L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 20:46

 

Sciences générales & sciences particlères se rencontrent à cette phase interface, des primaires, où se confrontent les positions de chaq organe, en ce point de l'esprit d'où le recul n'a pas plus de sens que les directions empruntées ne donnent au choix un titre prépondérant. Alors plongé dans une profonde réflexion de la naissance du prism dans le sillage d'une notion qui m'était déjà très coutumière ~ l'écho ~ je gardais autant que possible le souffle qu'il me restait du précédent article de fond, pour pondre, en apnée, un second opus, qui viendrait délimiter, sur une rive, l'étendue du sujet abordé, et donner d'un autre côté, à grandes enjambées inspirées, à ses champs d'application les ressources qu'il me serait utile, plus tard, de reprendre à pleins poumons pour quitter un îlot des airs, et regagner la côte terrestre, avec tout ce que sa grillade a d'appétissant. Celle où les gens bien continuent de se rentrer dedans avec le fracassant désir de s'éviter. Dans la tradition de certaines sciences générales. Dans les couveuses, chaudes et humectées. Tout mais d'embruns jetées. Dans la foulée, les réfractions. Science des vies potentielles et les ratés qui font sensation.

 

L'histoire est la science des probables non avortés. Les couleurs de cet art de chanter : aphrodisiaq. Aux nés les essences plues, comm des goutelettes suspendues aux lèvres de celle qui parle, et aux non-nés l'imaginaire, encor sans limite. Sans discontinuer, le discours qui s'abstrait depuis le début, s'extrait continuellement, odevient bstrus & soustrait aux vies les lignes prises le temps d'une nuit dans une auberge pour communes. Les limite d'un domaine qui se donne des étages pour extension, plutôt que l'amour et le prism pour champ d'investigation. Des miroirs partout, je veux dans cette demeure des miroirs partout. Champ où laisser filer une aiguille sortie de la paille se faire une soirée mémorable sur une toile de Van Gogh. Ce ciel pose, dirait l'aubergist, chaq matin ~

Dans un Trash flamenco horror picture show, au début il y a un néon rose & bleu alternativement, preuve que l'homm qui monte est bien seul maître de sa vie. Puis on entend 'L'histoire est la science des probables non avortés.' La preuve qu'il est fou à lier, & justement un homm rempli d'histoires se met à parler sans discontinuer à sa compagne de voyage, dans un train qui doit traverser 8 journées sans les voir passer ~ Le compartiment s'appelle dès qu'on prononce son numéro. Voiture 6 ? _Compartiment.

Tout à coup on frappe. C'est l'appartement qui parle.

Voici pour résumer la discussion qu'entretiennent un balcon avec le séjour qui se targue du silence paisible qui règne de son côté du verre.

"Adopte le silence, fais en ton roi, pour ton salut. Rejoins-moi de ce côté du verre, et tu seras sauvé.

_De mon côté, se défend le balcon, le verre est plus réfléchissant."

Puis abrège, comm passe un décolleté : "A plus tard, j'ai du monde" ~ Par la fenêtre, le big bang. Tu l'avais pas vue venir celle-là, hein ?

Depuis l'éclat, le grand fracas, depuis la naissance du monde, l'homm n'a pas encor crié. Il n'a peut-être pas encor vu qu'il s'était coupé au doigt. Il n'a probablement eu le temps que d'une seule inspiration. Une seule goutte de sang, et devinez quoi, on est dedans !~ S'il savait seulement qu'entre les grands vides qui articulent les particules de ses gènes, circulent des petites entités chargées comm la nôtre, d'uranium, de déchets toxiq, de mercure et d'or fin, je crois qu'il commencerait de regarder la plage différemment ~ après avoir ôté son doigt de sa bouche bien sûr, premier réflexe. Petit Tom ne mets pas tes doigts dans ta bouche, c'est sale, c'est très sale.

 

  L'étape qui suit l'autodérision, avec tout ce qu'elle contient de négatif, est la démystification de la matière grise. Ton abseence est mon cancer, toi seule mon anti-corps. Mon corps veut lutter, mais l'esprit s'en abat ~ A pas de géants, les avancées semblent parfois des retours ~

 

Septicémie de l'absence

 

Septicemie-de-l-absence-II.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires