L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 05:20

Elle a sa langue accrochée en bandoulière autour du bassin et jusq 

par dessus l'épaule ou, à d'autres occasions elle envoie le riz par strates 

ou paquets d'esclaffes. Les escaliers qui la dévallent, ces marches qui lui 

courent comm des auréoles palmées ou des bouées embuées par surexposition

 du cou au nombril, allant se resserant du corps en descendant, 

indiquent des chemins qui se suivent de longues pages cultes 

de doléances ~ des potences ici et là érigées comm des troncs attenants dans le corridor 

parsèment le corps, des hauts mâts qui donnent le Nord, 

ces points de repère qui se retrouvent comm un coeur au port chaq fois

 qu'on y passe sortant du restaurant ou en courant au détour 

d'un jeu de timbales improvisé d

ans l'harmonie de pierres brutes, comm des marches, 

un contact ou 

des contrats avant d'arriver à expiration, essouflées, des mâts 

gigantesq qui picottent sous la peau font s'en lever des pans entiers de 

nudité, aussi frêle, aussi sensible, à fleur de peau comm on dit, tendus 

droits, debouts au haut desquels des cerises remuent au gré des vents 

que prend la poupe quand danse la main liquid qui les transporte. 

Il vit des animaux dans les heures nocturnes, qui secouent nos corps 

de peur de disparaître. 

Ces cornets amarrés     

aux bassins desquelles se devinent des sommets et des sommets de plaisirs, 

voguent dans le creux et sur les dos de la vague  en espérant 

que l'embarcation vienne bientôt à couler ~ 

En prononçant leurs premiers mots palpitants depuis la veille passée ivres, ils font 

sombrer une chaloupe qui transporte des milliers d'animaux ~

Partager cet article
Repost0

commentaires