L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 18:55

Comm vient la lumière dans la chambre lévitée en y a trois mimant le fer.Comm sur les yeux de l'aurore se dépose de la rose l'eau et s'alcôve ou tige ploie suivant les flots sa flore faune fauve. Comm le pôle se soude au coude qui voûte la trouble oraison funiculaire des sons. Comm aussi la flaq se change en pulsions cardiaq et des repères donne le ton numéraire. Il y a tant encor d'images qui sauraient convoquer sur l'instant de recul qu'a provoqué s'en délogeant l'ultrasoniq sereine finesse de l'apport mutant des souches en se désolidarisant de la terre et en remuant ses grands échanges dans l'émulsion des axes planétaires qu'est la seule position du corps au moment de baver, une lave authentiquement propre à faire les pores ainsi qu'elles le modules articulés ambitionnent en s'en formant s'aspirer. Un livre : Un conte de deux villes. Une atmosphère muant. En prenant la part tendue d'une plus-que-parfaite parcelle de temps pour la plus belle plage ou sillonner l'espace d'un monde sans nom et en en faisant la gravité tourner jusq 'à si vite s'en expulsée inverser, je lvi indiq comm elle vient à moi le bras dans le tronc et la tête extraite un instant de ses pieds qui poussent le mieux le plvs fertile sur les mers-émissaires, sphères émises sirènes & mercenaires comm des coquelicots bouillants empannés, quel été inné veut faire de celle de ses cordes ambiante qu'il fera le plus beau écouter s'égoutter vibrer et fonte fonder lorsq paraîtront dans les mires de nos lignes s'y courbant les mirages convoyés soniq d'apparâts conviés. Ailleurs vraiment. Les bris des glaces fumantes. Les éclats qui reflètent la seule chose qu'on désire au monde. Elsa brillante libre et livrée, vibre l'état d'étreintes qu'éreinté s'en extirpant décrit la décriant l'écart carrelé des teintes de son réveil. Un long complet me tombant des nus comm des épaules qui s'embrassent en susurrant les idées reçues pour les propulser à la vitesse si désirée que plus serait du pur suicide. On sait qu'on peut y laisser nos peaux; on sent qu'on est en sécurité, qu'ici ce qui vole, ce sont nos membres qui s'agitent et s'entre-electrochoquent aux marais drogués planants. Cet après-midi-là, comm ruisselant sur le vague gint j'ai eu la densité d'un nuage de vapeurs d'eau, et j'ai comm un crachin arrosé persuadé alors pouvoir l'éteindre comm le feu et sans savoir que mes contractions avaient sur elle l'effet du gazoil, brûlé ce qu'elle faisait d'une aération des sons pousser des plantes aquatiq qui comptant sur elle jaillissaient en s'élevant mais dont la nuit n'a rien déteint. Il n'est pas possible de retomber de ces effets toxiq que la radiance cycliq seule permet d'irradier, de perles aqueuses sur les sols friables des temps paralysés crysalide cristallins carressés des courants souterrains. ''Le seul fait de te vouloir, ne fait-il d'ailleurs pas de moi une folle vraiment ?''

Partager cet article
Repost0

commentaires