L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 07:02

 

Ouvre ton livre Elsa, le pupitre où elles sont toutes à jouer après qu'auront éclos ces oranges aux dés teints d'une laque embryonnaire faite au ciseau dans la pierre blanche d'un mur. Mur reflété d'astres en astres et répété de cour en cour jusqu'à celles de l'intérieur. Où l'orange a le plus foncé. Lis une ligne Elsa au hasard, où la forme que tu lis a le plus d'identiq à ton stylo lorqu'en cette place qui te veut plus en pierres garnir de branches l'homm coulant de sirop tombe l'ancre pour t'arrêter au mot. Et courir aux suivantes plus véloces qu'entre les feuilles de ces lettres qui s'échangent leurs regards typiq. Tourne cette page Elsa, qui se fait refuser les accords humides. Rechigne encor sur l'écorce à prendr dans l'essor de ces espoirs des débuts des formes de troncs naturellement déçus par l'aurore quand a foncé l'orange, jusqu'au fruit. Ouvre de cette pierre le mur où tu t'enclaves. Elsa, ouvre-la leur, ils tambourinent tu sais, ils n'arrêterons pas. Que quand tu seras révélée dans un puits de lumière. Entre ces deux trous d'air où pousse le son de la bouche, où accouchent les complots. Ouvre-la comme une porte, ou comme la page du roman où tu cours, une cavité qui t'inscrit et depuis, expulse vers les extérieurs les révolutions de l'astre. Autour duquel tout avait commencé de bien légitimer sa place. Pupitre gravé de noms, des pierres qui résonnaient, des pièces qui se donnaient jadis à leur tuteur, en donnant les traits par coeur, tels qu'ils devaient, et se laissaient pousser vers les dehors, pierres des pièces gravées de pupitres. Une myriade d'éclosions fait frémir devant ton livre, reflet de trop de teints, l'excitation de tes mots, dont la pièce fait l'écho. Quelq tâches, de sève jaillie, de tuteur sublimé par les circonvulsions du génie artistiq de son protégé, la couleur de l'intérieur, une myriade de tâches qui foncent aux roses l'orange native, & qui les fait crépiter sur la pierre blanche dans laquelle tu lis. Elles sont toutes prêter à jouer, ta scène va sauter, que rien n'inscrit mieux dans une quite qui donne des origines aux nouvelles suites, ta pierre blanche se grave des substituts dont le tuteur veut bien te procurer le thèm, & même te faire pousser. Vers les extrémités de tes rôles à couloirs. À l'ombre des astres qui fleurissent, où que soit projeté le réflet de leur provenance, un tracé qui te cache dans le son qui s'étouffe. À chaq palpitation du fruit que produira encor l'aurore.

Partager cet article
Repost0

commentaires