L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 00:51

À l'origine, une histoire. Erreur, c'est la fin.

À la fin, une histoire, racontée par celle qui reste, de tout le moins déprécié. Avant ça, la ruine des bonnes parties, et la disparition, avec sa dose d'émendations.

Encor avant, les gloses.

Et si on va par là, le récit, en cours, qui en revient.

À l'origine de tout ça, ce dont on ne revient pas.

Il faudrait d'abord en être ou non parti. Le plvs simple pour ne pas en revenir, c'est y aller. Sans quoi rien ne se passe.

Il se passe un temps avant d'aller, avant lvi encor, quelq chose qui se ferait cause.

Il faut une cause. Il fait une pause.

La bonne, dans toute bonne histoire, disparition ou non, la bonne est en causette.

Quand la bonne arrive, on sent que quelq chose n'est pas net, qu'elle porte quelq mauvais présage.

Alors pourquoi avoir demandé une bonne ? (Les grenouilles coassent, les corbeaux ferment leur gueule.)

Il y a une place vacante, une mort, d'emblée qui vide un siège et crée cette nouveauté.

La mort de la femm est en soi un mystère, la bonne sera la bienvenue pour y apporter sa dose.

On na sait pas jusq là de quoi est morte la femm, mqis la bonne se drogue, c'est sûr.

La femm meurt. Point.

Le mari dépend d'elle, toute la famille en fait, dépend d'elle.

Qui est cette femm, il serait déplacé de n'en parler que plvs tard, pourtant c'est ce se qui fera. Elle semble à ce stade encor insignifiante, ou plutôt, en retrait.

La famille au grand complet, la femme comprise, apparaît comprise, sans l'être pourtant.

Poser les bases et les baluchons, les enfants ouvrent leurs valises, rentrent à la maison.

Ils reviennent tous d'Irlande. Si, si, d'Irlande, à Goge, là chaussée des Géants où ils vivaient. Une grosse paire de pompes. Des chambres à air de vélo aux roues immenses. L'Irlande est une histoire en soi. L'histoire commence où eux doivent en partir. Ils avaient besoin de la drogue d'une bonne pour anticiper que la mort de leur mère se réécrive truffée d'émendations de gloses.

Ça commençait avec la Sparta method, et parce que c'est, chose rare, un dimanche soir que je prends ma nuit blanche hebdomadaire. Tout commence l'après-midi, un sommeil dans le soleil,  et tout le reste, ce qui s'ensuit vit dans un rêve fait dans le soleil, nuit blanche comprise, où personne n'y comprend rien. C'est alors une simple métaphore du nuage devant le soleil qui cause le retour des enfants à la maison :

_Qu'en dis-tu ?

_Je n'y vois pas d'inconvénient.

_On s'entend bien alors.

_Que sous-entends-tu ?

_Ça part en sucette.

_Le temps se couvre, il cache quelq chose.

_C'est un soleil : je n'avais encor jamais fait de vélo avec les pneus dégonflés, et de si grosses roues.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires