L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 07:42

Amphiprostyle périptère.

Péristyle tréta villa à parts tanées.

Ananas givré devant les jardins sur l'eau.


Miroirs de vélocité.  

 

"C est tres beau oui, en 1980. au mois de juin
j étais assise à la terrasse de la villa dont j aì oublié le nom
au bord du lac, j écrivais une carte à ton père"

[A PROPOS DE COMO]



Si sur ce siècle de socle assis en nos essais aux étuis des suites d'hysthmes en exil s'improvisent, pour mal parées viser l'enceinte qui les irradiant se ravit aux vues comm un repère écran ou un écrin hors-pair d'apesantis mis en jachère, nuisettes accoustiq les sorties d'abord crues pures et mises de lisses ou plis bénins au cou des convenus les plus disait-on plus tôt sains, nous ressentons le revendiquant qu'en ses îles de quelq cycles se suivent et se surveillent, s'admirent et se redorent, réverbères et doryphores, les ciels de reflets écrits qui se ravis-gorés bientôt dévorent les images fluides des hommages forts aux survenus d'un repassant des veilles de cris auquel des pas le plus pressant aura su redonner vie. L'urgence de la matière qui reflétée se met à produire des vues epileptiq, son instantanéité t à l'anticipation des formes, miroir des réciprocités anatomiq, antonomatiq, automatiq et antinomiq du temple des sciences du hasard. 
Perdre son nom comm le fait dans l'abstraction de l'autre qui nous sans faire fléchir en premier liev réfléchit le clair de lune à la surface du lac Debussy. 

J'avais trop vite conclu il y a 5 ans, à l'entrée du théâtre alternatif.
Maintenant je sais que je n'en savais rien.  

Partager cet article
Repost0

commentaires