L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

17 décembre 2021 5 17 /12 /décembre /2021 15:01

(Mille quatre-vingt quinzième text publié ici, et toujours autant de mots privés de leur E ou de leur ~ue finaux.)

1O95 mais que celà ne vous dissuade pas d'en relire un pris au hasard (car il l'a bien mérité)

Quatorze entractes, 179 figurants, 25 tenors, soprani, barytons & alti qui se relaient, s'absentent & se retrouvent parmi quinze scènes de presq quatre heures chacune, tandis que les publics vont et viennent, tentant parfois de piquer un somme ou de faire leurs achats sur internet. Ratement, mais parfois quand même, un vendeur de chouchous à la sauvette s'infiltre et parvient à se hisser jusqu'aux baignoires avant de se faire épinglé descendre d'une balle où il s'était suspendu frayé une issue sans voix. Là, l'opéra vibre de tous ses recoins, jusq dans les régions les plvs sinistrement abandonnées de son univers de pinces, de broches, de postiches & de pastiches alcoolisés, bien jaunes s'il vous plaît, des meilleurs auteurs et des pires sites.

Chat.

Libellules.

Foudre.

Enfers.

Rivières.

Puits.

Colonnes.

Potiron.

Boxeur.

Une famille en pleine guerre, un village mondial en pleine Format ion, électrons iodés aux airs fins de sels marins boudant, à pleines bouffées de sueurs & d'orgasms visuels, phytogéniq & photomatiq,sylvestres & diaphanes, transpercés d'ivresses sonores et de battements de sexes entre les corps chantés et les décors dansés ou parfois, parfaitement arrêtés sur sept scènes carrées disposées en cercle autour de l'audience emprisonnée et victime de torticolis et de rhumatisms, souffrant de ne pas en voir le bout. Car tel est l'objectif, n'en voir jamais la fin ni la finalité, n'en saisir nullement ni les tenants ni les aboutissants, ni plvs que les nombreux pendants ou autres tirants, et en percevoir plutôt, comm des illusions et des sensations fugaces, quelq références lointaines, des images presq familières, l'évocation furtive, brève et passagère des instants d'ébahissement et de surprise qui déterminent la vie, à son niveau d'équilibre, sa ligne de flottaison.

#1O95. L'opéra de 78 heures

#1O95. L'opéra de 78 heures

Partager cet article
Repost0

commentaires