L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:11

Elle a le sens du théâtre, lvi est un magicien. Elle est tragiq et comm il ploie aisément ils s'insèrent. Romance is a ticket to paradise. Kim Gorgon sur scène, the Whitey albvm comm extension des membres, les écureuils volants éclos fruit chaud, voilà Romeo & voilà Juliette,, toutes ailes déployées comm des couvertures qui découvertes dévoilent les corps nus, un corps à corps ventres apposés, décharnés les peaux qui comm au toucher les plaies brûlent, des étapes, énigmatiq, chaq nom, et de leurs effets tous avortés, relayés rapidement, remplacés et biaisement obsolétéifiés comm tout nouvel arrivage supplante et rehausse, permet qu'ils voient plvs grand, plvs loin les conséquences magistrales d'une petite graine initiale. Elle demande ce baiser sur son lit de morte, réclame dès à présent sans l'essayer que se termine l'histoire, et sans la tester qu'elle se délestée laisse détester en silences de rigueur. Cette rigueur minimalist, quasi ascète, aesthète oui, infiniment romancée comme l'intérieur vénitien d'une grande sans le Grand Canal pour rue, qu'une basse-Cour et encor, elle semble volée aux poules marcher mieux que quelq autre ressort, sorte de chimère, aucun nul ne saurait croire. Eux y croient, en celà qu'il y a des flux d'artifices, feux qui s'enchaînent, parades font douter seulement qu'ils fussent à soi destinés, n'enlève rien du tonitruant, assourdissant, de l'infiniment trop-étroit du dedans où s'ecorchent les amours, se blessent les amitiés contortionnists, ploient lar arbrisseaux naissants, leur citron encor pâle, corps-palette, core-palan des montées figées, des Ascensions permanentes, sans pallier ni distances, sans descentes ou garde-meuble poste-frontières des cimes touchées, atteintes, brillées veilles et sentier, leur pas, repas des heurs saufs, pas partis pris, pas élancés s'enfilent les formes et couleurs qui dans ce ciel intérieur fait péter des disq et tourner des scènes vastes comm celles où Kim Gordon devance Thurston pour une dernière bouffée de cette drogue avant l'antenne quand tout s'enlise d'une escapade qui dure une vie ou plusieurs, consécutives, que se remplit gorgée d'eau la pièce à trois entrées qu'un océan vient d'absorber, leurs pas s'effacent sur le sable sitôt qu'ils l'ont fait dorés d'ores et déjà amas de roche en devenir. Cette comédie funeste, la tragi-comédie romantiq poussée à ses extrêmes les bouts tenus à bras liés, les mains jointes en échelle, poussée dans le dos a grandi comm s'y est secrètement épanouie la fleur d'un mâle entretenu, corrosion d'un blanc peint du coin de la table de jardin à dentelles, percée de ses rosaces tournoyant verdoyantes en florissantes states des automnes et hivers passés à se laisser couvrir, de feuilles et de neige extraite s'en expose le parfvm aux caresses matinales d'un levant qui tend la main à qui, eux l'aperçoivent. Cueillie, cette théâtralisation, cueillie à la tige, brise qui sécatée s'écarte de toutes ses origines et inoriginée, nouvellement fleur bénigne, poussée de la paume qui la tient, elle atteint ce teint dessin qui à dessein définie les fins & leurs façons. Hors contexts, sans contrats, sans ferme même intention, rien de figé, jamais, que l'esprit libre d'en revoir le cours sans arrêt, le fleuve sans barrage et l'océan sans fond, les ciels existentiels sans rien dessous, que des couleuvres d'océans qui s'enroulent et glissent les vnes dans les autres et des nappes qui s'étirent, des mondes engloutis qui s'enfoncent et qui creusent, qui fondent des couleurs qux matières qui s'entassent qu fond et qui font des îlots émerger joints entre eux de ponts de nuages qui s'évanouissent sitôt passé franchis, affranchis de timbre, défait de voie, quand sont rompus les bandelettes "don't cross, love scene" qui en encadrent à chaq nouvelle lumière, lencourant, en réévaluent la teneur, en redémesure l'étendue de flou artistiq qui ne vise qu'à exploiter tous les ressorts du vivant, jusq aux limites où se sont fait de plvs souvent l'qmour étant l'escorte, ténus les sens des choses qu'il est bon de voir de haut !~ Qu'il est bon, de voir dedans depuis là-haut !~ Romea & Jullian, ces deux soupirs sans fin, leur bohème parasite les texts écrits pour les parias, les aventuriers de l'heure ultime où tout allait, dès le début on le sait, on le devine, s'arrêter parce qu'il n'y avait que le vide à laisser remplacer, qu'une implosion cette tragédie, qui par contact se produit, du dehors vers le dedans, infiniment, tout s'y engouffre, l'immensité imposée dans les cœurs mis en rapport direct avec les voies célestes où de fins feux sans filet s'enfilent les artifices moteurs des précipitations. Il y pleut averse, leurs voix mouillées, sucre chaud pleut dru, fort en l'abondance soniq d'une atmosphère sonore qii réverbère projecteurs les sons électriq les plvs conducteurs. 

.

Partager cet article
Repost0

commentaires