L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 16:56

~ l'alternative aux rêves communs.

La main bleue empoigne un pot qui contient l'espace où est conscrit le temps, tout ne se déploie de paradoxal, de phénoménal, de superlatif et d'extraordinaire que d'après cette main bleue qui s'actionne com le ferait n'importe quel autre membre du corps bleu des texts, quelles que soient les échelles desquelles on en perçoit le sens, en écrit les lignes ou en poursuit l'excellence par thèmes, chromatisms, postures, et textures.

L'histoire commence comm ça - celle que je veux raconter. Ce n'est pas facile de savoir où commence l'histoire, parmi la myriade d'histoires qui se croisent - la vieille femme, son chiot au bout de la laisse et son petit fils dans l'autre main sourit sitôt qu'elle le voit au petit bonhomm qui fume devant l'entrée d'un bar rose de Pigalle. Le petit bonhomm qui n'a pas l'air d'un portier de club de strip tease, la bouille comm pleine de grimaces superposées, lvi retourne un regard plein de rides, et lvi dit Bonne année.

Le jour, il est seul. Tout le long du jout qu'il séjourne errant, s'évertue à flâner dans chacune des ruelles piétonnes de la vieille ville à la recherche d'une plage de constriction du temps qui sache s'échapper vite, il le passe seul, il le fait sans elle s'éliminer, se dissoudre, et se dilluer en attendant le soir. Le matin s'écoule vite, il atteint midi dans les bains de soleil à demi inconscient et complètement affranchi de quelq notion de l'heure qui lvi vaille une impatience, un appel, un sursaut des sens ou la tension des passages engorgés. Un rappel de la veille et des nouveaux rêves entrants qui l'en séparent désormais. Au dégorgement de la nuit, là, épuisé et, je le dirais comm quiconq voit dans ses yeux dans cet instant, distrait comm un imbécile, heureux. Il s'avère alors une heure au zénith du jour improbable, celle où tout bascule, celle où tout commence qui ravive la veille, efface la nuit comm un bouton qu'on tourne et qui relance une machine en y injectant à haute pression un liquide correcteur, qui inlassablement reproduit son cycle, à la vitesse qu'on sait impropre à quelq arrêt soudain, à quelq changement, ou à une alternative. L'heure où rien ne va plus. C'est en bougeant sans relâche, en n'ayant précisément, de cesse d'essayer, frayer dans les ballets d'horripilatoires et salon de bronzage douteux les pistes où évacuer l'effet des constrictions communes.

Il prend sa place devant un club et attend Mme Rosso, grand tante, arrière-grand-mère et propriétaire du plvs heureux des chiots. Il récapitule les 19 janviers qu'il connaît, sans se soucier qu'il n'y ait personne pour l'écouter :

 

Everything goes UP

Everything goes UP

2oo8 : prenais place au Théâtre de la Luna.

2oo9 : me heurtais violemment à des problèms de taille, qui explosèrent bien vite en éclat pour ne pas avoir fait le poids.

2o1o : nuits au Louvre, à dessiner des sculptures de Maillol, parler d'Archimède et ee Desproges, de Cocteau & du bar du Pont Neuf avec Elsa, Djeh, Émilie, Zed & une Allemande dont j'ai oublié le nom.

2o11 : les coccinelles cocaïnomanes.

2o13 : orchidées, sumi-e, dessins de "nouvelles aesthetiQ"

2o16 : lisais Artaud, parlais du suicidé de la société avec un Van Gogh encor disparu.

2o18 : journées à Granville, sur la plage ventée, sans aucun signe de vie à parentée à part entière

2o19 : journées à Granville, sur la plage ventée, sans plus aucun signe de vie apparent.

2o2o : nous y voilà, pink steam. Le couple Rose, ce Monsieur Madame et sa pianist de compagne vus il y a longtemps et un long temps disparus, origines par leur absence aux chapitres les moins vertueux d'un livre qui s'écrie quand on lvi chuchotte aux entrées que le cours s'est perdu dans l'anti-matière quantiq ou dans l'antiquité mathématique, devrait bientôt trouver matière à l'être, de nouveau. Quand elle arrive à sa hauteur, il demande qu'on mène Bio et Sébasteint - la cieille dame a appelé le chaud Bio parcequ'elle l'a eu le jour même où elle fit connaissance de son arrière petit-fils ; elle ne manq jamais depuis une occasion de dire à qui veut l'entendre que ça aurait été Bielle si ça avait été une femelle - dans un salon décent et de qu'on leur apporte des jeux et escorte Mme Rosso jusq'à la table où elle a ses passe-droits, gardée par des trombones de la taille de deux armoires en parlant de lustres en passant dessous comm sous les ponts l'eau. Il en est là dans son horloge biologiq qui lvi compte les heurs bons par milliers et lvi en contera encor si les déroulés en coulent un marbre ou une tablette tactile.

Partager cet article
Repost0

commentaires