L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:33

 

RECHAUFFE D'UNE DATE SANS L'EXPIRATION HIBERNALE ~

 

Dans la nuit, je n'ai qu'une lumière allumée qui éclaire tout autour de moi et au fond du temps dont je deviens proprietaire pour un court, de ce qui fut un mystère. Révélation instantanée et brusque de cachoteries.
L'émotion me monte. Le bout du nez glacé, je me sens une humeur putôt molle lorsque je vois enfin de mes yeux le vent tel, exactement tel que je l'entendais souffler. Dans le noir, tout est différent, c'est évident.
Un spectacle qui n'attendait rien Qui retentissait déjà quelques chemins de traverse a prendre pour piste hors champs, plus haut sur la colline qui s'élève à droite. Jusque là, je n'y voyais qu'une vague lumière sans feu, sans sang, sans rien, brouillée par un film translucide de pâle consécration au sacr
é. A présent je vois : une rivière étrangère, une fontaine d'eau souple, fine silencieuse, glisse sur des parois tout autour de moi. Le bitume que je heurte douloureusement croyant écraser à chaque pas des coquilles  éparses d'escargot depuis une heure est en fait un manteau de quelques millimètres de cristaux stagnants, une poudre tels des grains de sables,
répandus sur le sol.
Des cristaux tombent du ciel ! Ce sont des cristaux argentés, des douces cordes droides, qui tombent avec une violence contenue, transparente et d
éfaite depoids, depuis les cieux depuis les très hauts, jusqu'a cette colline.

TRAVERSEE DU DESERT : Qui eût cru qu'on faisait des manteaux la-haut ? De ces morceaux de ciel craquel
és ? Recyclés.
C'est un voyage visuel depuis la fenêtre sur ma cour. J'entends des visages qui bruissent un semblant de filet d'eaux, des bruits venant de l'étrange qui m'inspirent des rêves aussi étranges. Mais cette ferme est bien là, seule en face qui illumine la vallée. Et de ces cordes droites de tomber tels des rideaux de perles déversés sur mon paysage avec la légèreté d'un voile qui neige la salle comble ou sale mes bouches ouvertes sur ses jambes aux couches horizontales.

 

 

La Luna ~

Partager cet article
Repost0

commentaires