L'ampadiem

  • : Le blog de Ampad Embiem
  • : Culture intra-utérienne d'une fleur technologiq : cheminement d'une réflexion de l'esprit sur les bords brillants de lyrism du théatre alternatif ~
  • Contact

Moi, Ampad

  • Ampad Embiem
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien
  • Ampad Embiem, je ne suis la qu'un jour sur deux, mais je le vis plutot bien

Archangelism scientifiq

" (...) proche le moment ou, par un processus de caractere paranoiaque et actif de la pensee, il sera possible (simultanement a l'automatisme et autres etats passifs) de systematiser la confusion et de contribuer au discredit total du monde de la realite. " Salvador Dali, Minotaure No1, 1933.

Un tres beau site sur DALI

 

Bienvenue

Bienvenue a tout nouveau visiteur

Ce blog créé il y a un peu plus de 2 ans maintenant de l'association uniq de la surprise et du tant attendu, restitue intactes les bribes

de restes d'authentiques retrouvés ici ou la, de ce que les littérateurs et créateurs de ce monde, ont contribué,

avant nous déja, est-ce a dire et, encore aujourd'hui, a élaborer le Beau pour qu'il vienne jusqu'a nous

dans l'état merveilleux ou nous avons le bonheur de le trouver pour tenter d'y toucher.

J'ai pour but ici et ailleurs, Ici Et Maintenant, dans cet IEM permanent et constant d'instabilité, de le propager, de l'expérimenter, de le faire travailler, de le dédoubler, de le transposer et de le faire permuter avec ses doubles et avec ses moitiés, de le mettre tour a tour en exergue, en abime, en difficulté, en chaloupe meme et en page pour enfin et a terme, pouvoir le remettre a la retraite d'ou il se trouvera la force apaisée et sereine méritée d'une vie multiséculaire sur toutes les plages des temps, de mener devant nous, et pour nous, de lui-meme des actions pour s'autorégénérer sans plus s'en laisser conter ~

8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 10:00

Un vertige silencieux.

S'il m'est arrive - j'etais deja jeune et pas encor moins fou que maintenant - d'au moment d'extase extreme cause dans les ebats par le coit surgissant hurler 5o !~ comm venait de s'eriger en moi une sorte de colosse a numeros en effet gravie jusq 'au coeur d'une cible atteinte comm de vitesse l'exces extreme au-dela duquel il n'est rien, s'il m'est par la suite arrive d'avoir cette impression etrange d'apres coup avoir visite un monde auquel je me rendrais aussi surement et immanquablement chaq fois que les ebats seraient aussi bon avec ~, voyage entrecoupees donc comm un reve qui se poursuit d'une nuit sur l'autre ou comm les explorateurs d'Avatar le font en se plongeant dans un corps quantiq a la lucide entite d'une lanterne d'anticipation de ce que deviendra la , s'il m'est aussi arrive bien souvent et pour des raisons evidentes de ~reve, alors somnolant, alors presq parfaitement inconscient, alors entierement evide de moi-meme de nos corps tranmsformes pour voir les delictiueux delices de nos chairs comm de celle a canon qui nourrit les instruments de la guerre ravageuse - oui, oui, ca m'est arrive tres souvent, avec ces sirenes d'inconnu qui jaillissent comm de nulle part et repartent aussi promptement qu'elles avaient du spontane fait eclater une bulle qui peut avoir ou non selon les circonstances cause de grands trous noirs dans ma tete au souvenir embue - il m'arrive aussi, et c'est en les exactes memes circonstances de brulures solaires que la plupart de ces phenomenes plvs tot vecus jaillissant jaunes avec Aeleonor, de vivre le vertige silencieux qui me fait voir une fraction de secondes, exactement identiq la poire de couleur jaune de son corps interieur.

Corps interieur : j'ai dans ce sillage d'explorations de plusieurs des plateformes de l'art, quantiq11 d'ou tous nous tenons la main non mais le coeur lies les uns aux autres par des murmurs permanents et des soupirs spontanes - que sont nos sur - rires melodieux - sous-pirs

Les poires du corps intrieur : Elles en sont le coeur, en quelq sorte le membre qui rassemble sous la matiere physiq inegalablement authentiq et incroyablement fidele en teneur gastronomiq, texture, manieres et gouts, l'ensemble des jaillissements spontanes causes dans le corps aux moments qui, exterieurs aux ebats, se rassembolent une fois ceux-ci complets s'accomplissant, couplet se composant, ou souples s'accouplant. C'est la montee frolee, l'acces aux poles stagnants, sous leurs fine paroi de verre, cette poussee emergee tantot, tantot s'immergeant qui fait brulee briller cette teinte, et la met comm s'il etait en effet question de sans plvs en entendre de sourd et d'amiotiq, se noyer non, se remplir d'eau, comm : gorges de billes, boules remplies, gonflees qui se mettent a eclatter une a une, comm une fanfare desaccordee, un concert de l'effroi produit dans l'espace transi qui retenu des corps en suspension fait la chamade d'une 111expansion.

Le jaune : la couleur jaune du corps est ce phenomene vertigineux, l'exploit sensitif qui fait de la lumiere tout seul, et d'elle une sorte de source endemiq aux ebats eux-memes, interactif et inherents aux textures satin-feves du corps qui atteint ses jouissances en prononcant les notes revelees ainsi croustillantes de ses textures expropriees, lesquelles changeant d'aspect en peuvent en mutant et nous metamorphosant que passer par cette couleur, sorte de milieu transitoire, transit vehicule ou encor : voie centrale.

En se battant le ciel, sa destinee, une vue, en se confrontant comm disant a quatre on saute. TROIS ~ Nous jouons avec le feu, just parce que le jeu en vaut la chandelle / Nos liquidites se confondent et nos corps nous excellent=~ Comm dire Chut. La chute. C111111e vertige silencieux. Au point triple de l'Aether, s'enfanter. Au point leste d'une pomm qui murmure mure a a la fenetre en poudre d'un visage aux eclats ri comm s'il y etait tame qui-vive qui ponde ou en reponde, elingues et metaphores physiq, allegorie de l'ame mortelle, debout en demesure demeure, spectacle, sur le qui-vive ou la sellette, sur la corde, presq raide Souvenant la texture du lointain efficient cyan-a-gris, gres aux grains de lisses dont s'etait detail etals comm delice entre la paume et lie Souvent soutenue bercee et tenue entamee Economie d'ecrits Zeles dessins jaunes a deux vagues Un chapiteau prenant Nous qui paon passons chantiers !~ Nous entre-tuant les mots qui s'en inscrivent en s'instinctivement lavant Un bras dans les deux flancs, les traversant entiers, Emules reins mutuellement glisses des bords d'opales, aux abord de l'opaq Au miracle fluide du friable pour pas pressant rappel aux murmurs de tes bruits qui fument tumultueux en se plissant ployes proie-rois balants Sourcillements beignets a peine a plat fondus11111111 fendus qui mutuellement comm le lait se sauvent d'aux-dela blisses aux survies du service qu'un survisible rend de mise A l'oeil nu l'habitant - que je suis Comm un dernier vers pour l'arut ~ une obliaison dangereuse, ^~ dans le corps-paysage Eprends magnifiant, sublim qui nous ravit ~ des dos d'yeux d'une veille bondes, dandy, dodus et redondants, menue des ronds ~ Il y a faire l'ame & fers l'amour. Ferreux, ioniq, poudreux, feux & oniriq ; re-feux. Do it again. Si le grand bruit est la, s'il est manifestement impossible qu'il y ait dans nos explosions sensationnelles de corps imbriques de veritable silence ainsi que celvi vecu en reve c'est probablement parce que les sens se ferment au moment ou ils sont au sommet de leur negatif interieur. Une sorte de BLEU devrait alors si je vais par la, jaillir aussi spontanement et soudainement revele que ce jaune interieur, des dehors de nos corps sous leur forme d'ames, parties en voyage.

2. La couleur jaune des poires du corps interieur
Partager cet article
Repost0

commentaires