L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 11:34

ET ACTION !~

 

Lorsque la résistance des frottements est trop grande, on la diminue beaucoup

en enduisant les surfaces frottantes de quelque matière grasse,

comme lorsqu'on met du vieux oing entre l'essieu et le moyeu d'une roue.

 

 

[Lire en musiq, un lion dans la gorge]

 

En scelle, voici l'histoire d'une plante ~

~ Qui revient de loin, d'une onction qui la rapproche enfin, l'effleure aux sensations extrêmes.
~ Du pied , une rivière circulaire, Loing de lave éteinte, 

~ Qui coule brunissant le pot de fer. Fondant, plante en musiq, mise en liesse, s'y incarnant encor.

~ Fleur Carnaval ~ Festival Song.

 

A califourchon sur le véhicule fou,

Dans la chaleur d'une atmosphère dense, en vapeur, de l' âge déjà profond, jaune voire foncé du rouge 

dans les feuillets de la jambe uniq. Entre elle et le lion au sort dévorant la creuse caverne, fossé.

BACK IN TOWN ~ Elle entre comm on sortirait d'une pièce, stable en haut déséquilibre sur le seuil, sa silhouette détache, tandis qu'une double-croche s"y attache~Plante quyi supplante le règne animal à son insu, ou la danse du bourdon.

Insubordonnée solidement ancrée à cette fébrile sensibilité arquée,

au revenant diaphane, un hypercut devant la porte quand on la garde ouverte, ou royale ~

À grandes foulées ni sans grande foule discrètement comm l'heure que personne n'attend plus

du long retour d'horloge qui s'est traversé des airs en filant les suivants ~

Le sort d'une longu pièce sans mesure, de ces toutes proportions perdues, qui l'avaient enfermée,

Retenue ~ou pire.

 

Les terrains vagues sans mer pour dernier horizon, où les feuilles collent au dos quand il fait moite et défait de grande pejne.

Les souffles brûlant les étapes qui s'exposent aux hauts murs de températures en fleurs.

 

Le pas des lumières éclot dans les jours, en contraste les nuits éclairées des mille feux qui s'échauffaient un dénouement tragiq. Par anticipation se closent les yeux au moyen d'un ruban de plans qui adhèrent.

Elle a encor le souffle à bout. Bouillant de l'effondrement proche

qui a presq defenestré son ouverture au monde des sens.

Entre 2h et 3g du matin tandis que les lumières laissent des longues coulées rouges sur le plafond lumineux du ciel tendu en rappel ~

Aussi au fond des nuits, dans leurs grandes détonations grinçantes et les doigts qui se lèvent hâtifs.

L'Incandescence qui se range et se mange désormais brûlante un casq sur la tête & les doigts croisés

sur une tâche qui se durcit en se séchant au soleil, en se collant à lui.

Détonnante qui croît quand le véhicule en route arrière fait le bruit d'une explosion proche des yeux, le produit comme un spectateur né dans la charpente d'une nouvelle cave secrètement creusée dans l'essieu des ciels.

Elle sécrète ces quelques millions de postillons qui la rendent horrible aux yeux, et encor si belle aux autorités qui la jugeront le mieux : sans l'atteindre.

Dans de grands bruits étonnés, surpris de leur propre bouche à la sortie, tandis que passe la main.

Elle l'a terrassé ce lion sur le bord de la route.

La légende raconte qu'elle l'a dégusté, mais il faut à cela apporter une correction.C'était tard dans la nuit, il n'y avait que des feux, des lumières rouges qui s'écoulaient comme des heures mauvaises.

Elle l'a mangé comm on le dit plutôt d'un mauvais coup.

Dans la gueule. Elle l'a absorbé entier. Comme s'étouffe uin bruit qui l'a mangé trop goulûment.

Le lion abattu rugit en elle. J'ai en tête ce Guenin-Lagrange-Labaune pas très connu.

Six acteurs qui font mouche à tout heur bleu ouvert, de ciel bon en tout cas, à toute l'heure verte des plages creuses.

 

Une baignoire noire qui gifle le cèdre étalé là qui se prélassait en regardant qu'on alligne les 5 doigts gonflés.La page s'est tue devant l'entrée de ces comparses.

Des fusils au bout des bleuets. Et la page qui fait la morte en adieu, s'envole aux vents des nuits dans le grand désordre, le bruit.

Faites mon dieu qu'une sorte de porte forte sorte morte et que la tourne une scène fuie avant qu'ils se dégonflent.

Ceux qui ne l'ont pas vue lorsqu'elle se longeait seulement dans le corps de ce fleuve éteint de rouge impassible, ne savent pas ce que disent ses yeux.Les véhicules ont marqué durablement son oeil, ses vues & son estomac parlent dans les temps où elle s'est tue.

Elle a des perles aux lèvres comme d'autres pleurent en la voyant ~ partir, s'éteindre une bougie. On attend le lion.

Pour qu'il passe cette main. Qu'il se croie juste, heureux en elle englouti. Depuis les dernières vacances dans l'inconscient 6 doigts de la main ~ moisn

ce seul demeuré au travail aux tomes ou parti plus tôt de transhumance qui refait ses coutures et raccommode ses plaies ~

avec ces milliers de lapins, de moutons & d'araignées en lave mêlés aux plaines ~ qui faisaient encor mouiller

les buttes, en contradictions dans les caves d'affinement, ou par tradition

pour le neuf, cet oeuf-boeuf malin à l'oeil transigeant. Qui entre deux tranches d'autorité ferme, deux fois retranchées s'y soustrait. L'apparition de quelq chose comme un astre : l'Homm-Océan enfin, ohm-motion sanf fin, électriq l'émotion d'une faim grandie à l'oeil nu. Du poisson les écaille dans les cavernes coutures mi-diurnes.

 

Quand le véhicule de passage à sens inverse entre les buttes, déverse son savoir liquid par coulées rouges sur les lumières vives dont il parle sans voir et s'égoutte en larmant des soies rigides comm des pigments du vers aspirés à la cuillier. Jusq'à remonter depuis toujours.Ce monstre danbs la buanderie, encor à sécher. Mis à part.

 

Ils passent régulièrement la main. Ils passent leurs vacances à l'inconscient. Ou me les confient tout simplement.

A la fréquence de la vague. Comme je leur offrirais aussi ma vie si elle n'était pas déjà promise à une autre.

 

L'envolée des pires, survenus sans attente, font des fous se lever en raz de marée dans les cockpit ronds, les habitacles sur le terrain gonflés de l'ère sans déserter une place vacante en boucle.

J'ai éprouvé ce sentiment de direction, jusq'à épuiser le sens, un cercle fermé. Le grand Ô qui conclut une tragédie. Alors Ô l'évidence d'un nouveau flou grand frère. Elle l'a Ô éprouvé en se léchant le genou, je l'ai éprouvé flou sans l'user Ô qu'est-ce ?

La forme de vie la plus développée esta cercle. Et le restera prend conscience qu'elle prétent venir d'un acteur futur simple, en tout cas en tout temps qu'il combine au jeu de l'usure des usagers. Ce cercle-là métriq, qui se rengorge, s'alimente autour du ventre comme le bourdon en danse,et n'a de retour sur soi, sur ces options, que l'infinie qu'on lui a attribuée pour dessein. Il fait se reprendre la plante où elle bouclait sa descente, des abîmes elle a tout vu, elle en revient grandie, jeune  pousse et enfant terrible.

Son cercle tracé main, de l'intention, du circuit fermé, le cercle qui circonscrit, contient, transpire retient l'émotion prpche de l'intime qui le supplie de ne pas repartir. Cette fois non reste.Ce suppmlice.

Et personne qui inspre aux volutes infinies la fractale qui lui assure l'occurence plus grande à mesure

qu'on se penche dans le trou la tête ~

Elle retient sa respiration, les interromp quand ils parlent, à l'autre extérémité du cylindre, elle s'étend en dedans & ne se propage pas, vise à la densité cubiq proche de la matière incorruptible, à l'intensité phoniq perpétuelle, à l'ardeur anarchist sanq cesse revisitée. Boucle qui se reserre d'un étau. Juste heureux ce cercle concentriq, qui tourne. Action.

Ils se sont donnés des surnoms. Le pouce, le lapin des niches index, un grand cowboy mineur de fond fait le majeur, l'annulaire est ce passé qui disparaît de la bande quand on l'a repassée & l'auriculaire évidemment le sourd et muet qui remue les idée en place aux quatre autres.

Et à eux 5 c' était

_La Main

_Le PIED !

_Ce n'est pas logiq

_Mais drôle

 

  Les cinq doigts du pied qui serrent fort comme on tient à elle et d'autanr plus quand elle estplante plutôt que paume/ Celle qui est sensible auqnd la musiq touche le sol et le corps se pose.

La plaine est vide de sens. Et elle aussi libre, plante sauvage, aucun d'eux ne l'arroserait jamaix ~

En vitesse ils se prennent pour des héros, monnaient leur retenue aux banquets des nuits d'orage au bord des routes. Aux abordsdes graznd axes.

Revenue s'envisager une piste où s'essorer. Prise de  la vitesse d'un site avant d'envisager d'y jouer seulement une scène.

Jusq'à libérer cettte quantité de joie contenue jusque là ~ il indiq le niveau.

Ce sont ces fleurs & plantes courtes sur tiges qui font la pluie & le beau temps
Sans que ce soit métaphoriq pour une fois.

Au règne animal le cycle de ce végétal. Elle plante comme on sème le bien en grands pas.

Grande soeur des rires. Pour être prise elle s'est décrochée d'un regard, en courant. Sur les fibres du toit qui se niche une suite au lion.Dans sa gorge quand sa voix est entièrement prise.

Comme on fait des salons chauds, ou comm des bains d'orient. Elle pousse des ailes, de leur extrémité je crois.

 

J'ai toujours continué de dire qu'elle a existé vraiment. Au même titre, de hautes études, ou sous un autre, prétext qui y a concédé. Le lion fond bleu ~

Un instant de recharge rechercge des passés communs. Elle nous aurait tous découvert des talents cachés qui nous habillaient, pour nus défaire traversé de par en pourquoi pas le cycle, de son incroyable faculté des articulations.

A pivoter le soleil devant le passage de la fleur.

L'écoulement chronologiq du syphon, un réservoir technologiq ~ Un haut degré d'études.

L'impression subite qu'elle en avait toujours eue.

Réveille toi grande soeur de mes rires. Elle revient à la fin de chaq tableau,
La belle bleue.

 

Souvenir  rapporté déjà gros à son acquéreur.

Il s'agit qu'une fois ce soit bien diffzrent,de voir l'influence longue, ferme et même : définitive.

Convulsive qui ne comprend pas un mot du message dans son etier. Comm les insctes qui grouillent de la couleur rouille, morys de trouille.

 

D'un festival de la couille qu'on mouille monte en nouille, en douille, souille de  cett houille la bouille du plus jeune invétéré.

Que cette fois on ne l'oublie pas, la conclusion vraiment conclusive, celle qui fait durer la toile dans le temps.

Ce tout nouveau plan, la dimension d'une comète manquante comm un chaînon atteint d'homm commis.

Relevée de l'émotion, des motions qui s'ensuivent ~
Précèdant tout.

Puis l'atteint elle-même, à portée de voix, qui roule sans déplacer du mot une onde en partage.

 

Les nuits ocres pipes fumées font des bleus d'encre sang sec, un sens qu'on coagule au moyen d'un très puissant antidouleur ou fixatif bien-odorant.

L'opivum coulé des feuilles qui se grandissent l'optiq au passage de l'oeil volontaire.

 

Sur le balcon ils se  font cinq face à la mer, attendant puis la teinte juste heureuse relevée,la nouvelle venue qui les a tendus dans un piège.

Grande soeur de nos rires réveille-toi. La horde qui cisaille.

Brève du couture qui découpe une silhouette dans l'existant neuf et te soulève des motions qprès qu'ils ont traversé des déserts.

Réveille-toi juste heureuse. 

_ça tourne, je trouve. Ma tête en action s'éclot /.

FAIRE UN PEU DE SHAKESPEAR POUR BOUCLER UNE BOUCLE

Too proud to open eyes,

Too far to have them cloesd

 

tumblr_lklhk6fbHt1qc1li8o1_r2_500.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires