L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

/ / /

C'est le plvs grand moment de ralliement de tous les temps, le plvs grand moment de l'humanité de tous les temps en fait. Je ne dis pas qu'il n'y a aucun autre, de tous, qui lui soit aussi immensément transcendant, mais aucun ne sont mis en comparaison, il n'y a pas un numéro un et les autres qui défilent en classemenr dans un ordre arbitraire, c'est, avec tous les autres : le plvs grand moment de l'humanité, et ils transcendent le temps et l'espace, se rejoignent en un, le ralliement de tous les cœurs de l'homm. Sa performance à cet instant, comment parvenir à la réussir encor, une autre fois ? Il me fait penser à un être candide arrivé ici et que les musiciens et chanteuses s'évertuent de pousser à se donner plvs encor, le porter hors de lvi, qui se laisse malgré lvi emporter dans cet état de transe magnifiq qu'il ne contrôle pas et qu'il ne veut pas retenir, tant y est intègre sa foi dans l'homm à ce moment, son mot sincère s'empare de lvi et il est à ce moment ce seul message, rien de plvs, ni rien de moins, il y est entier. Une rockstar usera de drogues, de nombreux psychotropes pour égaler celvi qu'il était ce jour là, donner de lvi autant, y recouvrer cette intégrité, intégrale et entière, pleine et humide, devant ce public qu'on entend dire en le découvrant peut-être pour certains, pour la première fois : "Il s'appelle comment lvi ?" Comm s'il s'agissait là d'un messie, bien loin du sens bibliq, religieux, ou sectaire qu'on peut voir envahir les foules adolescentes manipulées, réellement comm un grand frère qu'on vient de se découvrir. Il est submergé, submergeant, envahi, il est comm littéralement transporté dans ce point de convergence intemporel où versent tous les plvs grands moments de l'humanité. En vn.

Un peu plvs tôt danq la journée, tous ses amis, qui l'admirent et qu'il aime pour ce qu'ils sont, le poussaient au train pour qu'il remonte à bord, la route était encor longue avant le concert, dont il semblait ignorer tout, il n'avait pas du tout idée de ce serait ce public, cette scène, ce festival, malgré tout ce qu'il en savait, aucu'e idée non, de ce que ce serair de se retrouver sur scène. Pourtant une fois là, il est à sa place, il est naturel d'y être. Tous ces gens sont comm lvi, il est seulement là aujourd'hui, se dit-il, et demain il sera dans la public, et un autre chantera. La voix chaude entraînée par ses heures d'ivresse, ses milliers de heures de veillées dans les nuits, ici cet après-midi, il n'y a pas de différence avec les nuits autour d'un feux, où les ados chantent à se ruiner la voix, c'est le même instant qui porte les voix.

Je suis enfant, très très jeune quand j'entends cette chanson pour la première fois, ce n'est peut-être pas.la première fois que je l'entends d'ailleurs, mais c'est le premier souvenir que j'en ai. Je suis peut-être encor alors dans le ventre de ma mère. Et si je.m'en souviens si bien, c'est parceque je ne l'avais jamais connue avant celà. Je l'ai découverte ce jour-là, elle s'est présentée à moi, elle était si heureuse, si amoureuses, si follement, si intensément portée par un bien-être qui la portait, elle m'a étreint très fort, et c'est comm ça que j'ai fait sa connaissance. Si elle ne m'a pas réellement étreint, je n'en suis pas sûr, pas au sens physiq, d'une étreinte dans ses bras, mais c'est ce qui émanait de cet instant, elle était avec une autre dame, peut-être une sœur, sa cousine, une amie, mais elle parlait et elle m'a donné l'instant d'après sur cette chanson un dose d'amour incroyable, elle voulait que je la sente. Je suis presq sûr que j'étais encor sans son ventre, ke ne saurais comment autrement elle eût pu en communiquer si pleinement, si intégralement tous les sentiments qui étaient les siens alors sinon, sa pudeur l'aurait naturellement retenue d'une telle vague portée du coeur dans le mien.

Êtes-vous jamais arrivé à le dire, sur ce titre. I love you. Il est aisé de le dire Je t'aime, I love you. Le déclarer pas seulement, le dire dans les yeux, avcec cette intensité, cette intégrité est une chose qui peut s'avérer -un temps au moins - impossible à réaliser. Il faut croire, profondément, et être d'une foi sans faille pour y parvenir. C'est un défi, un vrai, que le vouloir sentir quand on n'aime, justement, pas, quand on doute à ce point dans l'humanité que les déceptions qu'elle peut avoir causées, savent mieux que rien dénaturer toute la beauté de ce mot, et ces mots reviennent avec toute leur majesté, leur beauté redevient aussi pure qu'à l'origine quand on aime de nouveau aussi follement, qu'on a retrouvé la foi dans le partage du coeur.

C'est là plvs l'idée portée, tout ce qu'elle véhicule qui exprime, comm le plvs grand moment de l'humanité, la foi dans un endroit qui a pli, tellement qu'l peut encor, et qu'il fait pleuvoir dedans, dans ce toujours-trop-étroit-du-dedans le besoin, plvs que le désir d'en retrouver l'harmonie, cet endroit a été aimé, ceux qui s'y reouvent, parce qu'ils so't tellement nombreux, c'est ça, la beauté du moment, un tel sentiment d'unité dans une si grande communauté. On rêve d'un atelier immense, d'un collectif qui soit une maison, qui soit une ville, qui soit le monde entier, et c'est un endroit mythiq, magiq. 

Un rien évangéliste, cette douceur-là. Comm un rappel de ce qui est, elle porte l'essence de ce mot en conclusion : quitter en un instant cette noirceur qui peut ainsi disparaître aussi vite qu'elle a surgi. Un instant de recul, le ton du silence qui fait entendre les cœurs battre.

Yay, baby you really got me. What else.

 

California dreamin' ~ l'esprit surfn' bird, surf music. Cet état d'esprit, d'insouciance, légèreté enfantine, si pleine des plaisirs qui ont élagué les épaisseurs meurtries de la terre, les plaines et leurs ciels bas, loin des dangers et des choses contraignantes.

Tout commence dans ma foi dans l'humanité. Qu'il m'arrive de la sentir me quitter quand les épreuves se font si probantes qu'il ne reste nul espoir, cette noirceur peut disparaître aussi vite qu'elle a surgi. Elle est là, partout. En 54 min (parution en cours)

 

Partager cette page
Repost0
Published by Ampad Embiem