L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 14:32

En 2oo3 et les débuts encore incertains de L'Autre Indivisible qui chantait tard ses peurs, j'annoncais comme Exceptionnelle !, la suite d'idées subjugantes qui s'étaient devant moi déversées et en moi traversées puis découlées les unes des autres dans la forme a tordre le rire, d'un authentiq entonnoir tranchant et bigarré pour nouvelle scene au théatre prématurément désuet, désuet-dans l'oeuf qui allait se nommer La Luna.

D'un situation difficile, tres difficile, alors coincé dans les 48h bien serrées d'un touché-coulé de restaurant familial a Tokyo ou je résiliais les derniers mois qu'il me restait a en visiter les tours de passe-passe, et les tours verticales, sans essai, naissait l'exploit tracé d'un seul trait, comme un challenge d'acteurs emportés par l'émotion, et portés par les motions sans frein, d'une locacité sans situation, dans l'action qui les rendait tour a tour spectateurs, acteurs, et simples employés du restaurant ou se déroulait sous mes yeux incrédules, les scenes folles de ce spectacle vivant qui empietait, remplissait, a defaut de mieux, couvrait plus de 8o pages de mes notes au Japon, le texte Les 24 H de La Luna ! ~ qu'il faut prendre l'habitude de prononer a haute voix, dire a voix aigue si possible et avec cette exclamation necessaire et inévitable que le rire seul sait produire quand il est imminent.

Repris depuis, a de nombreuses apparitions en des scenes que nuls autres acteurs de talent n'auraient su frotter les visuels aux sonores, le them, non seulement, le cadre qui rendait a chaque scene cette étroitesse intimiste propre a la piece, mais aussi les acteurs, et leur incroyable ! ~ faculte ! ~ de servir le public quand il était question de laisser sa tirade a un client impatient, ont depuis occupé mon esprit, mes reves, mes meilleurs délires éveillés et quelques fois meme tenu une place belle, et bien assise, dans le décor d'autres nouvelles ou romans achevés dont je m'étais promis de voir cracher les décibels.

Récemment ! ~ a Quiberon en une apres-midi du meme feu endiablé que celui qui avait probablement occupé une place centrale en mon esprit bouleversé par le changement, apres moults tentatives cette fois, et non plus en un seul premier essai concluant, mais d'un jet, cependant, bien pendu le jet, sans retombée mouillée mais un peu quand meme des séquelles hilarantes, j'ai remis sur le couvert d'argent de ce nom de La Luna ! ~ une piece mécaniq qui veut redonner vie, dans toute nouvelle forme et dans tout nouvel élan, a ce que ma premiere haute satisfaction m'avait procuré d'intensément gustatif a la piece ou au kilo ~

La récente piece, jouée le lendemain matin devant le public restreint de deux employees modeles de surcroit, des usines de La Quiberonnaise et de la Belle-Iloise ayant pris quelque avance au lever pour me voir renaissant a l'aube, en jouer la promesse faite une veille, cette nouvelle jouée par moi et moi seul, fou-ému-terriblement-emporté par l'élan que m'avaient conté ces acteurs de talent - car ce sont eux, n'en doutons pas, les véritables artisans de ces pieces écrites, probablement la meilleure solution trouvée a leur problem d'argent et de chomage prolongé - emporta un tel succes, et l'engouement suscité au terme de ma demie heure de cette performence in-aubae, me procura de nouveau ! ~ l'intense émotion qu'il est, j'en suis convaincu, nulle part possible d'atteindre sans se froncer un cil, se casser un béquille ou se tourner le pouce ~ ailleurs que dans le spectacle vivant.

 

 

 

Question muette devant le mutism d'une fermée

Partager cet article
Repost0

commentaires