L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:46

From a rough to a tough-and-ready work : D'esquisses apprêter d'exquises séquences. Ce ciel rose ~

D'esquisses faisons d'exquises séquences ~

mi figue mi raisin, le grand-oeuvre réduit à deux pieds, au petit pied et

à mi-hauteur de la mi-saison.

 

Accoustiq ou caustiq, celui qui concède moins à porter l'oreille à gauche, l'inouï de revenir à droite,

l'orteille à prendre son pied à en prendre de plein fouet, et fait face, se figure les choses ~

Je n'ai jamais éprouvé cette sensation que je devine immense, que les pétales et les roses ont

le reflet de peinture et la texture de la toile,

les mélanges faits main d'un pigment qui s'ajuste pour

décrocher la couleur juste et la rééxaminer.

Faudrait-il recouvrir pour une fois l'éprouver comm dans ce  Julie & Candy

la nature de peinture coulante ou au contraire sentir ceci

à l'oeil

se peindre.

 

Pour voir non plus les pétales ensevellis

de couleurs mais

sentir plutôt sans se tant se concentrer qu'en se laissant en fait aller, dans leur sève

couler

la peinture, et tous

les arts par la même ~ 


 

Je suis l'horizon et tous les bleus se déclinent aussi loin que je peux voir.

LA lumière toutes les formes de la lumière, provoq ses propres teintes, il est une infinité de bleus comm aussi toutes les couleurs s'y trouvent à tour de rôle et ensemble, chacune à un degré différent de pureté représentées. D'ici je vois l'infini.

Que je baisse la tête ou la relève, qu'il y ait l'eau dans le tube cylindriq de mon regard ou l'air salin dans les conduits infimes que mes pupilles tiennent abritées, ce quu se dessine ne tient aucune forme fixe et change constamment, la métamorphose ne tient qu'à la fraction de la seconde proche du niveau de cette ligne de flottaison, un instant et l'image rêvée est supplantée par une autre, toutes les couleurs, toutes les formes donc aussi, et même bientôt toutes les images du rêve, puisq les grands thèms du mystère humain lui-même,

la métamorphose,

la métaphore,

la métempsycose,

les métastases

la métaphysiq,

le métabolism sont même au secours arrivés l'un après l'autre dans leur clapottis

respectif de la vague.

Et emporte les moins bien portants de l'instant.

 

 

Le bleu est immense.

Il n'en finit jamais d':etre immense. Il fait tout et il change tout.

L'état d'esprit lui-même migre d'une position à une autre ~

 

Le Jardin d'Épicure & l'Orme du Mail. Bienvenue au zoo, ou les jumeaux se rassemblent sous les papelles.

Exhaustif sed non exhausted. Mes croyances dans l'expérience physiq que serait la nôtre ici en tat qu'entités d'esprit, a tant quantifié ses menus qu'elle s'en est amenuisée. On ne peut rien faire contre la connerie, sinon s'en éloigner. La connerie n'est pas persistante, elle se tient à l'écart plus qu'elle ne sert.

Et ce ciel rose sur mer bizarre, ça déchire comm la lune et il n'y a plus d'apprentissage social sous l'onde qu'elle fait des nausées. Attropine. Après que je suis passé à côté d'elle, elle s'est retourné pour dire C'était doux.

_Un déferlement de moi sur toi si tu veux tout savoir.

Cette dimension ou tous les mots pensés, dits, écrits ont une existence paralèlle, énoergétiqm qui s'active instantanément, sur le champ, démarré au quart du tour de la seconde sans révolution achevée.

Du premier coup d'oeil son talent sexuel par habitude.

Je chante quelq chose de nouveau presq à chaq fois que nous croisons une perle apprise.

En un cil d'attention jaillie ce qui surgit du chaotiq emmêlement fraîcheur-mots, ils ont appris à s'y fier aveuglément,

fait des sybiles

de sa poésie.

Dont on peut tout apprendre.En lisant les traits cachés.

L'histoire et l'amour sont ange-notés d'Enriette & Antoinette.

 

Et quand l'aube se réveille sur ta peau-froide. ~ comm les maraîchers quand ils se cousent des paires de manches ou les pères rages quand ils secourent des mères ou les vengent ~

Quand l'aube se réveille déjà sur ta peau-froide, il y a encor ce ciel rose sur mer bizarre bizarre.

Où le bleu est immense.

 

 

La Vie de Galilée, Bertolt Brecht ~

 

Galillee.JPG


Partager cet article
Repost0

commentaires