L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 09:37

Au point de l'or a gue qui s'illumine en se mettant a vibrer tous ses ressors de chaton sauvage ou de lion apprivoise,

B O N J O U R , C U P I D O N ~ ! ! !

Attends encor un peu. Orest, nos defis dans cette tourbe ~ elle le dit elle-meme, et ce n'est pas de sa faute ~ son corps s'y prete, et corps d'armes prete a tout. Lot is hot, red is led, love is dove, L'amour est mere Les mandolines s'accordent, La trompette retentit Lot is hot, red is led, Love is dove, L'amour est mer. Entree en matiere et ressortissants, entre ici et la. D'Aeleonor ou des autres, nulle. Parce qu'il n'est ici qu'une question, et que si elle ne se pose en effet pas dans ces termes elle est cependant remarquable et absolument charnelle. Au point meme qu'on la garde. Nous regardant dans la meme direction nous animons en nous aimants-mottes emettons mutuellement. Part two. Mottes aux lustres vaquants de la Montagne des Revelations extraordinaires, l'Interlude Archimede, son appel a la poussee d'eau, l'entree en matiere qui vaut que le deuxieme opercule a son tour se fende, temple des aveux pour perches ou des batons, ectoplasmiq & membrane chaude, intermediaire qui ouvrant sur la scene laisse entrapercevoir dans la viscosite deja de sa translucide candeur de transition ~ cette lumiere propre a la plage du jour saillante, salissante, au grain gresillant, au gain des brindilles de l'ambiance qui s'atele aux cheveux de l'ere d'un temps qui rapprochent les espaces, comm en les compactant densement remues d'abord, puis si parfaitement ecrases qu'il pourrait pour peu qu'on y recueille un nectar qu'en coulent les jus dont se chanteraient les notes, essentielles pour certaines, mais moins rarement des additifs, residuels et aqvalins, des adjuvants liquefiants, qu'un emulsifiant primaire rend pompeux, ventouse & presq opaq, opalin du lapin. Celle qui vaut qu'on s'arrete un peu ~ voir. Au peignoire du jour, son baillement des cils, l'entrouverture sensuelle de son corps que degrafe une nudite presq deja diurne, le repas des teintes ~ ou la couleur epaisse s'ecoulant commence de tacher les mats de l'horizons dont on detache la ligne sur la duree d'un accord, prolonge & qui tient la note haut comm se suit une generation d'une suivante, qui l'aime et qui veut la reproduire. L'aimance filiale dans ce montage, de deux heures en neuf minutes, ette enfilade de colonnes, foret de dimensions ou disparaissant la silhouette reapparait continuelle, le cheminement discontinu pour figurer les 36o degres de la profondeur miroites a l'infini ~ La respiration d'une extension des perspectives temporelles. Dans ta tete, fee,

TATE -te / 1Helvetika/ salva/ attika, ~nina

on peut trouver des escabots fonctionnels et des planches qui ne servent a rien, des buches qui ont deja servi, et des brindilles qui n'attendent que ca, des treteaux usages, d'autres neufs, et en preparation, d'autres encor qui ont ete recycles, et d'autres enfin qui sont abandonnes, nina Salvetika, dans ta tete ou la nuit brille et le jour esplendide comm on dirait emerveille,

magnifiee se trouvent les ressors de ce trampoline aux sons ludiq qui se produisent en spectacle comm des loupiottes qui fretillent, des repos qui s'en inspirent, leurs elans entre les nappes, et nap entre les lanes, il s'inspire d'ici une grande quietude, un somptueux champs d'essor, il s'y invite mes arcs, mes xylophonies, mes trous qui ensemble forment les esquisses aux dessins qui se peignent, dit-on, en l'air et l'air de rien, le plvs naturellement du monde. Il s'en peint des convives, des victoires, des convives, il s'en peint des longs bras qui retombent au sol apres joue toute autre note croissante sur le vetement qui se degrafe en composant* une melodie, tu t'appelles comment ?, demande la nina ~.

dans sa tete Salvetika joue un James Bond et de rire elle n'eclatte que trois fois apres qu'on l'y aura attendue, quand on n'y croit meme plus - ta voix, dit-elle au telephone qui ne repond ~ de rien rappel aux actes prevus, gresille, et entre mes mots elle elabore deja le plan suivant composant* trampolines que la vaste piece vide contient desormais dans de grands troncs non elagues, avec leur ecorce, leurs feuillages, et leurs racines a l'horizontale, allonges, verts.

L'ultime incarnation de Praxitele Parfvm dans l'amour d'or, plaque vert.

 

 fonte-estampe-plaquee-or-vert

 

"(...) C'est ce voyage d'inconscience, le bout des mondes hors-reperes, et hors-pair qui contient double le continent du lacher-prise". [Fortaleza de Juromenha, Rio Guadiana, in Aqueducs bestiaux, 11 juillet]

Partager cet article
Repost0

commentaires