L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:27

 L'euphorie, créatrice, le foret cri, acteur, un point triple de l'aether, où conjointement s'ordonnent, se causent et se succèdent, passées les limites élastiques, franchies et de loin irréversibles où le matériau ayant atteint sa version déformée ne saurait redevenir ce qu'il fut à l'origine, les rêves étayés de temps agglomérés qui dans le dernier recours d'un discours au secours des détours s'imagine de solides de nouvelles lois physiq pour bases à s'épanouir. Paré, par le plvs grand des hasards* qui l'a voulu au bon endroit au bon meoment pour écouter qu'on lvi récite de hautement phénoménal un discours fraîchement pondu -: créé de toute pièce - sur l'indépendance des particules suspendues aux lèvres de l'audience active qui en acclamé la beauté diaphane un instant atteinte comm de vitesse, une seconde surgie puis la suivante disparue - l'image qui accélère quand on la suit, qui prend la fuite quand on l'a prend  en chasse, et dont l'image est chassée quand on la file - au risq ou selon le point de vue, (une seconde avant l'éveil & la nuit portant conseil*) la chance que s'y accrochent qui l'étende à l'infini les sédiments d'autres choses aussi parfaitement neuves, celles-ci déjà concomitantes et comm de sablonneux deltas de déversements qui se croisant forment des monticules de nouvelles dérives, rouages au rayonnement circulaire, allant en effet rond tourner sa forme jamais définitive de chose folle, anarchiq, hautement chaotiq, des images extra-lucides de l'Avant-Rêve ~ extra-lucides parce que subconscientes : régies par la médiation synchronisée et impossible à reproduire de la façon volontaire qui voudrait à tout process d'automatism apposer une règle qui en définisse le cadre et en pixelise l'avenue de toute sa hauteur d'ambition à l'extrapolation d'usage si rigoureusement créatrice, de multitudes de fonctions analytiq telles que seul l'esprit sait concocter ~(car si l'homme sans distinction est une pantoufle qu'elle met à ses pieds, il est surtout immense, et son esprit sans limite), la matériau dans sa course, entre deux escalades de chacun des échelons qui le veulent dans cette phrase si rapidement métamorphosé mais qui dans les faits sait prendre en de diverses étapes son temps, le nôtre et ceux qui n'appartiennent à personne, réagit aux apparitions successives de faits qui conjugués participent à le faire passer de l'état d'être à l'été, sans franchir la longue précipitation figée de l'hiver. Les idées donnent au cœur de la matière leur avis, le reprennent et s'en vont le revendre avec une certaine marge à d'autres tournures grammaticales qui annoncent d'emblée devoir s'en servir comm d'une bonne à tout faire qui leur prouverait son ambivalente science, équivalente d'excellence des arts appliqués aux murs.

La part des reves, comm celle des anges* qu'on nomme ainsi parce que le précipité gazeux, l'émanation alcoolisée des ddegres d'une liqueur forte au nez s'evaporant atteint en effet le visage blesse et béni des anges qui s'y penchent atteints de la même livrée ivresse que celle qui s'ensuivra pour nous d'une serie de recits tous aussi farfelus que fortement aussi ainsi recreateurs, est ce cartilage a quatre-temps qu'en quartier comm de ceux d'une lune apprivoisee se couchant en declinant ses plvs beaux croissants, se divise d'une ville a tiroirs l'esprit meme d'un compartimentage des idées reçues du jour, et des envois du lendemain, est belle quand elle tient dans sa forme concise de formule synthétiq, et contient les excès qui veulent s'en échappés proclamer détenteurs et plvs tard même, instigateurs.

 

I. Dali, [Rêve causé par le vol d'une abeille autour d'une grenade une seconde avant l'éveil]

I. Dali, [Rêve causé par le vol d'une abeille autour d'une grenade une seconde avant l'éveil]

II. Série Les Affranchis, [Dali, une seconde avant ~]

II. Série Les Affranchis, [Dali, une seconde avant ~]

III. Dali/Picasso/Man Ray ~ la donna con il vento alle spalle

III. Dali/Picasso/Man Ray ~ la donna con il vento alle spalle

Partager cet article
Repost0

commentaires