L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 07:00

 

Tout ça scie ce tout assez court. Tous assis dans un arbre on court. Des premières branches jusqu'à sa cime. À ça sans tomber. On entend ''mais je ne vais pas passer ma vie entière dans cette maison'' C'est elle qui l'a dit~ On voit que c'est un bon départ. C'est lvi qui je provoque, immédiatement le passage est salué. Les applaudissements rebondissent sur les formes pâles. Un autre se tait, c'est qu'il est là pour ça, c'est su. Avec un peu de bon sens & beaucoup de patience, quelques millimètres carrés de tubes ronds en plastiq, & un bon entraînement à passer le temps à faire ça, on voit qu'il est son amant, & qu'il mène la danse. Dans ses mots à elle, ses maux à lvi, hallucinations ou bien juste trop de lait dans le sang. Un pot au feu qui tourne en rond autour de son bien latent, un bien l'attend. On l'a vu sans discrétion, qui flânait ou fumait des cimes, dans l'herbe des sommets. Elle n'a pas sitôt passé le portillon qu'elle sautille d'engouement. Sa nouvelle mort dans chaq suicide artistiq, elle tient un filon mieux qu'une clef en main, un poing de retour, à usage illimité. Elle en abuse un peu, elle l'avoue, & continue sans se priver. Celui-ci se retire, elle lvi dit non reste un peu j'ai mal où ton organe ne chante pas. Public, sois discret. Tout ça se scie de mieux en mieux, le bas de toute page s'est découpé, on efface les répliq cultes qui veulent partir en friches où elle dit être partie. La fête commence il garde son prestige dans un grand salon où on salue constamment. L'arbre en deux temps scinde un schéma comme une année à son début. L'ère fait des bonds sur place, & l'air y passe. Un souffle qui court des premières branches vers ses cimes. Les derniers qui entendent augmentent le volume. On fait chut, mais rien ne tombe. Elle a percé dans la jachère, marchande ou quelque chose comme ça, comme rien d'autre. Elle vend des produits du verger, inutile de préciser quel surnom elle s'est attribué. Lvi n'a jamais été plus jaloux, il prétend que ce n'est pas aujourd'hui, & en effet on le croit sur parole. Il croît sur parole, & naît sur elle aussi. D'une poussée d'adrenaline, une autre de fièvre, la disette sévit, la petite monte comme un âne. On en fait une industrie, celle d'une urgence. L'onde passe monotone & se fait refaire les bosses, postule mais l'imposture est flagrante, elle le sait, on la met en scelle, elle fait celle qui n'attendait pas plus qu'eux, que ça & autre chose, qu'elle sait pouvoir faire croire aussi. Partant par là, elle suit les pas d'une mère qu'elle n'a pas connue. L'arbre est trop petit pour donner de la hauteur au texte, le panorama doit se rétrécir. Sur ce, l'impératif techniq fait dans l'inconditionnel à venir. Alors on réduit l'intérêt & le fil à une seule branche. L'histoire s'achemine toute des premières branches vers les cimes. D'ici on a une vue d'ensemble. Elles se retrouvent enfin, que c'est touchant. Alors on déplore aussitôt que lvi est disparu du jeu. Et tout le monde se retourne pour découvrir une scène cachée dans les dernières pistes à la manière des albums des années 2ooo. L'ultimatum posé par cet anachronism de malade, de faire voir simultanément ou par alternance des scènes présentes ou des interactions passées & demeurées encor à venir pour durer des suspens longs comme des nuits, et des nuits jeunes comme l'éternité des débuts d'année, se retourne contre la bonne tournure de l'aventure en cours, et se scie à la source ~ l'ultimatum sciant fait chuter la moitié du public. Tous ceux-là jouent le jeu, poussent des cris de douleurs, et font courir le risq de dénouer des sentiments restés trop longtemps dans les passés mis sous silence. En tombant ils ont creusé le trou où on enterre la pièce. Une si petite boîte tient au pied de l'arbre. Deux ans plus tard on n'y voit plus que du feu : des mottes d'herbes & quelques plaisantins qui colportent des rumeurs & enrobent leurs scènes fétiches dans des tissus ~ qui le sont tout autant, tout au temps. Des passés plus longs que des présents.

Partager cet article
Repost0

commentaires