L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 00:57

La mémoire physiq du charbon, poussiérieuse et qui respire encor. Je voudrais ne pas savoir. Ne plus voir qu'on parle de ceci quand souffle le vent. Parlez-moi plutôt de l'instinct de survie en toute mollécule, je l'ai vue passer, passer pour un champ, par le clef de l'action, sa reminescence aqueuse, celle commune à toute ville prise un temps pour domicile.

Dans ses internes remous, obélisq en dernier lieu, lorsq se présente le gouffre en sursaut dans l'espace d'une minute parcourue en accéléré ou à cheval, que l'océan du désert, son estomac immense, qui se ressert et ne dessert plus nulle humidité pour destination, s'est tu, que les inerties flambantes entendent longtemps après s'être cru mortes, les lointains ailleurs lui revenir pour cibles, les mémoires du temps, de tous les temps qui se sont une longue tempête étendus pour décrisper de leur intense composition chimiq native, la variété ample des aléas tantôt parasitiq tantôt inventions tirées des hyperboles qui recouvrent pour banc ou pont les blancs laissés dans les extensions sourdes, sourdent et deviennent cette clef-de-voûte comme on le dit d'un iceberg dès qu'il porte en lui une solution, en devient une.

Lorsq voyant ces milliers de livres qui posent, qu'il n'ets pas d'arbre à rattraper en eux, ou de ciel à trouver derrière le nuage de passage, la seule extralucide venue que je prends pour m'asseoir, repose sur les idées couvées un nouvel attirail, celui qui veut cheminer le monde avant qu'il se revoie, renvoie sa balle lointaine au bond des boucles qu'il a faites dans nos yeux.

Une nano-mémoire, technologie de destination sans repère, respire encor dans l'organe sensible qui lui a conféré un jour le mécanism d'un sursaut, et, en lui, les instincts qui le veuillent recouvrer sa forme & son orientation après toute dérive. Elle respire, puise & parle dans la densité du receuil qui halète chaudement dans cet oeil solide du cheval jamais épuisé, dans les plus fortes et dans les plus faibles, demeure à demeure, persiste sans concession, frémit et ne flanche jamais, poursuit de perpétuer que se sache sans savoir une ombre seulement : Que cherchez-vous donc, écrivains de tous temps ? Qui écrivez des manuels, des guides, des mémoires, des descriptifs, tronçonneuses personnifiées ou tondeuses allégoriq, longs & exhaustifs  en prétendant encor qu'ils ne le sont pas, des articles qui traitent à la chimie massive, des plus déformées de vous-mêmes, les petits indices qu'il vous a été donné comme à tout un chacun de voir un jour la couleur & la sève qui en dedans fait battre l'orge aux barrières, que cherchez-vous à reproduire d'une source que vous semblez chercher encor après le enième article comme c'est mon cas également, à identifier, qui doive vous faire courir les rubans dans leurs circonvulsions d'anglicism ? Que l'écriture veuille poursuivre au bout, d'un but ou dont elle promette de s'éloigner de vous, de tout, qu'il veuille perpétuer une mémoir ou parcourir un nouvel adage aussi détaché que possible de ceux qui existent et qu'il s'agissent d'orthographier, de plates-bandes en tourniquets forains, de consigner dans les lueurs bleutés des faibles loupiottes du fond de la rétine, de rassembler quand celà saute à pieds joints, ou dont il s'agisse de marquer un coup - est-ce pour consacrer sa propre personne - le lieu commun où tombe sans tomber dans l'antonomase, ce point de liaison qui lie les évènements, c'est bien :

 

l'HISTOIRE, elle-même.

 

Le livre détourne, il est forme de recherche continue, remou qui identifie, sourcier pour ce qui ne peut être trouvé.

 

Cherchons encor, la première mémoir, qui repire partout alentour, s'annonce sans donner d'elle une idée claire, sans figurer son visage, la lenteur de sa respiration, et qui sévit comme une plaie qui agite tout élément. La mémoire d'un début, la mémoire d'un début pris aussi court qu'on le veut pour rassurer sa propre engeance, que ceci n'est pas impossible, non, que celà fait tout. réduire au plus court l'histoire, aller entendre la respiration dans ce charbon, aussi loin qu'elle n'avait plus déjà l'intensité de ses lointains débuts, qui reviennent sans se faire voir, cachés dans l'ombre de sa cadence qui restera comme l'assourdissante coquille aux échos brouillés, boryés comme des minuscules détails, enfouis, et même gravés. En dedans. Voilà où elle est à chercher cette mémoir, dans la sève de l'arbre, dans la coquille qui donne à la couleur sa nuance, dans le corps qui respire dans la veine qui suit les battements de ce coeur, dans ce coeur, dans son émotion de nano-canaris au plus court vécu, elle est bien là comme dans les vingt-cinq années d'histoire du club équestre de Villejanvier-sous-Danube, dans la grammaire des céramiq, dans les secrets révélés de la DST ou je ne sais encor quelle généalogie de la chimie plastiq de quelq Bled de Slovénie. Là et plus en dedans encor, où il n'est de conscience qui veuille la tirailler pour lui tirer des titres les proses d'un vers posé à l'encre d'un seul jet à la naissance propulsé hors-champ : DANS LE CHAMP.

Tout combustible le sait, tout grand brûlé qui s'ets évaporé, ce qui s'envole & fait trouble pendant quelques millénaires après sa dernier cri, prend la chaîne en plein centre, s'y insère, s'y intègre, prend la mesure dans le rythme, et fait à son tour battre ce coeur qui retombe des nus de l'abstraction pour faire éternuer seulement le charbon. L'instinct de survie de cristaux de neige, cette agitation qui excite les mollécules pour leur rendre un blanc réfléchissant qui ne les fonde pas trop vite, la durée d'où elle prend sa forme définitive de notoin improbablement définitive, qu'elle prend sa ferme destination d'orientation à l'issue définie pour un temps éphémère, la durée quand elle donne d'elle seulement, accompagnant les quelq agents de base qui fermeront une destination dans ses conduits internes, les notions de terme & de vélocité, d'intensité & de liaisons, qu'elle enfouit en revanche bien tout ce qui peut vraiment parler d'un absolu, d'une direction qui fige dans cet absolu une position exacte, celle-là porte en elle l'écran de fumée qui fait pleurer les Homms. Dans quelle main extralucide se prend la vieille émotion - vieille parce qu'elle est grabataire - de l'Homm pour traverser la rue uniq - aucune endémiq cérébrale n'est assise alors, toutes se sont dressées dans l'inconnu pour voir ceci se produire - où conduisent tous les sens de sa vie, c'est une main invisible qui mouche ce nez qui coule, & une main qui porte sur elle des germes qui le font aussitôt éternuer de nouveau. D'ailleurs l'image crée le text et non l'inverse. L'Homm ébahi peut se trouver, cet Homm qui se trouve où il sait, qui trouve & ne cherche plus à reconduire une première fois - semblant de la énième - ses cycles comme une parade le veut prendre la plume pour écrire s'écrier avoir pour la première fois - semblant de la énième - observé le silence qui s'est absenté, lui doit oublier qu'il oublie, avancer sans le savoir, croire que tout sera à l'identiq le lendemain, car songer l'étang où se baigne le dense armada des temps conscients en tout élément, voilà qui saurait lui mettre à l'oeil la puce qui aura sauté de l'oreille d'un précédent écrivain. Comme en l'art, le premier instigateur a ouvert derriè-re lui une éternité de répétitions, et bacle encor dès sa première tentative, tout le travail qu'il a cru mener pour la première - en fait pour la énième - fois, bien. Plusieurs fois, est-ee d'une forme de préscience occultée pour ce qu'elle a d'indicible, sous ses couches supérieures ou parce qu'il n'est de couche qui donne au fond une forme générale définitive, j'ai perçu dans le vol des éperviers, l'onde de passage cannibale qui faisait courir sur le risq encouru, l'assurance d'un avantage suprême : se blesser, à l'extrême, heurter du pied l'obstacle où il trébuche lui-même, éprouve ce peu, qui peut faire glisser de moi vers un autre protagoniste, le sens, et le combattre de l'intérieur. Mieux que ne le ferait quelq conscience fût-elle la mieux rôdée, ou de granit empruntée.

Il est de cet instinct de survie, non dans la conscience de l'Homm qui veut trouver un point d'ancrage au temps, mais dans la plus petite entité commune à toute chose du monde où il crée pour durer.

Ode à l'iode ?, juste comme ça, pour le ryhtm. La libellule des eaux bat son repas sur la coquille de ses oeufs en quelq tours d'hélices phrénétiques, et sa couleur elle-même mange à mesure, ce qu'elle laisse pour carcasse froide au sondeur qui dépose ici, assises sur une table ocre, les mains qui assemblent les boutons, et les boutons qui assemblent les fils. Si ce n'est pas la sienne, c'est la couleur où la carcasse repose qui se charge de l'absorber dans ses lignes, comme un caméléon - ainsi le ciel, l'eau, l'air, le feu !, même !, il aime tout le monde - ses grésillements, la fréquence de ses battements, l'oscillation croisée de son propre mouvement et des élans dans lesquels il progresse, la réfraction aussi, de son teint dès qu'il s'expose aux environnements & mêle les siens aux agents d'une texture environnante qui met des cibles dans les projectiles, et renvoie les projectiles aux cibles qui les avaient propulsés hors les textures déjà, d'une nano-mémoire qui, si elle n'a rien de définitif et d'absolu pour repère pris entier, donne à tout le moins à retordre à cette vieille émotion du fil qui croit encor dans les boutons et croit le faire pour la première fois - vieille parce que grabataire, toujours.

  John_Sergeant_-_Fifteen_Buttons_-_11588-172.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires