substantiellement concise, et dense.

 

Illustration d'une photographie nette avec la mention en ecriture serree a droite qui laisse passer ce qui va trop vite : "Image circulaire emancipee, anticipee d'un passe de ce qui deviendra, a son tour, le present".

"Bonjour a tous !" ~ Le nouveau petit bonhomm de la photo qui vient faire le mime du naufrage, mime aussi d'un ton des plus emus, qu'il se remet tres bien de ce qu'il sait etre sur le point d'aller eprouver de difficile a l'approche de cette seconde dont il se reproche chaque seconde l'avenue un peu plus.

S'il est avere qu'il n'est pas non plus, dit-il alors au prologue en guise d'introduction et en la lui mettant bien profond, deux facons identiq d'acheminer  de maniere optimale une introduction vers le text qu'elle attend, il est cependant possible que quelq virgules sautent parfois, et que des mots soient inverses, voire oublies.

En choeur, les lignes : Alors je suis destinee a cet etat fige et immobile, qu'il n'est rien a en expedier qui me laisse des degres de liberte ?

Les lignes, pour preuve :

Je n'ai jamais trouve plus qu'etonnante la beaute de Madeleine a chaque ligne, assise au pallier.

J'ai toujours voulu savoir a quoi ca pouvait ressembler.

Le moins je suis lent, le moins le poulet. Mon point m'acheve.

Je plus le suis rapide, je plus le poulet. Ma virgule, l'un pose.

Je suis longtemps demeure errant en Cesaree.

J'ai toujours continue de prendre Mallarme et Merimee pour des verbes du premier groupe.

Je n'ai jamais dit Je ne t'aime pas Mathilde. Maintenant c'est fait.

Par d'etranges combinaisons, le temps passe devient parfois le temps a voir venir. Mais rarement le temps a ne plus voir que venir. Je suis une ligne de phrase, sans sens reel, toute extension m'en est preuve.

Je n'ai jamais lu une courte phrase jolie tournee. Maintenant c'est fait.

Je n'ai jamais ecrit un pave imposant. Maintenant c'est fait.

Je n'ai jamais ecrit que des choses jolies tournees. Maintenant c'est fait.

Je ne retournerai plus a Solid Square. Maintenant c'est fait.

Il n'y a jamais reellement eu de veritable point de depart. Ce sont principalement des objectifs les ont donnes.

Ici les mouches pour deux. J'en suis la preuve, a chaque extension un peu plus.

 

_Pas mal.

_Non, pas encore. Le revelateur suit les lignes. La tu n'as que l'apercu d'une sempiternelle guerre de position qui s'observent et se font echo depuis les lustres suspendus de l'attente d'ou des chaises longues ne servent qu'a deconcentrer le dense recit. Le reste est compression, il fait le dilluer." Il reprend :

Le reste :

Un oeil n'est pas une fin en soi, un poulet quelconq.

Un oeil n'est pas un battement vital, le poulet, le seul qui vaille.

 

 

AUBERGE DANS LE SOLEIL : Revelateur d'un negatif photographiq fondu ~

 

A la fille aux tiroirs

celle avec qui on fait le dos rond aux murs

elle qui y a des tiroirs partout

a qui il est difficile d'epouser une forme finie

Nous avons du, tous les deux

avouer notre pendant pour elle

et notre penchant pour ses sciences relatives

comme nos hantises des absolus

Pour lui cultiver la difference ~

 

Il est possible, et si ce n'est pas une fin en soi, c'est a tout le moins un bon depart pour en atteindre d'autres, de ne plus s'etonner de rien, (ou a tout le moins qui me convienne plus :) de ne plus prendre pour impossible qui s'epouse, quoi que ce soit, quoi que ce fut, quoi que ce serait, des lors que l'on a accepte comme probable et ce, pour l'avoir vu vraiment ou l'avoir imagine du bout du toucher, de trouver l'eau sur l'air, l'eau qui flotte dans les airs autant dire.

Depassee de son etat gazeux, et atteignant a pleine vitesse elancee son etat liquide d'authentiq et insubmersible flaque d'eau, elle se repose a quelques centimetres au-dessus du sol, sans le mouiller non seulement, en l'emprisonnant hermetiquement, c'est a dire selon les lois sensuelles d'Hermes, de l'abondante quantite des airs libres, lui filtrant les rayons d'un soleil selectif pour ne lui en remettre qu'un vague echantillon sans point de comparaison. Quand on a accepte que ceci etait possible, on peut aussi bien croire que l'on va demain, ou des cet apres-midi, se trouver nez-a-nez devant celui d'un mirage d'eau verticale, d'un nuage immerge lors d'une baignade, avec un manteau de neige au fond de la Mer Egee, ou avec une epaisse couverture de pluie sur celui du sel qui se repose sur ses bords. On peut bien admettre aussi que l'on tombera passablement sur l'exploitation d'une vegetation subaquatiq, qui quotidiennement emerge des fonds pour reprendre son souffle, et repart aussitot apres, a pleine vitesse de meme, dans les fonds marins, qu'une espece de mollusq lumineux y joue des instruments a vent toute la nuit aquatiq, c'est a dire meme tout le jour solaire, comme un immense philarmoniq destine a divertir l'ennui des profondeurs ou avertir quelq surprise des surfaces.

 

Le serveur est un artiste qui geint des choses du ventre, en choeur avec son public conquis au cafe : 

Deux soeurs d'humeur divergente, se battent

a mon esprit la primeur,

a celle qui donnera le meilleur de moi,

a mon coeur tranchant.

 

 

AUBERGE COULANT SOUS LE SENS : Developpement de la photographie observee plus tot ~

Il n'est pas de longue introduction inutile,

meme qui ne soit pas sexuelle

 

 

Eh oui, c'est ainsi, & il va falloir s'y faire, il y a des choses qui ont une cause et d'autres qui n'en n'ont pas.

Sans references, ni points de comparaison, tres seulement isoles des absolus ou s'improvisent des relatifs les uns independamment des autres, ou s'ecrivent les reflexions des unes sur les autres et qui s'en font echo,

Sans plus de poles a cheminer, de directions, d'Orientation nette, de quadrillages a en restreindre, en enfermer, em reduire l'echelle, la portee, & l'envergure, juste et seulement trouves vulnerables dans l'immensite sans reperes, a la portee du plus petit des dangers qui saurait s'y loger discretement, aussi secretement qu'anguille sous roche, nous etions, et sommes, toutes et tous, a la merci d'une surprise, latente, possiblement.

Il va en falloir, des tiroirs, pour ajouter tout ca dans une bibliotheq de style sans prendre le risq de gacher les vues. L'Oeil perit a cette assise de laquelle, centrale en une piece de 24 h jouee sur 3 jours la maintenant en equilibre, il n'est plus possible de voir tout, mais il faut mettre en pratiq quelq autres ressources, bien gardees de se lever du doute jusqu'alors, d'une  historiq validite ou on affirme deja que "Tout est sujet a boite a sable".

On peut entendre "Je vous souhaite d'etre follement aimee". C'est BRETON. Les echos, portee d'une voix dissipee suir plusieurs dates &  espaces de vilegiature, font des echos a leur tour, et ces circulaires nous tournent autour, des envies qui font du vertige, un sentiment d'apensanteur. Leves, on lave, on bave, l'organismiq sculptural d'une frontiere, comme un controle douanier de 6h. J'ai entendu dire qu'il faut savoir fermer les yeux pour lire l'envers de ce qui n'a ete ecrit que pour les aveugles. C'est l'Irrationnel qui s'octroie cette jolie formule, quand bien meme je sens a son evocation sans vocation particuliere, qu'elle est du ressors des mecaniq les pluis fondamentale de notre verticalite, notre veritable verite, laquelle est tres certainement plus mysterieusement mysterieuse d'ailleurs que bien d'autres choses en polyestere ou en ceramiq antidatee de l'epoq trouble des antiq Hittites.

 

DEVELOPPE-COUCHE d'un tableau de bord peint du fond de l'esprit qui s'y est assis

Il n'est pas de long chemin,

il n'y a que des petits pas.

 

Une fois ceci dit, et les deux ecrivains saouls-maudits partis du cafe, la couleur du projecteur vire du rouge-mauve tendre, a un decolore abstrait de bleu, qui scintille immeditament comme les douze petits bonhommes a la pipe eteinte, assis les uns a cote des autres, sur un banc, ui parlent a l'horizon d'un couchant.

Dans leur bleu de ciel, se decoupe la tete asbtraite d'un simili-ange, soit en fait un veritable mollusq pretendu disparu. Puis ce n'est plus que sa forme generale qui parait, et se decroche comme une version definitive et asse aboutie de l'Homm. Onze partent, le douzieme rigole un peu tout seul, tape sa pipe, l'inspecte avec doute, et finit par quitter la scene aussi. Par la mer, lui. Apres lui, les bleu uni fait des faux bonds au silence, et une voix ricane une pluie chaude comme un epis de ble ramasse trop jaune. L'Inscription fait mention de son espece, et il est dit :

Vraissemblablement, c'est qu'il n'est qu'un seul carcatere commun a toute l'Humanite : c'est l'humanite en chacun".

 

Ou l'Ondine. On dit on dine. On souligne. On mentionne qu'il ne fait pas bon rester ici, qu'une fusillade va eclatter, ou est-ce un vase en chute libre depuis quelques lustres d'attente lente, qu'un ralenti qu'un attentat a ralenti fait retentir.

Decoupes de leur bleu de cielen papier, les deux atroces forts efforts de doryphores, forent l'air, et s'y plongent derriere le vase. Sans eclats, ils sont deux personnages qui viennent a la suite de tout, a toutes les suites en donner une nouvelle. Ils plongent a la suite du vase, dans l'eau d'un théatre ou baigne deja le restaurant dit de La Luna, ouvert 24h/24.

Ou sommeillaient en secret depuis leur moitié seulement, ou plusieurs années entieres vécues a demi-mot et a la voix basse d'une attente éteinte, la troupe personnelle qu'un public de clients atteints de jeux de l'esprit et accro au cafe, accuse de faire répéter, d'une piece calfeutrée, l'autre, manifestement scénarisée jusqu'a la virgule en chaque mot adjacent, la séquence.

Les deux tete dans le papier entrent, et se prosternent devant une premiere image d'eux, reflet de ce qu'ils sont en fait, d'authentiq papier maches dans le vecu des ages. Deux amoureux qui tracent les pages d'un ciel en bleu, et se font des cordes au toit, des rappels pour se jouer l'un a l'autre. Deux vrais amours fous emancipes du temps. Ils s'assoient, on dit qu'ils ne connaissent pas leur texte. Quelqu'un s'approche et leur demande pourquoi. Celui des deux qui fait figure de male, pretend pour deux qu'ils ne savent pas precisement, mais qu'il scherchent encore. On applaudit cette replique, et le patron du cafe dit Coupez!~ puis, un Cafe ? Ils applaudissent tous deux, acceptent, et on les assoit. Le public dit Action en buvant son cafe, et s'applaudit aussitot pour cet enchainement reussi.

On leur fait signe d'attendre sagement leur tour, ils regardent alentour, mais pour l'instant rien.

Il est ecrit Ne pas manger dansles rouges.

Ne pas retrousser les manches.

Ne pas marchander avec le patron, le prix du cafe.

et en lettres capitales, plus rouge, plus vert, plus gros que le reste :

Ne surtout pas crier PLUS FORT AU MONDE

Ils ne demandent pas pourquoi, ils refusent immediatement et le font. Le fond dela piece hurle au scandale. On pretend qu'ils jouent un numero, que c'est precipite, que c'est repete, que c'est surjoue, que c'est telephone, et que ca sent bon tout a coup. Le patron entre, et sert une bouillabaisse geante, on crie de nouveau au scandale, mais le premier est efface dans un ecran de fumee.

 

Fondu au blanc

On entend dire que le fromage fait bon lire aujourd'hui. Les serveuses partent fumer aggripees a la falaise cote cour, on les rappelle, et elles reviennent essoufflees. Leurs cordes pendent dans le vide, c'est une chienne et un oiseau qui viennent s'y attacher, et y tenir le langage laisse en suspens :

 

Une tripotee de chaton dans ce pays. Oui.

 

Je me demande dans quel sens il faut les prendre.

 

Chacun des chatons, en contrebas de l'heure des grands repas routiers, attent sur cette plage l'ordre de jouer ou de rejouer la scene concoctee aux petits pois. Les divers animaux agglutines a la falaise decident en un tres ingenieux system de poules et de qualification en trois tours sans rattrapage, de celui qui sera le metteur en piece de cette scene a salons.

C'est la chienne qui gagne. Mais l'oiseau s'est fait voler. musiq ~

 

AFF-CANDIDE-OK.jpg


Scene de film avant-gardiste pour un deuxieme passage du 17e siecle (tres imminent)

La machine a faire des pieds, des mains

Partager cet article
Repost0

commentaires